La Paris Fashion Week Masculine Printemps-été 2019

By on 28/09/2018

La Fédération de la Haute Couture et de la Mode vient d’organiser à Paris la semaine de la mode masculine avec 50 défilés, 30 présentations, regroupant 15 nationalités. En plus des marques habituelles, 1017 Alyx (USA), Mihara (Japon), Undercover (Japon), CMMN SWDN (Suèdes) ont rejoint le calendrier officiel.

 

Si cette fashion week a été riche en création, avec de nombreux temps forts, c’est incontestablement le groupe LVHM qui a retenu toute l’attention des journalistes et des people avec les premières collections de Virgil Abloh pour Louis Vuitton et de Kim Jones pour Dior Homme.

Le jardin du Palais s’est transformé en « place to be », le temps du défilé Louis Vuitton, avec une collection, accompagnée d’une scénographie, à la hauteur de l’attente de fashion sphère. Une entrée en matière plus que réussie qui fait entrer le sportswear au rang de garde-robe de luxe.

louis-vuitton_par_virgil-Abloh_PaP_Homme_PE_2019

Fidèle à sa « patte », en accord avec sa propre marque « Virgil Abloh, Off/White », le designer puise dans le sport, le vêtement de travail, ainsi que dans le tailloring pour livrer un dressing à l’allure arty, très proche des looks des rappers américains, devenus aujourd’hui les prescripteurs numéro 1 des tendances.

En plus de pièces parfaitement abouties, l’accessoirisation minutieuse apporte le plus qui donne le ton et par conséquent l’envie immédiate d’adopter l’ensemble de la ligne.

À la vue du parterre de stars venu acclamer le nouveau maître du style Vuitton, additionné aux nombreux éloges de la presse internationale, cette collection est déjà un succès commercial.

Louis_Vuitton_PaP_Homme_PE_2019

De son côté, Kim Jones pour Dior Homme se penche sur l’héritage maison pour imaginer la nouvelle garde-robe masculine de l’été prochain. Fraîche, aérienne, elle a tout pour séduire une clientèle jeune, tout en restant cependant très sage. On aime le clin d’œil à la Toile de Jouy, imprimé fétiche de monsieur Dior.

Dior_Homme_PaP_PE_2019

Loin du sportswear, Alexander McQueen s’impose avec son style chic, anticonformiste, fidèle au style du créateur originel. Les vêtements classiques sont démontés pour mieux les détourner, afin de les réimaginer de façon contemporaine pour des businessmen bien dans leur époque. Le « rock » n’est pas oublié, avec des ensembles motards en cuir peints à la main. L’esprit et l’émotion de l’artiste britannique du milieu du XXe siècle, Francis Bacon, se retrouvent dans des peintures de John Deakin. Des broderies en bronze argenté « graffiti » viennent clôturer les tenues du soir.

Alexander_McQueen_PaP_Homme_PE_2019

Dans ce même esprit du tailloring anglais, Paul Smith ne succombe pas à la mouvance sportwear. Il affirme sa place du maître du costume. Si le classique côtoie la « rock attitude », les nouveaux codes de l’oversize ne sont pas oubliés, avec un élargissement des proportions, collant aux silhouettes actuelles. Sa passion pour la couleur mélangée aux carreaux, rayures, pois et motifs apporte une réelle fraîcheur à l’ensemble de la collection.

Paul_Smith_PaP_Homme_PE_2019

Comme annoncé il y a quelques mois, Franck Boclet a fait son come-back dans la célèbre marque de couture masculine : Francesco Smalto. Pas de défilé pour ce premier opus, mais une présentation sur stockman de pièces indispensables pour des hommes classiques aimant une dose de fantaisie. Dans un souci de confort et de bien tombé, l’accent a été mis sur la recherche de tissus parmi les plus légers. La signature Smalto se retrouve dans les détails des créations, qui revisitent avec précision l’élégance chère à la maison. Le savoir-faire italien apparaît au travers de broderies en cannetille, réalisées à la main, afin de rendre chaque création unique.

Smalto_PE_2019

Lanvin par Lucas Ossendrijer reste un des moments forts des défilés. Précurseur dans le style street et workwear de luxe, le designer continue ses recherches sur le vestiaire masculin, en jouant sur les contrastes. Il casse définitivement les barrières entre le jour et le soir, le rigide et le souple, la couleur et le noir, le plat et le relief… Il en résulte une allure moderne, dynamique que l’on a immédiatement envie d’adopter pour se sentir bien dans ses baskets en restant élégant.

Lanvin_pap_Homme_PE_2019

Yusuke Takahashi pour Issey Miyake Men propose une réelle collection estivale, avec un vestiaire taillé dans des matières légères, fluides. Les formes sont amples laissant une grande liberté de mouvement au corps pour une allure chic décontractée. En adéquation avec la tendance actuelle, le designer abolit les frontières entre le jour, le soir, l’habillé, le décontracté, afin de coller au plus près du style de la rue, qui aime mixer les styles pour affirmer sa personnalité. La palette de couleurs froides est enrichie de motifs sunlight, graphiques inspirés par la lumière du soleil.

Issey_Miyake_Men_PE_2019_©_Frederique_Dumoulin

Le show de Thom Browne reste un des temps forts de la Paris Fashion Week, avec ses défilés à thème. Cette saison, rendez-vous dans un jardin merveilleux, entretenu par des mannequins transformés en nains jardiniers ultra-chic.

Thom_Browne_men_SS19_©_Dan_Lecca

Inspirée des années 30, la collection hyper colorée puise sa source dans la mer, avec des impressions homards, baleines. Amoureux de la coupe, le couturier a fait défiler ses mannequins, deux par deux vêtus de mêmes looks, mais dans des proportions différentes. Clownesque pour certains, par un afflue d’informations, de couleurs et de proportions exagérées, il en résulte une des collections les plus joyeuses de la semaine, qui fera les beaux jours des inconditionnels de ce maître du tailloring décalé.

Thom_Browne_Men_SS_2019_©_Dan_Lecca

Mark Weston impose, petit à petit, son style à la maison Dunhill, tout en lui conservant son ADN. Il s’inspire des formes années 70, qu’il revisite afin de les adapter à notre ère, dans des matières de grande qualité, sans oublier le cuir si cher à la marque. Si l’homme classique Dunhill trouve son bonheur avec des costumes extrêmement bien coupés dans des formes et couleurs actuelles, les jeunes dandys ne restent pas sur leur faim, grâce à des propositions mêlant chic et coupes avant-gardistes.

Dunhill_PaP_Homme_PE_2019

Nouveau au calendrier CMMN SWDN, marque suédoise lancée en 2012 par Emma Hedlund et Saif Bakir, s’est rapidement imposée auprès d’une clientèle jeune, grâce à ses inspirations, puisées dans les sous-cultures additionnées à des finitions haut de gamme, pour des vêtements masculins intemporels.

Surfant sur la tendance gender fluid, les pantalons très masculins sont mélangés de tops ou de chemises inspirés par le dressing féminin où la transparence est souvent de mise.

CMMN_SWDN_PaP_Homme_PE_2019

Dans cette même veine de mode inspirée par les contre-courants, GMBH s’est fait une place incontournable chez les adeptes d’un dressing différent. Si le streetwear reste une inspiration de base, les propositions s’étoffent de pièces plus classiques, allant même jusqu’à un costume revisité particulièrement bien réussi. Fil conducteur de la collection, des pièces empruntées au maintien du corps comme des harnais, des ceintures lombaires, imaginées comme des accessoires, faisant partie intégrante des vêtements.

GMBH_PaP_Homme_PE_2019

Andréa Crews, en véritable ambassadrice de la mode de rue, reste fidèle à son image avec de nombreuses propositions autour du sport, des vêtements de travail, tout en y incluant des pièces beaucoup plus classiques, revisitées par ses soins. Par conséquent le sportswear s’ennoblit en se mixant avec l’officewear, pour devenir plus chic. L’upcycling étant toujours au centre de la création, elle propose différentes versions de porter ses vêtements en portant la veste retournée, détournée, la chemise corporate sous un jogging de cuir.

Andrea_Crews_PaP_Homme_PE_2019

Présente pour la première fois au calendrier officiel, 1017Alyx est un label américain créé en 2015 par Matthew Williams. Réputé pour ses collaborations avec les meilleurs talents du monde de l’art et de la musique. Il impose sa vision de la mode en se basant sur la culture de la rue et des sous-cultures comme le streetwear, le sportwear ou le workwear.

1017_Alyx_PaP_Homme_PE_2019

Repéré depuis deux saisons, avec une entrée remarquée à Designers Apartment, Arthur Avellano a défilé en marge du calendrier en accord avec la Fédération. Il poursuit son travail très personnel sur le latex, qu’il travaille comme un tissu traditionnel. Ce dernier s’inscrit dans la mouvance du gender fluid où les barrières de genres sont abolies.

Arthur_Avellano_PaP_Homme_SS_2019

Louis Gabriel Nouchi, dont le nom a commencé a circuler dans le monde de la mode depuis 2014, avec sa place de finaliste dans la catégorie homme au Festival d’Hyères, a défilé pour la première fois avec da ligne LGN. Pour sa seconde collection, le designer confirme son amour pour le Japon, en puisant son inspiration dans « le Pavillon D’or », le monument de la littérature contemporaine de Yukio Mishima.

Les coupes amples, rappellent les kimonos traditionnels, enveloppent les corps pour mieux relever la sensualité. L’espace entre la peau et le tissu devient une zone mystérieuse, sublimée par le mouvement. Les mailles et les soies couleur or sont contrebalancées par des traitements agressifs sur des matières denim ou jerseys, tels que des délavages ou des surteintes.

Les pièces activewear, réalisées en collaboration avec Damart, associent sensibilité et fonctionnalité pour un vestiaire contemporain, accentuant le rapport entre le corps et le vêtement de sport.

LGN_PaP_HOmme_PE_2019

Grande nouveauté pour cette semaine de la mode masculine, Christian Louboutin a investi l’Oratoire du Louvre pour la présentation de sa nouvelle collection de runnings. Pour cela, il a fait appel au danseur Kevin Mischel, aujourd’hui nouvelle star du cinéma français, passionné par le sport et la boxe. Accompagné de deux danseurs, il a offert à l’assemblée une performance artistique démontrant le confort absolu des nouvelles sneakers de la maison.

 

Frederic Blanc

About Fred

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *