Les collections Haute Couture Printemps-été 2018

By on 06/02/2018

Si seulement 21 maisons peuvent prétendre au label haute couture, décerné par le ministère de l’Industrie, sur proposition d’une commission de classement animée par la Fédération de la Haute Couture et de la Mode, le calendrier permet à d’autres noms de défiler durant la même semaine sous le nom de membres invités à la condition de ne pas utiliser la précieuse appellation « haute couture ». La Paris fashion week a donc accueillie cette saison 17 noms supplémentaires.

 

Parmi les grands noms français, on retrouve les Maisons incontournables comme Dior avec une collection inspirée par le surréalisme imaginée par Maria Grazia Chiuri où le noir et blanc sont à la première place, ainsi que Chanel, Givenchy, Giambattista Valli et Schiaparelli.

Dior_HC_Show_SS_2018Dior

PFW_Haute_Couture_SS18_Chanel_Giambattista_Valli_Givenchy_SchiaparelliChanel, Givenchy, Giambattista Valli et Schiaparelli

Mais aussi des noms plus récents comme

Alexis Mabille qui revisite ses classiques, pour de jeunes femmes à la recherche de tenues de cocktail ou du soir.

Alexis_Mabille_HC_SS_2018

Franck Sorbier a choisi le cadre de l’hôtel Régina, pour un voyage dans le temps à l’époque des années 20. Le Charleston est ainsi de retour, avec un hommage à Johnny Halliday ainsi qu’à toutes les stars inoubliables qui l’ont précédé dans le milieu du music-hall. Il en découle une collection en complet accord avec l’esprit libre et festif des années folles.

Franch_Sorbier_HC_SS_2018

Julien Fournié, pour « Premier Éveil », compose un vestiaire aux sonorités des années 50 qu’il mixe au style asiatique en s’inspirant des héroïnes qui peuplent son imaginaire.

Julien_Fournie_HC_SS_2018

Maison Margiela, pour sa « ligne artisanale » désignée par John, mélange à la perfection l’esprit du fondateur à l’imaginaire sans limite du couturier britannique. Les lignes, toujours fidèles à l’ADN de la marque, avec la déconstruction du vêtement, prennent des allures futuristes par l’utilisation de tissus techniques, métallisés ou irisés. Le sportswear prend ses lettres de noblesse en entrant en grande pompe dans l’univers de la haute couture. Bien dans ses baskets la femme couture Margiela affiche une réelle modernité.

Maison_Margiela_HC_SS_2018

A découvrir également les propositions d’Alexandre Vauthier, Jean Paul Gaultier et Stéphane Rolland dans les défilés incontournables de la Paris Fashion Week.

Pas de présentation pour Adeline André et Maurizio Galante qui n’ont défilé cette saison.

 

La fédération de haute couture et de la mode a prouvé son ouverture d’esprit et son respect envers le savoir-faire en intégrant à son calendrier des maisons étrangères comme Valentino ou Victor & Rolf.

PFW_HC_SS_2018_Valentino_Viktor_&_RolfValentino, Viktor & Rolf

Impossible évidemment de faire l’impasse sur :

Giorgio Armani Privé propose, comme à l’accoutumée, autant de tenues de jour que de soir afin de répondre aux exigences d’une clientèle inconditionnelle du style du plus célèbre des couturiers italiens. Jamais en retard d’une mode, il profite, de son défilé parisien, pour faire découvrir sa ligne de smokings sur-mesure au masculin.

Giorgio_Armani_Prive_HC_SS_2018

Elie Saab, le roi des tapis rouges, des grandes réceptions ou des événements mondains, ne s’embarrasse pas de tenues de jour pour son défilé premium. Il se focalise uniquement sur la nuit, avec des robes glamour qui feront le bonheur de toutes celles qui les arboreront. Il prend lui aussi, l’énergie des années folles comme point de départ pour imaginer des robes de soirée pour faire la fête. Pour accompagner le défilé, il plonge ses invités dans l’univers feutré du Pavillon Cambon, décoré de lustres en cristal diffusant une lumière tamisée afin de faire écho aux clubs de jazz parisiens de l’époque. Il fait revivre tout l’esprit de Gatsby le Magnifique. Le fil conducteur de la collection se reconnait au premier coup d’oeil avec l’imposant noeud en soie porté comme un bijou autour du cou. Cette présentation est également l’occasion pour le couturier de dévoilé sa nouvelle monture solaire « cat-eyes » décorée de bijoux et retenue par chaînes dorées, ainsi que de minuscules perles blanches ou roses.

Elie_Saab_HC_SS_2018

De leurs côtés, Atelier Versace et Fendi n’ont pas présenté, tout comme la maison Azzedine Alaïa, orpheline de son créateur.

 

Dans les membres invités ont retrouve AF Vandevorst, Iris Van Herpen, Maison Rabih Kayrouz, Ralph & Russo, RVD/ Ronald Van Der Kemp, Ulyana SergeenkoGalia Lahav, Hyun Mi Nielsen, le prêt-à-porter de Proenza Schouler ainsi que :

Zuhair Murad qui s’inspire de l’imagerie vestimentaire des Indiens d’Amérique, pour imaginer la garde-robe féminine du printemps-été. Franges de strass, de soie ou de raphia, motifs graphiques géométriques brodés, plumes de couleurs parent des tenues principalement du soir où le sexy est toujours au rendez-vous.

Zuhair_Murad_Couture_SS_2018

Antonio Grimaldi joue sur la simplicité des formes. Il épure l’allure en y ajoutant une dose de raffinement par des broderies où l’ostentatoire n’a pas sa place. Avec cette collection, le couturier prouve que le style italien ne rime pas toujours avec le show off.

Antonio_Grimaldi_Couture_SS_2018

Georges Hobeika invite au voyage avec des propositions 100% soir au royaume des mille et une nuits. Le travail de broderie est au cœur de la création et prouve une fois de plus le savoir-faire des ateliers libanais dans ce domaine.

Georges_Hobeika_Couture_SS_2018

Xuan, de son côté, utilise les codes de la couture pour des robes du soir sans broderie, simples en apparence, mais complexes dans leurs constructions. La créatrice revisite des coupes classiques, intemporelles, pour en faire des basiques à destination d’une clientèle adepte du raffinement et du « Less is more ».

Xuan_Couture_SS_2018

Yuima Nakazato, quant à lui, ne s’intéresse pas au vêtement d’apparat comme on l’imagine, mais plutôt, à sa fonction protectrice. Depuis son entrée au calendrier officiel, chacune de ses présentations nous livre des collections aux antipodes des codes classiques de la haute couture et de la portabilité. Il évoque cette saison un voyage extra-atmosphérique, avec des tenues inspirées des odyssées de l’espace. Il propose en quelque sorte la mode du futur, loin de la planète terre, où l’homme aura besoin de combinaisons protectrices dans lesquelles la notion du beau ne sera pas oubliée.

Yuima_Nakazato_Couture_SS_2018

Parmi les défilés incontournables de la semaine, on retrouve également les shows d’Azzaro Couture, Guo Pei et de Christophe Josse.

Frédéric Blanc

 

About Fred

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *