Les défilés en marge de la Haute Couture Printemps-été 2018

By on 08/02/2018

La Haute Couture Paris Fashion Week draine de nombreuses marques, issues de différents pays, souhaitant bénéficier ainsi de la présence de la presse internationale et des clientes couture, venues tout spécialement dans la capitale de mode afin de découvrir les créations des grandes maisons.

 

Georges Chakra prend comme point de départ pour sa nouvelle collection l’amour et le bonheur pour imaginer des créations féminines, aériennes, contemporaines, mêlant les couleurs, les découpes décapantes, les matières en apesanteurs. Il en résulte des propositions fraîches, à destination d’une jeune clientèle à la recherche de robes du soir originales laissant la liberté de mouvement.

Georges_Chakra-SS_2018

Tony Ward invite à un bal dans lequel chaque look est une invitation dans l’univers du luxe des grandes soirées et des tapis rouges. Pour les adeptes des tenues longues, il y en a pour tous les gouts avec des modèles plus ou moins sexy, des ensembles pantalons, ou encore des combinaisons-pantalons.

Tony_Ward_Couture_SS18_©_dany_oucha

Dans la même veine, on retrouve Ziad Nakad qui se focalise sur la robe brodée.

Ziad_Nakad_Couture_SS18_©_Kirsty_Sparow_Getty_Images

Même si Dany Atrache, comme la plupart des couturiers libanais, ne s’intéresse qu’à la garde-robe du soir, il innove dans des coupes plus modernes, des jeux de transparences pour des jeunes femmes qui assument leur corps et leur féminité.

Dany_Atrache_SS_2018_©_VB Visuals

Le jeune Rami Kadi continu son travail de modernisation de la couture libanaise, rompant ainsi avec la tradition de robes brodées, bien souvent sans personnalité. Pour cette saison, il puise dans le sportswear pour imaginer des tenues plus actuelles, dans lesquelles des broderies personnalisées sont proposées, afin de rendre chaque modèle encore plus unique.

Rami_Kadi_Couture_SS2018

D’origine libanaise, Georges Makaroun est installé à Paris depuis 2013 dans ses salons, au cœur de l’avenue Montaigne. Il imagine, dans la tradition de la haute couture française, des pièces qui sont réalisées dans les ateliers de la marque à Beyrouth. Il s’adresse à une clientèle internationale à la recherche de tenues mettant la morphologie en valeur. En Plus de ses robes, le couturier propose une ligne de smoking inspirée du vestiaire masculin dans lesquels il intègre ses techniques couture permettant aux vestes d’épouser à la perfection les courbes féminines.

Georges_Makaroun_SS_2018

Le syrien Rami Al Ali, adepte des lignes sobres et architecturales, continu son travail sur la mise en avant de la silhouette féminine avec l’utilisation de broderies délicates pour un raffinement extrême.

Rami_Al_Ali_Couture_SS18_

Yanina Couture, signe une collection où le noir et la transparence prédominent. Le style maison se retrouve au premier coup d’œil avec une mise en avant du corps en toute délicatesse. Une robe de mariée rose et aérienne vient finaliser le show avec une fraicheur évanescente .

Yanina_Couture_SS18

Yania_Couture_SS18_Final_Mariee

Yumi Katsura s’inspire des peintures japonaises et occidentales comme celles d’Hokusai, Monet, Van Gogh et Rivière. Riches en imprimés réalisés dans le respect de la technique traditionnelle Yyzen. Profondément attachée au savoir-faire japonais, Yumi Katsura préserve et valorise les méthodes ancestrales de création. Comme à l’accoutumée, la collection est une véritable ode au voyage et à la poésie si chère au pays du soleil levant.

Yumi Katsura _Couture_SS_2018

Aelis, propose une nouvelle couture qui utilise le savoir-faire traditionnel pour un vestiaire constitué de fondamentaux éco responsables, voués à s’agrandir chaque saison. Les vestes en peaux et en fourrures issues d’animaux comestibles (veau, agneau, chèvre) côtoient désormais des hauts en mousseline ou en organza ornés de plumes de coq et d’oie, réalisés par Erik Halley. Quelques plumes d’albatros, dénichés sur les plages de Normandie, viennent également sublimer le vêtement. Pour sa deuxième collection, la créatrice italienne s’entoure d’artisans japonais remettant au goût du jour l’utilisation du chanvre.

AELIS_Couture_SS_2018

Flora Miranda a grandi dans une famille d’artistes et de musiciens, où elle développe son talent pour la peinture. Après avoir terminé sa maîtrise à l’Académie Royal des Beaux-Arts d’Anvers, elle réalise des projets pour Iris Van Herpen. Pour sa première présentation parisienne, elle présente son travail autour du monde de l’art.

Flora_Miranda_SS_2018

Liu Chao est un jeune couturier chinois, basé à Paris. Après des études en histoire de l’art à la Sorbonne puis en histoire de la mode au Studio Berçot, il valide son diplôme avec une formation en broderie haute couture au sein de la Maison Lesage. Il entre ensuite chez Hermès au poste d’assistant-styliste au département sacs et bagages. En 2016, il fonde sa propre griffe avec le désir de proposer un vestiaire «couture-à-porter». Avec cette ligne il souhaite désacraliser la couture afin de la rendre contemporaine et décomplexée.

Ses 18 nouvelles silhouettes revisitent le thème de l’Arche de Noé avec des animaux fantastiques et des jardins luxuriants

Liu_Chao_SS_2017_©_Yannis_Vlamos

Célia Kritharioti a imaginé sa collection dans le quartier des Dieux à Athènes, en Grèce. Elle rend hommage au romantisme au travers l’artisanat et l’art de la couture, qui célèbrent les compétences exceptionnelles des couturières, des brodeuses, des créateurs de plumes et des bottiers. Elle perpétue avec cette collection très moderne, l’histoire d’une maison de couture née en 1906.

Celia_Kritharioti_SS_2018_Yannis_©_Vlamos

La grande maison de couture grecque Laskaris puise son inspiration dans la mythologie au travers du parcours d’Olympias, la princesse des Molosses d’Épire, l’épouse de Philippe II, roi des Macédoniens, et la mère d’Alexandre le Grand. La collection est influencée par les colonnes du temple de Samothrace, où Alexandre le Grand a été conçu, pendant le rituel.

Chaque modèle est une ode au pays et à son histoire.

Laskaris_SS_2018

Maria Aristidou, la spécialiste de la maille haut de gamme chypriote, continue son étude sur cette matière afin de proposer un vestiaire facile à porter imaginé sur un canevas de maille exclusivement créé par ses soins. Des motifs floraux se mélangent à de la soie, de la viscose dans lesquels s’entremêlent des fils métalliques, ornés de broderies faites main.

Maria_Aristidou_SS_2018

Frédéric Blanc

About Fred

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *