La Paris Fashion Week Féminine Automne-Hiver 2019-20

By on 08/03/2019

Le marathon des grandes fashion weeks vient de fermer s’achever. Après Londres, New York et Milan, Paris a présenté plus de 76 défilés inscrits au calendrier officiel de la Fédération de la Haute Couture et de la Mode.

 

Parmi les shows les plus attendus, celui de Chanel, sans Karl Lagerfeld, a évidemment retenu l’attention de la presse et des acheteurs. Afin de respecter son travail, la direction a nommé Virginie Viard, déjà responsable du studio et fidèle assistante de Karl, comme directrice artistique.

Comme à son habitude le défilé a eu lieu au Grand Palais. En total adéquation avec la collection hiver, c’est un village de montage enneigé qui a servi de décor à la dernière collection du couturier Allemand. Afin lui rendre hommage, une minute de silence a été imposée avant d’entendre résonner la voix de Karl, expliquant les raisons qui l’avaient poussé à rejoindre la Maison.

Chanel_PaP_AH-2019-20_©_Lucile-Perron

Très élégante, la collection propose de nombreuses tenues pour affronter le froid tout en restant chic. Le style masculin/féminin est ici à son apogée avec des manteaux oversize en tweed, des tailleurs pantalons, des pulls, des cols roulés, des chapeaux d’homme, contrebalancés par une accessoirisation riche en bijoux. Les sacs s’accordent également à la saison avec des rabats en fausse fourrure. Les bananes en fausse fourrure ou en cuir brodé de camélias glacés alternent avec des minaudières télécabines en résine strassée.

Pour finaliser les looks de nouvelles chaussures de montagnes doublées en peau retournée viennent enrichir le vestiaire.

Si les couleurs automnales sont de mise, le noir et le blanc restent les valeurs sûres de la saison. Ils sont également réveillés par le fuchsia, le brique et le vert émeraude.

Chanel-PaP_AH_2019-20_courtesy_Chanel-1

Chanel_PaP_AH_2019-20_Courtesy_Chanel_2

Chanel-PaP_AH_2019-20_Penelope_Cruz_courtesy_Chanel-3

 

Alors qu’Hedi Slimane s’était attiré les foudres d’une grande majorité de la presse, avec sa première collection pour Celine, en raison d’une grande similitude avec son travail chez Saint-Laurent. Il a coupé l’herbe sous le pied à toute critique en proposant un prêt-à-porter beaucoup plus en accord avec l’esprit de la maison.

Il prend appui sur l’allure parisienne et plus précisément celle de Saint-Germain-des- Prés pour imaginer la garde-robe néoclassique de la femme Celine.

Les pièces féminines côtoient celles inspirées du dressing masculin dans une harmonie parfaite, à l’image de la silhouette phare : veste boyfriend portées sur blouse lavallière en soie, associées à une jupe-culotte, scindée par une fine ceinture en cuir à boucle dorée.

Dans ce même esprit la collection est complétée par de grands manteaux enveloppants, des tailleurs pantalons, des blazers en velours côtelé, des blousons d’aviateurs, des jeans, des cuirs, toujours contrebalancés par des détails très féminins.

Le soir, l’or et l’argent viennent compléter ces nouvelles propositions d’un chic absolu et complètement modernes.

Celine_PaP_AH_2019-20_1

Celine_PaP_AH_2019-20_Courtesy_Celine

Celine_PaP_AH_2019-20_courtesy_Celine_3

 

Anthony Vacarello pour Saint Laurent propose un vestiaire plutôt sombre où le noir est majoritaire. Très inspiré par les créations de Monsieur Saint Laurent, on retrouve les broderies, les imprimés animaliers, les transparences, les épaules surdimensionnées des années 80, des robes très sexy où le corps se révèle, ainsi que des pièces très masculines.

SAINT-LAURENT_PaP_AH_2019-20-1

Saint-Laurent_PaP_AH_2019-20-2

Pour le soir, il crée la surprise avec des tenues réfléchissantes et fluorescentes dans lesquelles les couleurs explosent, tel un hommage, version 2020 au créateur du nom qui était également réputé pour son amour de la couleur et ses mélanges parfois osés.

Saint-Laurent_PaP_AH_2019-20_3

SAINT-LAURENT_PaP_AH_2019-20-4

 

De saison en saison, Glenn Martens place Y/Project dans la lignée des noms incontournables des maisons de mode. Tel un véritable couturier, il imagine son prêt-à-porter comme des pièces de couture, il dissèque les vêtements pour mieux les réinterpréter et leurs donner une nouvelle allure. Chaque passage fourmille de trouvailles et de détails qui font de ces looks des pièces uniques dans leurs créations et leurs façons d’être portés.

Si à son arrivée, le streetstyle était le crédo de la maison, il est, aujourd’hui, remplacé par un nouveau chic, ultra contemporain. Glen Martin a tout pour devenir un grand nom de la mode.

Y_Project_PaP_AH_2019-20_Courtesy_YProject_1

YProject_PaP_AH_2019-20_2

Y_Project_PaP_AH_2019-20_Sevdaliza

 

Manish Arora a choisi l’enceinte de la Cathédrale Américaine pour présenter, dans une atmosphère quasi-mystique, une collection où le passé rencontre le futur. En parfaite adéquation avec le lieu et la musique, il propose un vestiaire baroque mélangeant les inspirations hippies des années 70, futuristes destroy à la «Mad Max» et des stars glamour hollywoodiennes.

 

Au summum de son art, le couturier indien livre sa vision d’un prêt-à-porter de luxe à la limite d’une couture contemporaine, en prenant comme base ses racines indiennes tout en les mixant à l’allure occidentale.

Les vêtements richement brodés, colorés et accessoirisés se superposent, se mélangent dans un style Bollywoodien pour habiller les guerrières des temps modernes. Cet effet est renforcé  par des coiffes spectaculaires, cagoules brodées, tiares à longs bijoux aux effets de boucles d’oreilles surdimensionnées, masques têtes de mort, crêtes de plumes et des maquillages haut en couleurs rappelant la passion de Manish pour le festival Burning Man.

Manish_Arora_PaP_AH_2019-20_©_Yannis-Vlamos_1

Manish_Arora_PaP_AH_2019-20_©_Yannis-Vlamos_2

Manish_Arora_PaP_AH_2019-20_©_Yannis-Vlamos_2

 

Dans un tout autre style, beaucoup plus conventionnel, Maria Gazia Chiuri poursuit son engagement pour le féminisme chez Dior. Elle se focalisant sur les teddy Girls, les homologues féminins des Teddy Boys, l’une des premières subcultures anglaises. C’est l’occasion de revisiter les années 50 et le new Look de Christian Dior pour cette passionnée de l’histoire de la Maison.

Elle revisite le tailleur Bar avec des lignes plus masculines, dans sa coupe, son col et son tissu. Il dialogue avec des jupes plus souples pour un effet plus sportwear. Le t-shirt à message, toujours très présent dans ses collections, apporte une nonchalance aux pièces plus élégances. Les tartans, le cuir et le denim viennent compléter cette nouvelle cool attitude dans un style féminin/masculin.

DIOR_PaP_AH_2019-2020_courtesy_Dior_1

DIOR_PaP_AH_2019-2020_courtesy_Dior_2

DIOR_PaP_AH_2019-2020_courtesy_Dior_©_ADRIEN_DIRAND

 

Avec l’arrivée de Bruno Sialelli, Lanvin fait son come back sur les podiums avec la nouvelle vision de celui-ci sur l’histoire de la maison. Responsable des lignes féminines et masculines, il fait table rase du travail de ses prédécesseurs pour mettre en avant le patrimoine de la maison en se focalisant sur la vie et l’époque de Jeanne Lanvin. Un esprit folklorique émane de la collection avec des mixes de pièces issues de différents pays ou de costumes traditionnels breton. Il s’aventure également dans les contes et légendes pour compléter son dressing pour le moins déroutant.

A la suite de ce défilé, on se pose la question du choix de Bruno Sialelli pour l’avenir de la maison et en particulier, en ce qui concerne la mode homme, dont Lucas Ossendrijver avait fait une référence avant-gardiste.

 Lanvin_PaP_AH_2019-20_Kristy-Sparow-Getty-Images-For-Lanvin

Lanvin_PaP_AH_2019_20_Kristy-Sparow-Getty-Images-For-Lanvin

Lanvin_PaP_Homme_AH_2019_20_Kristy-Sparow-Getty-Images-For-Lanvin

Lanvin_PaP_Homme_AH_2019_20_Kristy-Sparow-Getty-Images-For-Lanvin_

 

Depuis l’arrivée de Julien Dossena à la tête de la création de Paco Rabanne, la maison n’a plus grand chose à voir avec l’esprit de son créateur. Celui-ci décide de s’affranchir du lourd patrimoine industriel, actuellement exposé à Rouen, pour imaginer une nouvelle page de histoire de la maison, basée sur le glamour.

Si au premier abord, il est impossible de poser un nom sur cette magnifique collection, on découvre au fil des passages des pièces en mesh métal, matière emblématique de la maison, mais entièrement revisité dans un esprit ultra glam.

Paco-Rabanne_PaP_AH_2019-20_courtesy_Paco_Rabanne

Paco-Rabanne_PaP_AH_2019-20

Paco-Rabanne_PaP_AH-2019-20_3

 

Frédéric Blanc

About Fred

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *