Quand la mode s’associe à la restauration

By on 21/11/2018

Aujourd’hui, la nourriture est au centre de l’attention. Entre l’abolition de la malbouffe, le retour au bio, le véganisme, la mode des grands chefs, ce sujet est l’objet de toutes les conversations. Si au premier abord, la restauration semble loin du milieu fashion, ces deux industries sont cependant souvent liées par la fascination des créateurs de mode, qui régulièrement mettent leur talent de designer et d’architecte au service de la réalisation de restaurants.

 

Depuis la rentrée de septembre, Paris a vu naître trois nouveaux lieux alliant mode et gastronomie.

Pour le Duccasse-sur-Seine, c’est le duo Maurizio Galante et Tal Lancman qui a officié pour la décoration d’un bateau totalement électrique de 40 mètres de long conçut par l’architecte naval, Gérard Ronzatti.

Alain-Duccasse_Maurizio-Galante_Tal-Lancman_©_pmonettaAlain-Duccasse, Maurizio-Galante et  Tal-Lancman

Pour être en adéquation avec le silence du bateau, c’est la transparence qui a été choisie pour laisser les 200 convives profiter pleinement de leur ballade gourmande au fil de l’eau.

Le concept, porté par les notions de mouvement, de reflet et de fluidité de l’eau, est décliné à travers une multitude de facettes. Du mobilier à l’art de la table, les designers ont aussi tenu à mettre en avant le savoir-faire français et la beauté de notre artisanat d’exception.

La carte de la croisière est dédiée à la cuisine française contemporaine, préparée sur place avec des produits de saison.

Amarrée rive droite, exactement en face de la Tour Eiffel, le Ducasse-sur-Seine profite d’un emplacement unique et d’une esthétique changeante qui fluctue au long de la journée.

Ducasse-en-Seine_Restaurant_©_pmonetta

Ducasse-en-Seine_restaurant_Paris_©_pmonetta

Ducasse-sur-Seine : Port Debilly, Paris 16

Réservations : O1.589.00.22.08 / ducasse-seine.com

 

Froufrou est la nouvelle adresse parisienne du monde de la mode et du spectacle. Ce lieu mythique s’inspire de la légèreté et de l’insouciance du Vieux Paris où régnaient la joie, le partage et la vanité. C’est un lieu unique, intemporel, de lâcher-prise où l’on mange en y discutant. La fête y est toujours au rendez-vous avec une clientèle principalement composée d’artistes du Théâtre Édouard VII.

En effet, l’histoire du lieu a pris un nouveau tournant depuis mars 2018, quand la concession du restaurant du théâtre est confiée à Moma Group qui décide d’offrir une nouvelle vie au Café Guilty pour devenir Froufrou depuis le 25 septembre.

Pour cette nouvelle vie, une décoration sur-mesure se devait et qui mieux qu’Alexis Mabille pour relever ce challenge. Comme pour ses collections haute couture, il a souhaité mélanger les époques et les styles, pour imaginer un décor cosmopolite en adéquation avec le lieu. Jusqu’au-boutiste, il a tout pensé dans les moindres détails afin que rien ne choque.

Le restaurant est le prolongement du foyer qui se veut plus « intime » et qui plonge le visiteur dans un univers feutré, nimbé de grands rideaux bleu nuit, ouverts sur des portes et fenêtres reflétant les espaces encadrés de camaïeux de bleus, d’or et de terracota.

Froufrou_Paris_restaurant_@_FRANCIS_AMIANT

Froufrou_salle_restaurant_ @_FRANCIS_AMIANT

Au sous-sol un bar secret, façon speakeasy se cache. Bouillonnant de chaleur avec sa palette de rouges sombres, or et bois cirés, cet espace s’inspire à la fois d’un bar anglais et d’un wagon de l’Orient-Express. Les salons se reflètent dans des boiseries façon galerie des glaces, où les convives se prélassent dans des canapés, autour des tables basses pour échanger, danser tout en buvant des cocktails, comme dans un grand salon au plafond surplombé de verre qui reflète en miroir l’action de ce lieu vivant.

Froufrou_bar_ @_FRANCIS_AMIANT

Froufrou_Sous-Sol_Bar_@FRANCIS_AMIANT

Côté cuisine, c’est à l’étoile montante, Juan Arbelaez, que cette tâche a été donnée. Découvert dans l’émission Top Chef, il possède aujourd’hui plusieurs établissements à Paris et incarne à la perfection l’esprit du lieu par une cuisine conjuguant exigence, convivialité, générosité et subtilité grâce à des plats mixant ses origines colombiennes à la cuisine française.

Pour Froufrou, il imagine un « sharing » à la française, sur fond de cuisine bistrot moderne où les grands plats à partager sont placés au centre de la table pour remplacer les traditionnelles assiettes individuelles.

Froufrou_Alexis-Mabille_Juan-Arbelaez_@Justin_PrinzAlexis Mabille et Juan Arbelaez

Froufrou Paris : Théâtre Édouard VII : 10 place Édouard VII, Paris 9.

Ouvert 7/7; Terrasse en service continu

Déjeuner de 12h à 15h

Dîner de 19h à 00h.

 

Gastronomie et street food deviennent aujourd’hui compatibles, grâce à de nombreux chefs qui ont apporté leur savoir-faire à cette façon de manger. Pour les adeptes de ce style de fooding, un nouveau spot vient de voir le jour. Baptisé Marxito, il est la contraction du nom de ces deux instigateurs : Thierry Marx et Ora Ito qui ont souhaité conjuguer leur talent au service d’une street food, belle et éthique.

Thierry-Marx_et_Ora-Ito_ ©_Arnaud_BaniThierry Marx et Ora Ito

Il en résulte un lieu qui souligne l’alliance d’une exigence forte de qualité de la nourriture du quotidien et du souci permanent d’un design alliant, avec simplicité, le beau et le fonctionnel.

Cette idée prend sa source dans les rues de Tokyo où Thierry Marx y découvre une machine capable de fabriquer les fameux doriyaki, crêpes épaisses fourrées de pâte de haricots rouges. Il y voit immédiatement un nouveau terrain de jeu, propice à de nouvelles créations culinaires !

Il en résulte une crêpe levée au sarrasin, fourrée d’ingrédients triés sur le volet, et déclinée en salée et sucrée, dans un esprit franco-japonais. Pour compléter ce postulat de base, viennent ensuite des recettes imaginées par le chef à 80% végétariennes, salées et sucrées.

Dejeuner_Marxito_©_Mathilde_de_l-Ecotais

Petit_Dej_Marxito_©_Mathilde_de_lEcotais

Amoureux de l’esthétique minimaliste japonaise, Ora Ito signe l’aménagement intérieur de Marxito, à l’image d’un lieu de vie où l’ont peut se restaurer toute la journée, prendre une pause ou consulter ses mails entre deux rendez-vous, dans une ambiance douce et chaleureuse, renforcée par des couleurs claires et des matériaux naturels.

Parce qu’en matière de gastronomie tout se joue autour de la table, il a créé une table sans fin, toute en courbures, descendant du plafond avant de se transformer en plan autour duquel s’assoient les convives.

Marxito_@_mathieu-garçon

À l’image de cette nouvelle pensée du mieux consommer, Thierry Marx et Ora Ito partagent cette valeur commune dont Marxito est la résultante : privilégier de petits producteurs locaux et recruter l’équipe dans l’école Thierry Marx « Cuisine, Mode d’emploi » favorisant la réinsertion.

Marxito : 1bis, rue Jean Mermoz, Paris 8

Ouvert de 8h à 17h30 du lundi au vendredi.

Frédéric Blanc

 

About Fred

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *