Les défilés off de la haute couture 2019

By on 31/01/2019

En marge du calendrier officiel de la Fédération de la Haute Couture et de la mode, de nombreuses maisons françaises et étrangères profitent de cette semaine du luxe pour venir présenter leurs collections. Si certaines marques ont une véritable légitimité à défiler dans la capitale de la mode, ce n’est hélas pas le cas de certaines, qui pensent que mettre des strass et des paillettes sur une robe longue est synonyme de couture !

 

Incontournables de cette semaine, les créations libanaises ont le vent en poupe. De nombreuses marques venues du Moyen-Orient se sont fait un nom à l’international et pour ces dernières Paris est leur meilleure vitrine pour développer leur clientèle.

Georges Chakra, qui possède son propre salon couture à deux pas de l’avenue Montaigne, a présenté une collection poétique aux couleurs pastels poudrées ou lumineuses, à destination de femme aimant l’élégance sans pour autant tomber dans le classicisme. Jeux de découpes, transparences subtiles et nœuds de toutes tailles se donnent rendez-vous sur des tenues du soir pour sublimer la silhouette estivale.

Georges_Chakra_Couture_SS_2019

 

Rami Kadi, qui recevait jusqu’à présent en salon, a pour la première fois défilé à Paris, permettant ainsi à ses clientes de mieux se rendre compte des détails de coupe de ses modèles. Chef de bande de la nouvelle génération de créateurs libanais, il dépoussière les codes de la couture en apportant un vent de modernité aux robes habillées en y apportant des touches de casual wear. Comme une ode aux couleurs changeantes de l’été, il travaille sur des effets miroirs transformant la femme en astre solaire.

Rami-Kadi_Couture_SS-2019

 

Ashi Studio a également défilé pour la première fois, mais uniquement pour ses clientes et une poignée d’happy few, lors d’un diner concert. Fan des volumes et des formes architecturales, il continue son œuvre dans cette direction, tout en proposant quelques looks plus faciles à porter pour des soirées chic ne nécessitant pas le port de la robe de bal. Si le noir et blanc restent ses tonalités de base, il enrichit sa palette avec du fuchsia, du vert et du jaune solaire.

Ashi-Studio_Couture_SS_2019

 

Depuis l’ouverture de ses salons couture à Paris, Tony Ward s’amuse à mixer les inspirations orientales à celles de l’occident. A mi-chemin entre les cultures, les robes jouent entre les lignes fluides épousant celles du corps et la poésie moyenne orientale.

Le point de départ de son dernier opus : la libellule dont il réinterprète l’anatomie. Les lignes des silhouettes sont dessinées à partir de la structure des ailes, à la fois fines et délicates.

Tony_Ward_Couture_SS_2019

 

Dany Atrache est l’exemple même de la couture libanaise. De jolies robes dans des matières précieuses (organdi, soie, dentelle, mousseline…) rehaussées d’imprimés et de broderies. Pour sa nouvelle collection, il propose de nombreux choix dans des coloris allant du pastel au bleu nuit avec des color-blocks blanc, noir et argent.

Dany-Atrache_Couture_SS_2019

 

Ziad Nakad propose un très large choix de robes de grands soirs richement brodées. Inspiré par les cieux étoilés, il invite ses clientes à se parer d’astres lumineux et plus particulièrement de la constellation d’Orion, celle qui domine le ciel hivernal.

Ziad-Nakad_Couture_SS_2019_©_Imaxtree

 

Le syrien Rami Al Ali choisit, quant à lui, de faire voyager ses clientes en Espagne au travers de sa collection inspirée par le flamenco, la corrida et les couleurs ibériques. Véritable ode à ce pays, on retrouve les volutes des robes de danse, les franges des châles ainsi que les tailles hautes des pantalons de toréadors. Si les couleurs douces sont toujours privilégiées, le rouge flamboyant est l’invité d’honneur de la collection.

Rami-Al-Ali_Couture_SS_2019

 

Bien que l’Espagne soit réputée pour sa mode, il est rare de retrouver ses créateurs sur les podiums parisiens. Cela est chose faite avec Yolancris, qui après 12 collections présentées à Paris lors des semaines de prêt-à-porter, saute le pas en proposant sa première vision de la couture. Fondée à Barcelone en 2005 par Yolanda Pérez, la marque souhaite avec cette première présentation positionner son nom sur le marché du luxe international.

Sous influences victoriennes, la collection rend hommage à la capitale Catalane avec des clins d’œil aux couleurs du Palau de la Musica, à l’architecture des façades ou encore aux fameuses mosaïques si représentatives de la ville.

Afin de montrer l’étendue de la créativité nationale, Yolancris s’associe à Palomo Spain pour des diadèmes et des serre-têtes ainsi qu’au chausseur Ana Marttin pour des réalisations exclusives.

Yolancris_Couture_SS_2019

 

La France a été représentée dignement avec la présentation d’Armine Ohanyan, gagnante de l’édition 2018 du Festival des Jeunes Créateurs de Mode de Dinan. Jeune maman et créatrice engagée, elle envisage une nouvelle couture pour avenir meilleur avec des propositions luxueuses et écoresponsables. Elle puise son inspiration dans la beauté des fonds marins, menacés aujourd’hui par l’industrie humaine. Consciente de ce problème, elle utilise les déchets plastiques en tant que broderies et en illustrant l’altération des couleurs de la flore aquatique, elle dénonce l’enjeu écologique.

Déjà récompensée en 2016 par le concours E-Fashion Award pour sa mode avant-gardiste, elle mêle le savoir-faire couture aux nouvelles technologies comme l’impression 3D, des matières moins courantes dans le tels le silicone ou bien les découpes laser, conférant à ses créations une image moderne, futuriste tout en incarnant l’esprit du luxe.

Armine_Ohanyan_Couture_PE_2019_©_Imaxtree

Armine_Ohanyan_Couture_SS_2019_©_Imaxtree

 

Autodidacte, Patrick Boffa a commencé à dessiner ses premiers croquis et à draper directement sur un mannequin Stockman, réalisant ainsi ses premiers pas en tant que designer. Parallèlement styliste pour plusieurs campagnes publicitaires et magazines internationaux, il a établi ses inspirations et affine son style pour proposer sa vision du dressing idéal de la femme d’aujourd’hui. Sa couture est chic, bien coupée et se fait remarquer au premier coup d’œil par son élégance et non par une surabondance de broderie.

Patrick_Boffa_Couture_SS_2019

 

La Grecque Celia Kritharioti se place de saison en saison comme un des shows incontournables du calendrier off de la semaine. Elle s’inspire du cirque, des costumes et de son imaginaire pour livrer une collection haute en couleur, ludique qui n’oublie pas de magnifier l’élégance féminine.

Héritière d’un savoir-faire datant de la naissance de la maison en 1906, la créatrice propose des pièces réalisées à la main.

Celia_Kritharioti_Couture_SS_2019

 

Impossible pour Yanina de louper son rendez-vous biannuel avec la capitale de mode. 2019 est une année importante pour la créatrice russe qui a fêté avec panache ses 25 ans de couture au Centre Spirituel et Culturel Orthodoxe Paris avec une exposition rendant hommage à son univers.

Habituée des tapis rouges, elle s’inspire de l’allure des actrices de l’âge d’or hollywoodien pour imaginer les prochaines tenues qui pareront ses aficionados lors des prochaines grandes cérémonies. Parce que toutes les femmes utilisent la mode pour se mettre en scène, Yanina leur livre ici de quoi devenir des stars d’un soir.

Yanina_Couture_SS_2019_©_Boyko

 

Yumi Katsura, présente à chaque semaine de la mode parisienne depuis 2003, prend pour appui le mouvement « Japonismes 2018 » qui se déroule actuellement à Paris en commémoration des 160 ans d’amitié franco-japonaise. Elle met en exergue les fondamentaux des habits traditionnels qu’elle mixe à des formes et des matières occidentales.

Yumi-Katsura_Couture_SS_2019_©_Boy

 

Alin le’Kal est venu d’Australie pour présenter sa collection aux sonorités orientales et festives. Strass et paillettes sont au rendez-vous pour des robes sexy mettant le corps en valeur.

Alin_le_Kal_Couture_SS_2019_©_Imaxtree

 

Frédéric Blanc

About Fred

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *