L’Art Déco à l’honneur à l’École des Arts Joailliers

By on 09/04/2018

L’École des Arts Joailliers, avec le soutien de Van Cleef & Arpels, dans sa volonté de faire découvrir les merveilles du monde de la joaillerie au grand public, offre une nouvelle installation avec la collection de la Princesse Catherine Aleya Aga Khan rassemblant de véritables chefs-d’œuvre d’invention, de fantaisie et de technicité autour du thème des objets précieux.

 

Ces objets, dont la virtuosité artisanale est aussi importante que leur fonction, ont été spécialement conçus pour les premières femmes « libres » des années 20 : celles qui fument, sortent, se maquillent en public et regardent l’heure…

On y retrouve étuis à cigarettes, minaudières, poudriers et autres objets en or, enrichi de pierres dures ou de pierres précieuses, ornés de nacre, de laque ou d’émail translucide, parfois agrémentés de miniatures.

Présentée pour la première fois à New York au Copper Hewitt Museum, en parallèle de l’exposition Jazz Age, cette collection est ici proposée dans une scénographie mettant en lumière les multiples influences chinoises, japonaises, perses et européennes de l’Art déco.

Expo_objets_precieux_art_deco_©_Olesya_Okuneva_1

Expo_objets_precieux_art_deco_©_Olesya_Okuneva_2Influence chinoise: Nécessaire renard: France vers 1928 / Nécessaire dragon et perle: Cartier avec une mosaïque de Vladimir Makovsky, Paris , vers 1927 / Nécessaire paysage de montage: Boucheron Paris, vers 1928.

Expo_objets_precieux_art_deco_©_Olesya_OkunevaInfluence chinoise: Poudrier Koi et dragon: Cartier Paris, vers 1930 / Étui à cigarettes: Cartier Paris, vers 1927 / Nécessaire Portes Impériales:Lacloches Frères, fabrication Strauss, Allard & Meyer, Paris, vers 1924.

Le nom Aga Khan, titre turco-moghol gratifié par le Shah d’Iran à cette dynastie ancestrale, nous est plus connu pour le jubilée de diamants de l’Aga Khan III qui reçut de ses disciples en 1946 son poids en diamants. Mais ce sont aussi le mariage du demi-frère de Saddrudin, le Prince Ali Khan avec Rita Hayworth ou les fabuleux haras du Prince Karim Aga Khan, son neveu et actuel chef spirituel des ismaéliens, qui ont fait la renommée de cette famille.

Cet homme à la vie passionnante et au passé multiculturel est le fruit d’une rencontre entre l’orient et l’Occident. Descendant direct du Prophète par son père l’Aga Khan III, de la dynastie persane des Qagjar par sa grand-mère maternelle, il est aussi à moitié Français par sa mère la princesse Andrée.

Saddudrin Aga Khan fit ses études dans l’internat du Rosey en Suisse puis à Harvard aux États-Unis. Il a mené une vie discrète passée en grande partie en Suisse, où il possédait le château de Bellerive et un hôtel particulier au cœur de la vieille ville.

Citoyen du monde, il fut un humaniste philanthrope et idéaliste et un homme de paix. Il fut également connu pour son rôle important au sein de l’UNESCO, du Haut-Commissariat pour les réfugiés, de la fondation Bellerive, pour la protection de la planète. En plus de ces fonctions politiques, il collectionnait, en autre, l’art africain et possédait l’une des plus belles collections d’art islamique au monde composé de miniatures et calligraphies ottomanes, persanes ou mogholes, qui li rappelait ses racines orientales. Cette collection a été présentée dans les plus grands musées du monde et aujourd’hui au musée Aga Khan de Toronto.

Pendant près de trente ans, il a aussi acquis des nécessaires de beauté, boîtes, pendules et objets précieux créés par les plus grandes Maisons de la Place Vendôme et qu’il a offerts à son épouse, la princesse Catherine à différentes occasions importantes de leur vie, en célébration de leur amour.

Cette collection est riche d’une centaine de boîtes et pendules créées dans les années 1920 et 1930. L’École des Arts Joailliers a choisi de présenter une cinquantaine de pièces qui représentent la quintessence de l’Art déco.

Expo_objets_precieux_art_deco_©_Olesya_OkunevaInfluence japonaise: Poudrier Bonsaï: Cartier, fabrication Auguste Peyroula, Paris vers 1928 / Étui à cigarettes: Cartier Paris, vers 1929 / Necessaire Bouddha: Cartier New York, vers 1930.

Expo_objets_precieux_art_deco_©_Olesya_OkunevaInfluence japonaise: Nécessaire jardin zen: Linzeler & Marchak avec une mosaïque de Vladimir Makovsky, fabrication Strauss, Allard & Meyer, Paris, vers 1925 / Nécessaire: Strauss, Allard & Meyer, Paris, vers 1925.

Expo_objets_precieux_art_deco_©_Olesya_OkunevaInfluence japonaise: Nécessaire et étui à cigarettes: Cartier Paris, vers 1925

Expo_objets_precieux_art_deco_©_Olesya_OkunevaInfluence japonaise: Nécessaire Chrysanthème: Lacloche Frères, fabrication Strauss, Allard & Meyer, Paris, vers 1928 / Nécessaire fleur de prunier: Lacloche Frères, fabrication Strauss, Allard & Meyer, Paris, vers 1925.

Le style Art déco est issu des mouvements artistiques de la Belle Époque, il s’inscrit dans le contexte des Années Folles, qui tentent de faire oublier la Grande Guerre. Art des paradoxes, il exprime souvent une certaine modernité par des formes géométriques et pures, mais nourrit de la tradition et reste le style luxueux d’une élite. C’est en France qu’il connaît son plein épanouissement, entre 1920 et 1930, mais il se dessine déjà entre 1908 et 1912 pour naître véritablement avec la Première Guerre mondiale. Il succède, en s’y opposant à l’Art nouveau. À ses débuts, l’Art déco est purement ornemental, puis il est gagné par les ruptures esthétiques irréversibles apportées par le cubisme. Il s’éteint peu à peu, à la fin des années 1930, supplanté par le modernisme et le style international

Expo_objets_precieux_art_deco_©_Olesya_OkunevaInfluence persane: Nécessaire de style persan: Lacloche Frères, fabrication Alfred Langlois, Paris, vers 1925.

Expo_objets_precieux_art_deco_©_Olesya_OkunevaInfluence persane: Nécessaire Cypres: Van Cleef & Arpels, fabrication Alfred Langlois, Paris, vers 1928 / Nécessaire scène persane: Boucheron, fabrication A.Frey, Paris, vers 1926/ Nécessaire chasse royale: Lacloche Frère, paris, vers 1930.

Expo_objets_precieux_art_deco_©_Olesya_OkunevaInfluence européenne: Nécessaire Ambre et Serpent: Van Cleef & Arpels, fabrication Strauss Allard & Meyer, Paris, 1926.

Expo_objets_precieux_art_deco_©_Olesya_OkunevaInfluence européenne: Nécessaire Rose: Lacloche Frères, fabrication Strauss, Allard & Meyer, Paris , vers 1925 / Poudrier et bâton de rouge à lèvres rose: Lacloche Frères, fabrication Strauss, Allard & Meyer, Paris, vers 1928.

Expo_objets_precieux_art_deco_©_Olesya_OkunevaInfluence européenne: Nécessaire Putti: attribué à Cartier, vers 1920 / Nécessaire et étui à cigarettes cylindrique: Cartier paris, vers 1913 / Nécessaire dame et Putto: probablement de Russie, vers 1920.

Exposition « Objets précieux Art Déco de la collection de Prince et de la Princesse Sadruddin Aga Khan » du 4 au 25 avril 2018-04-07

L’École des Arts Joailliers : 31 rue Danielle Casanova, Paris 1er.

Entrée libre du lundi au samedi de 12h de 18h.

Frédéric Blanc / photos : Olesya Okuneva

About Fred

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *