Voyage dans une garde-robe de la Belle Epoque aux Années 30

By on 27/10/2013

Alice Alleaume_vers 1912_Photo H Bocklage_droits réservés_Prise de vue Gérard Leyris

Alice Alleaume

Depuis le 17 Octobre, le musée Carnavalet invite le visiteur à se plonger dans les années 30 par l’intermédiaire de la garde-robe d’Alice Alleaume, une élégante collectionneuse, ayant débuté sa carrière comme première vendeuse à la maison Chéruit.

Son goût du vêtement se retrouve dans l’exposition au travers de ses robes griffées ( Worth, Jeanne Lanvin… ) ou non griffées, des chapeaux issus des plus grandes modistes ( Alphonsine, Marcelle Demay,…) et de ses accessoires. Cette collection est complétée par des illustrations et des tableaux où l’esprit d’avant-guerre est parfaitement restitué.

Robe non griffée vers 1922-24_ Robe non griffée vers début du XXème siècle8 Robe Jeanne Lanvin Walkyrie ou Brunehilde 1935 © Stéphane Piera_Galliéra_Roger-violet

Robe du soir en crêpe de soie, broderies de perles turquoise, de perles transarentes argentées, de fils de soie rose fuchsia et bronze. Fleurs en velours de soie, non griffée vers 1922-24 .Robe du soir en mousseline de soie rose, tulle ivoire brodé de paillettes, tulle ivoire, broderies de perles et de strass, non griffée vers début du XXème siècle. et Robe du soir Jeanne Lanvin “Walkyrie” ou “Brunehilde” en lamé or, ceinture en soie bleu marine surpiquée,1935.

Le parcours explique également que le haut lieu de la mode et, en particulier des maisons de couture, était le quartier de la place Vendôme, devenu aujourd’hui le fief des joailliers. Toutes les maisons qui comptaient y étaient présentes. Charles-Frederick Worth, fondateur de la haute couture, avait élu domicile au 7. Paquin, Doucet, Doeuilly et bien sûr Chéruit étaient ses voisins.

SORTIE DES OUVRIERES DE LA MAISON PAQUIN, RUE DE LA PAIX

La sortie des ouvrières de la Maison Paquin, rue de la Paix, vers 1902 par Jean Béraud

Cette exposition permet de mettre à nouveau en lumière la maison Chéruit, créée par Madame Chéruit (1866-1955), qui avait commencé sa carrière chez les sœurs Raudnitz, maison qu’elle rachète fin 1898 avec Marie Huet pour constituer la société Huet et Chéruit. Son rapide succès est couronné par un Grand Prix à l’exposition Universelle de 1900. Elle s’installe la même année place Vendôme, au 21, et fera prospérer son activité jusqu’en 1914. Elle cède alors son nom à mesdames Boulanger et Wormser qui assureront la prospérité de la société jusqu’en 1923, date à laquelle Madame Boulanger décide de créer sa propre griffe, laissant ainsi seule aux commandes Madame Wormser jusqu’à la fermeture de la maison en 1933.

Robe en lamé or Maison Chéruit 1921-1922 © Stéphane Piera_Galliéra_Roger-violet

Ensemble en lamé or Maison Chéruit, 1921-1922

A noter, une vingtaine de robes Chéruit sont exposées représentant la période début du XXème siècle jusqu’au milieu des années 20.

Ces pièces sont rentrées récemment dans les collections du Palais Galliéra grâce une donation, et complètent les 400 pièces exposées ici, offrant ainsi un panorama diversifié de l’univers des maisons de haute couture et de leur clientèle privilégiée de l’époque.

Paire de salomés du soir

Paire de salomés du soir en lamé façonné, imprimé et peint de fleurs multicolores. Runan en lamé or. Boucle en métal et strass. Talon recouvert de lamé or. Doublure en cuir ivoire: Hellstern & Sons.

Exposition : Roman d’une garde-robe. Le chic d’une Parisienne de la Belle Epoque aux années 30, du 17 Octobre au 16 Mars 2014.

Musée Carnavalet-histoire de Paris : 23, rue de Sévigné Paris 3.

Ouvert du Mardi au Dimanche de 10h à 18h. Fermé les lundis et jours fériés.

Frédéric Blanc

About Fred

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *