HER Time by OMEGA : quand l’horlogerie rencontre l’univers de la femme

By on 28/09/2017

Depuis des siècles, les montres ornent les poignets, elles reflètent à la fois le passage du temps et des modes. Parmi les nombreux spécialistes qui ont participé à l’évolution de cet accessoire utile et symbole de reconnaissance social, l’horloger Suisse Omega s’est forgé une place incontournable dans ce domaine depuis plus de 100 ans. Il propose, aujourd’hui, de mettre à l’honneur ses créations féminines lors d’une exposition parisienne rendant ainsi hommage au savoir-faire de ses ateliers.

 

Baptisée « Her Time » la fascinante exposition de la Maison ouvrira ses portes à l’Hôtel de Sully de Paris, après avoir été présentée à Milan, Moscou et en Asie. Elle retrace l’évolution des montres féminines, depuis les premiers pendentifs Lépine jusqu’à l’emblématique Ladymatic.

Her_Time_exposition_OMEGA

Bien plus qu’une simple exposition, Omega propose de célébrer les liens extraordinaires qui l’unissent aux femmes à travers ses montres d’exception. Cette relation, au long terme, reflète à quel point les femmes du monde entier peuvent avoir avec des allures, des styles et des personnalités différentes, et la façon dont l’horloger est toujours resté en symbiose avec ses clientes. Parallèlement, l’installation retrace l’évolution de la condition féminine, au travers du prisme de la montre.

Illustration_from_1899_HelleuIllustration Omega 1899

Le 20e siècle est le moment déterminant pour les droits des femmes et l’égalité entre les sexes, c’est également le moment où apparaît la toute première montre-bracelet pour femme Omega, présentée dans un boîtier en argent entièrement recouvert d’un délicat motif floral. La marque ayant déjà produit des montres de poche superbement gravées, mais c’est en 1902 que la montre pour femme Omega acquiert le statut d’accessoire de mode distingué.

Il convient cependant de préciser que l’idée met un certain temps à faire son chemin. Dans certains cercles, il est encore impoli pour une femme de regarder sa montre, un geste qui suggère l’ennui ou un manque d’intérêt pour ce qui l’entoure. C’est ce qui pousse la marque à produire ses propres « montres bijoux secrètes », des bracelets qui ressemblent à des bijoux, mais qui recèlent en leur sein une petite montre. Ces modèles gagnent progressivement en popularité, parallèlement à ceux discrets ou classiques.

Poster_Reloj_Omega_circa_1900Illustration Omega 1900

Les années passant, porter une Omega est de plus en plus considéré comme un gage d’élégance. Pendant les « années folles », les femmes androgynes se vêtent de robes courtes et se coiffent à la Louise Brooks, tandis que l’Art déco remet les couleurs vives et les formes audacieuses au goût du jour. Pour accompagner ce mouvement d’expression débridée et de liberté retrouvée, Omega produit alors sa propre gamme de montres bijoux Art déco dans le respect d’un design et d’un mécanisme à la hauteur de la réputation de son nom.

Omega_Art_Deco_jewelry_wristwatch_1940Omega Art déco jewelry wristwatch 1940

Cette exigence se révèle payante puisqu’entre 1894 et 1935, plus de 35% de la production de mouvements avancés d’Omega est destinée à équiper des modèles femmes.

L’un des meilleurs exemples de cet engagement est offert en 1937 au travers de l’Omega « Medicus », conçues à l’intention des infirmières, avec une grande lisibilité.

Modernes et exemptes de tout sexisme, les publicités d’Omega de l’époque, qui montrent la femme au travail, à la maison ou pendant ses loisirs, reflètent la variété des styles de vie de ces dernières.

Omega_French_advertisement_from_1947_illustrated_by_Rene_GruauPublicité française par René Gruau 1947

Au cours des années 50, les comportements évoluent et la publicité suit le mouvement. Là où de nombreuses marques jouent avec plus ou moins de subtilité sur le stéréotype de la femme au foyer, Omega déploie un sens de l’individualité et de l’élégance qui rend hommage à l’unicité de chaque femme. Sous l’influence de l’explosion au cinéma d’actrices comme Marilyn Monroe et d’Audrey Hepburn, les publicités mettent l’accent sur l’élégance et la personnalité. Un des slogans publicitaires de 1951 en est assez éloquent : « Dans toutes les facettes de leur vie, les femmes sont aussi actives, sportives et aussi occupées que les hommes. Comme eux, elles ont besoin d’une montre de précision. »

Omega_Ladymatic_from_1955Omega Ladymatic 1955

En 1955, la montre bijou secrète « Flowers », sertie de diamants, est le premier modèle jamais créé en or mauve. Elle sera suivie par de nombreux modèles sur ce principe qui sont créés en collaboration avec des designers de renom. La tendance se poursuit dans les années 1960 et 1970, une époque, où le monde est pris dans un tourbillon de couleurs, entre expérimentation à tout va et créativité débridée.

Omega_Topaz_jewelry_secret_watch_1956Omega Topaz jewelry secret watch 1956

Des créateurs de bijoux, comme Gilbert Albert et l’avant-gardiste Andrew Grima, contribuent à la production de pièces éblouissantes à base de pierres et métaux précieux allant même jusqu’à utiliser un véritable morceau de météorite dans la « Moldavita » créée par Albert.

Omega_Moldavita_1964Omega Moldavita 1964

En 1995, Cindy Crawford devient la première ambassadrice de la marque, elle signe une nouvelle ère pour Omega qui associe fièrement son nom aux femmes les plus accomplies et sûres d’elles-mêmes du moment. Depuis lors, de grands noms du cinéma, du sport et de la mode ont durablement rejoint la famille des ambassadeurs Omega. On y retrouve notamment l’actrice Nicole Kidman, la golfeuse Stacy Lewis ou encore l’athlète Jessica Ennis-Hill.

Cindy_Crawford_in_Omega_workshops_in_Bienne_1996Cindy Crawford au siège d’Omega à Bienne en 1996

Quelle que soit la décennie, Omega est toujours resté synchrone avec l’évolution des femmes.

Le 20e siècle est résolu et les femmes sont plus que jamais sur le devant de la scène. De son côté, Omega produit désormais des montres qui sont parmi les plus emblématiques de la haute horlogerie. La technologie de la marque s’est adaptée aux besoins permettant à chaque montre de déployer des trésors d’innovation sans sacrifier à sa beauté et à son élégance. Certaines d’entre elles mettent d’ailleurs en jeu un niveau de savoir-faire plus fin et plus délicat qu’aucune montre pour homme.

Her_Time_Exposition_OMEGA_Paris_2017

En plus des montres emblématiques, de nombreuses illustrations et publicités vintage Omega complètent l’exposition permettant aux visiteurs de découvrir des images qui capturent l’essence des femmes à travers le temps, les modes et les styles de vie

1908_advertisement_OMEGA_from_Kirby_Beard_&_Co_ParisPublicité de Kirby, Beard & Co Paris pour Omega 1908

Advertisement_OMEGA_from_1959Publicité 1959

Advertisement_from_1969_Collection_Jeux_d_orCollection Jeux d’or 1969

Advertisement_OMEGA_from_1971Publicité 1971

Exposition « Her Time » Omega du 30 septembre au 16 octobre 2017-09-06

Jardin de l’hôtel de Sully : 62 rue Saint-Antoine, Paris 4

Gratuit au grand public de 9h à 19h

Frédéric Blanc

About Fred

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *