L’étoffe des Rêves de Lee Young-hee au Musée Guimet

By on 27/12/2019

Le musée Guimet a reçu en 2019 la donation exceptionnelle de 1300 pièces, issues du fonds de Lee-Young-hee, dont de nombreux accessoires. Il devient ainsi le récipiendaire de la plus importante collection au monde de textiles coréens en dehors du pays. L’institution lui consacre depuis cet automne une rétrospective conçue à partir de textiles anciens, d’accessoires et de 75 pièces de haute couture.

 

Le musée Guimet est né du grand projet d’un industriel lyonnais, Émile Guimet (1836-1918), de créer un musée des religions de l’Égypte, de l’antiquité classique et des pays d’Asie. Ses voyages en Égypte, en Grèce, puis un tour du monde en 1876 avec des étapes au Japon, en Chine et en Inde lui permirent de réunir d’importantes collections qu’il présenta à Lyon à partir de 1879. Afin de présenter ses trésors dans un musée parisien, il y fait construire son propre musée qui fut inauguré en 1889. De son vivant, cette institution se consacre de plus en plus à l’Asie, tout en conservant une section sur les religions de l’ancienne Égypte, à la suite de ses différentes expéditions dans les régions de l’Extrême-Orient.

En 1927, le musée Guimet est rattaché à la Direction des musées de France et accueille d’importantes collections rapportées par les grandes expéditions en Asie Centrale et en Chine.

En 1945, dans le cadre d’une vaste réorganisation des collections nationales, le musée Guimet envoie au Louvre ses pièces égyptiennes et reçoit en retour l’ensemble des œuvres du département des arts asiatiques. Dès lors, l’institution de la place d’Iéna devient l’un des tout premiers musées d’art de l’Asie dans le monde. Il présente depuis des collections permanentes ainsi que des expositions thématiques sur les arts asiatiques.

C’est dans ce cadre que le musée accueille depuis le 16 décembre 2019, l’exposition l’étoffe des rêves de Lee Young-hee. Séoul-Paris, retraçant la vie et l’œuvre de la plus grande figure de mode coréenne.

exposition_Le_Young_Hee_re_creations_Costumes_Coreens_©_Frederic_BlancExposition Lee Young-lee, reconstitution de costumes traditionnels coréens

Lee Young-hee a été une des créatrices majeures qui a su propulser l’image de la Corée moderne et décomplexée sur la scène internationale. Puisant son inspiration dans le vêtement traditionnel des femmes coréennes, le hanbok, son art s’épanouit dans une modernité sans cesse renouvelée passant de la parfaite maîtrise des formes traditionnelles aux figures aériennes d’un hanbok libéré.

Hanbok_traditionnel_exposition_Lee-Young_hee_©_Frederic_BlancHanbok traditionnel

Le parcours revient sur trois domaines essentiels et complémentaires de la création de Lee Young-hee avec ses recherches consacrées au vêtement coréen traditionnel, sa création de hanbok modernes et enfin sa création haute couture, qui lui permit de se faire un nom à l’international.

Lee-Young_hee_collection_haute_Couture_2010_©_Frederic_BlancLee Young-hee collection Couture 2010

Diplômée de la prestigieuse université Sungshin Women’s Universtity, Lee Youg-hee commence sa carrière de designer en 1976 en ouvrant sa première boutique « Lee Young Hee Korean Clothes ». Elle y mélange tradition asiatique et fonctionnalité occidentale et se fait baptiser « The Colorfull designer of Asia » par Vogue et Harper’s Bazaar. En 1993, elle est la première Coréenne à présenter une collection de prêt-à-porter à Paris. Jusqu’en 2004, elle y défilera à plus de vingt reprises à l’occasion de la Fashion Week. En 2010, elle revient dans la capitale de la mode pour présenter sa première collection haute couture, qui sera suivie de deux autres, entre 2012 et 2016.

Lee_Young_Hee_final_Couture_FW_2016-17Lee Young Hee final défilé Couture automne-hiver 2016-17 Paris

À paris comme à New York, elle présente ses « étoffes de vents et de songes », des hanbok colorés, fluides, légers, aux drapés versatiles, qu’elle a débarrassés de la traditionnelle veste courte pour mieux les faire entrer dans la garde-robe des femmes d’aujourd’hui. Elle explore tous les matériaux traditionnels (ramie, soie), expérimente de nouvelles compositions à base de fibre d’ananas et de soie, joue avec les effets de transparences et de matières rugueuses. Son vocabulaire varié, librement inspiré de la combinaison traditionnelle d’une ample robe s’élargissant sous la poitrine et d’un court boléro noué de rubans, est constamment réinventé. Raccourci, superposé, retaillé, combiné, peint, le hanbok de Lee Young-hee adopte aussi le jean et promeut la couleur intense ainsi que le noir profond.

Tenues_de_Ceremonies_royales_annees_1980_reconstitution_lee-Young_hee_©_Frederic_BlancTenues de cérémonies royales coréennes, reconstitution par lee Young-hee (1980)

Uniforme_de_Fonction_militaire_Annees_1980_reconstitution_Lee_Young_hee_©_Frederic_BlancUniforme de fonction militaire, reconstitution par Lee Young-hee ( 1980)

Uniforme_de_fonctionnaire_civil_gwanbok_annees_1980_reconstitution_Lee_Young_hee_©_Frederic_BlancUniforme de fonctionnaires civil “gwanbok”, reconstitution par Lee Young-hee (1980)

Exposition_Lee-Young_hee_Hanbok_©_Frederic_BlancHanbok: Jeogori en organza de soie teint à la réserve, jupe en organza de soie brodée. / Hambok: Jeogori en damas de soie matelassé et surpiqué, gaze façonnée, jupe en organza des oie teint à la réserve. / Hanbok en gaze façonnée et organza de soie estampé d’or pour la jupe.

Lee_young_hee_collection AH-1995-96_1993_94_et_HC_2016_©_Frederic_BlancRobe et manteau collection automne-hiver 1995-96. / Chemise, veste, pantalon et collier collection automne-hiver 1993-94. / Veste, pull à col roulé, ceinture et pantalon, collection couture 2016.

Lee_Young_hee_Collection_PE_2002_et_AH_2010_©_Frederic_BlancVeste, top et pantalon collection printemps-été 2002 et haute couture 2010 /Robe et boléro haute couture 2010

Exposition_Lee_Young_hee_Musee_Guimet_2019-20Rétrospective Lee Young-hee

Exposition_Lee_Young_hee_Collection AH _2016_©_Frederic_BlancFinal défilé couture automne-hiver 2016-17

exposition_Lee_Young_Hee_Musee_Guimet_2019-20_©_Frederic_BlancJupe, brassière, boléro et toque en renard prêt-à-porter 2009

Lee Youg-hee : 1936-2018.

Exposition L’étoffe des rêves de Lee Young-hee. Séoul-Paris du 4 décembre 2019 au 9 mars 2020.

Musée National des arts asiatiques-Guimet : 6 place d’Iéna, 75116 Paris

Infos pratiques sur site du musée

Frédéric Blanc

About Fred

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *