LA SERIE N°44 : RENAISSANCE à la Galerie Negropontes, l’union de la couture et du design

By on 02/05/2022

fashion-spider_la_serie_44_renaissance_projet_photo_virginie_dubois_4bis Très ouverte sur ce qui se passe dans le monde, l’industrie de la mode a toujours été très active pour soutenir les causes humanitaires et venir en aide à ceux qui sont dans le besoin. Avec la crise mondiale qui s’est installée depuis ces dernières années, de nombreux designers ont revu leur façon de produire en proposant des pièces plus « propres », tout en favorisant des conditions de travail plus responsables.

C’est sur ce nouveau principe de création que le projet RENAISSANCE a vu le jour.

 

Porté par une association à but non lucratif, Renaissance s’est donné comme mission de prouver que l’industrie du luxe a le pouvoir d’apporter sa contribution au développement durable en mettant fin au gaspillage et à la destruction de valeur que représente les vêtements oubliés dans les dressings. Pour la réalisation de ce pari, l’association a choisi de faire la promotion de la réinsertion par le savoir-faire et l’intelligence de la main. Sous la direction artistique de Philippe Guillet, ancien collaborateur de Karl Lagerfeld, Thierry Mugler et Jean Paul Gaultier, l’atelier RENAISSANCE propose des collections couture uniques totalement réalisées sur le principe de dons et de l’upcycling par des petites mains en réinsertion sociale, dans un atelier de Villejuif.

Plus qu’un recyclage classique, Philipe Guillet et son atelier déconstruisent les pièces pour imaginer de nouvelles tenues couture réalisées dans le respect des savoir-faire de la haute couture française.

Après seulement deux collections, l’association s’est déjà faite remarquer par la Fédération de la Haute Couture et de la Mode, qui reconnaît sa mission et son action en faveur d’une mode plus éthique. La presse internationale et de nombreuses personnalités de la mode et du spectacle participent activement à la donation des pièces et à la renommée du nom. On a d’ailleurs pu voir récemment une robe Renaissance portée par Philippe Leroy-Beaulieu dans la série Émily in Paris.

En plein essor, l’association passe aujourd’hui à la vitesse supérieure en souhaitant faire de RENAISSANCE une marque pouvant toucher le grand public et ainsi venir en aide au plus grand nombre. Philippe Guillet nous en dit plus :

F-S : Une vente aux enchères des premières pièces RENAISSANCE va bientôt être organisée, pouvez-vous nous en dire plus ?

L’association RENAISSANCE organisera pour la première fois avec notre partenaire l’Hôtel des ventes Drouot, une vente aux enchères des prototypes up-cyclés de collection de la promotion 1 et de la promotion 2 dans le courant du mois de juin.

Des pièces « Couture » qui ont été réalisées par des personnes éloignées de l’emploi (promotion et appelés stagiaires salariés) à partir des dons de vêtements appartenant aux dressings de Femmes et d’hommes qui ont adhéré au projet RENAISSANCE.

Chaque pièce de cette vente est un modèle unique et pour certaines, elles ont nécessité des mois de travail, ce qui les rendent exceptionnelles.

F-S : Plusieurs projets sont à l’étude pour développer la marque, comment imaginez-vous l’avenir de Renaissance ?

L’association RENAISSANCE connait actuellement un engouement auprès des maisons de mode et de création pour résoudre la problématique des stocks invendus mais pas seulement, elles nous font aussi appel pour résoudre aussi la réutilisation des prototypes de collections antérieurs qui représentent beaucoup de modèles non utilisables à la vente, pour créer avec leur studio de création des capsules qui seront destinées à la vente.

Grâce à ces collaborations RENAISSANCE voit un avenir certain pour son atelier, et pourra créer de l’emploi pour ces personnes aux chemins de vie compliqués pour se réinsérer vers l’emploi.

C’est d’ailleurs grâce à la qualité du savoir-faire que pratique l’atelier RENAISSANCE dans le domaine du développement durable dans le secteur du luxe que la Fédération de la haute couture et de la mode a décerné à l’Association RENAISSANCE une lettre d’intention, précisant que RENAISSANCE était une référence dans le domaine de l’Upcycling dans le secteur du luxe.

Cette notification nous ouvre des possibilités de développement, telle que l’ouverture du premier salon « Couture » en Upcycling en Juillet 2022, réservé à la clientèle particulière de la couture et haute couture en lui proposant un service à la carte sur des propositions de redonner une seconde vie à leurs vêtements qu’elles ou qu’ils ne portent plus mais qu’elles ou qu’ils ont gardés dans leur dressing. L’ouverture de ce salon « Couture » permettra aussi de créer chez RENAISSANCE un atelier permanent avec les stagiaires salariés (étudiants de la promotion) qui ont déjà fait la formation sur ce nouveau métier complètement inédit.

Début 2023 nous lançons notre e-shop « DETOX TON STOCK» uniquement sur commande, qui nous permettra de développer une capsule plus prêt-à-porter qui sera différente chaque mois et ainsi de donner la possibilité à des designers de collaborer et de se faire connaitre à travers RENAISSANCE avec le sourcing des donations de grandes séries de vêtements.

Je souhaite que nous puissions dispenser la formation RENAISSANCE en inscrivant nos méthodes au registre des compétences.

F-S : Après deux défilés organisés durant la semaine de la haute couture parisienne, allons-nous vous retrouver en juillet pour une nouvelle collection ?

Les circonstances de la Covid et des confinements répétés ont provoqué un retard sur le recrutement de la promotion 3 ce qui implique aussi un retard dans les présentations des collections RENAISSANCE.

Ceci étant l’Association RENAISSANCE est désireux d’évènements qui seront toujours à la hauteur de sa réputation en prévoyant des openings tels que cette vente aux enchères en Juin et défilé « DETOX TON STOCK» en Octobre 2022, qui sera la seconde ligne de RENAISSANCE, beaucoup plus prêt-à-porter de luxe surcyclé, mais tout autant créatif que la collection « Couture » RENAISSANCE qui sera présentée en début d’année 2023.

Sans compter les journées portes ouvertes de l’atelier qui seront organisées dans nos prochains nouveaux locaux ainsi que certaines manifestations comme, exposition photographiques, présentation d’un film court, workshop afin d’acquérir les méthodes de transformation d’un vêtement, pour vous donner qu’un aperçu des réjouissances à la RENAISSANCE…

fashion-spider_la_serie_44_renaissance_projet_photo_virginie_dubois_1 Robe drapée façon Grès réalisée à partir de cravates d’uniformes de steward des Aéroports de Paris. Chapeau Bavarois avec plumes de faisan avec une voilette brodée, issue des archives d’un fournisseur de broderies haute couture.

Coffre Metaphysical  et Panneau décoratif Fossil III : Gianluca Pacchioni.

fashion-spider_la_serie_44_renaissance_projet_photo_virginie_dubois_2 Veste asymétrique sur jupe crayon en double satin cuir bleu marine, issu de la déconstruction d’un imperméable du soir Balenciaga. Bijoux en strass vintage. Structure métallique réalisée par l’école Tané à partir de matériaux de récupération.

Guéridon en céramique (série limitée) : Ilia : Hervé Langlais.

Sculptures en verre «Build-in-glass» Islets (série limitée de 6 pièces uniques) : Perrin & Perrin.

fashion-spider_la_serie_44_renaissance_projet_©_Virginie_Dubois_3 T-shirt en dentelle de Calais sous un corset en agneau plongé sur une jupe en pied-de-poule, issue d’une robe Christian Dior, Valentino et d’une veste Karl Lagerfeld, don de Joey Starr. Chapeau de style coréen.

Bagues en argent : Jean Christophe Malaval.

fashion-spider_la_serie_44_renaissance_projet_photo_virginie_dubois_4 Robe Déesse en crêpe Georgette et satin de soie écrue agrémentée de ceintures en métal doré. La couronne de Laurier et le bracelet sont réalisés par l’école Tané à partir de métaux de récupération.

Panneau en bois Arabesque II (pièce unique) : Etienne Moyat.

fashion-spider_la_serie_44_renaissance_projet_photo_virginie_dubois_6 Ensemble en tulle de soie et crin, incrusté de chantilly noire dans un effet tatouage sur le boléro à épaulettes pagode. Le tulle provient d’un stock de tissu de récupération. La dentelle Chantilly est un don de Mme Anne-Marie Munoz, directrice du studio de Mr Yves Saint Laurent. Le bijou de tête et la manchette sont des structures métalliques réalisées par l’école Tané à partir de matériaux de récupération. Pantalon perso.

Panneau décoratif Fossil III : Gianluca Pacchioni.

fashion-spider_la_serie_44_renaissance_projet_photo_virginie_dubois_5 Robe longue en tulle avec effet de quilles en escalier, incrustées d’échantillons de broderie en jais et perles, portées sur un collant brodé main « constellation noire et argent ». Le tulle vient de la déconstruction d’une robe de bal vintage et les échantillons de broderies sont un don d’un fournisseur de la haute couture. Collant brodé par l’Institut Kalhath en Inde.

Bagues en argent: Jean Christophe Malaval.

Structure en plâtre patiné Cesar II (pièce unique) :  Eric de Dormael.

Miroir avec cadre en laiton poli Narcisse (série limitée) : Hervé Langlais.

fashion-spider_la_serie_44_renaissance_projet_photo_virginie_dubois_7 Robe sirène réalisée à partir de bandes récupérées et cousues main au point de chausson.

Miroir en aluminium satiné et profile en laiton Pupil light rose (pièce unique) : Gianluca Pacchioni.

fashion-spider_la_serie_44_renaissance_projet_photo_virginie_dubois_8 Pull col cheminée re-tricoté à partir de dons de pulls noirs avec une application en trompe-l’œil d’une photo de Stockman voilée de tulle noir porté sur un short issu de la déconstruction d’une veste en daim rouge.

Bague en argent et diamants : Jean Christophe Malaval.

Suspension en crin de cheval (pièce unique) : Ulrika Lijedahl.

Panneau en bois Arabesque II (pièce unique) : Etienne Moyat.

Photo et retouches : Virginie Dubois

Stylisme : Frédéric Blanc

Maquillage et coiffure : Laura Heim

Modèle : Ilona chez Up Models

Fashion Film : Ekaterina Vorontsova sous la direction artistique : Olesya Okuneva.

Production : Fashion-Spider.

Réalisée dans le cadre feutré de la galerie Négropontes, LA SERIE N°44 met en exergue les liens étroits qui unissent le design et la couture. Spécialisé dans les Arts Décoratifs à la française, le lieu a pour vocation de leur donner un souffle, tout en incluant le travail d’artistes venus d’univers variés. Les expositions/ventes éphémères enrichissent les collections permanentes composées d’une dizaine de créateurs proposant des photographies, des sculptures, des objets de design…). Dirigée par Sophie Negrontes, une amoureuse de la culture du beau et une spécialiste des foires d’art internationales, la galerie devient un lieu d’échanges privilégié entre les artistes, dans laquelle les œuvres dialoguent et se répondent. Loin des galeries froides et sans vie, la maitresse des lieux réussit le pari de transformer son espace d’exposition en appartement luxueux où les styles s’entremêlent dans une harmonie parfaite.

Brisant les barrières entre design décoratif et design de mode, la Galerie propose également les bagues en argent de l’artiste Jean Christophe Malaval. Véritables sculptures ergonomiques, toujours légères et confortables malgré leur volume, dont les limites sont sans cesse repoussées. Il puise son inspiration dans l’univers de la science-fiction et de la mythologue pour réaliser des œuvres aux lignes organiques et aquatiques.

Organisé durant l’exposition Minimal/baroque, le shooting spécial Renaissance a bénéficié de la présence des œuvres de Gianluca Pacchioni, présentées pour la première fois à la Galerie. Flirtant avec les contraires, l’artiste milanais travaille avec exaltation les matériaux ancestraux que sont la pierre et le métal. Il se place dans la lignée des artisans d’art ayant fait de nos intérieurs des écrins pour des réalisations virtuoses. Il forge l’acier, coule le bronze, martèle le laiton dans lequel il sertit le marbre ou l’onyx sous leur forme brute ou élaborée. En plus des pièces travaillées avec du quartzite de Patagonie, de l’onyx blanc, le laiton, l’artiste propose un panneau décoratif Fossil III dans lequel le végétal se retrouve prisonnier du métal en fusion. Un symbole fort représentant le témoignage de la vie qui traverse les âges.

 

L’exposition Minimal/baroque est visible jusqu’au 14 mai 2022.

Galerie Negropontes : 14-16 rue Jean-Jacques Rousseau, Paris 1er.

Du lundi au samedi de 10h à 19h.

Un grand merci à Sophie Négropontes et son équipe, ainsi qu’à Etienne Laveille, Paulette Mendy, Sophie Djerlal et Philippe Guillet de Renaissance.

 

Frédéric Blanc

About Fred

Frédéric Blanc, styliste photo, attaché de presse et fashion éditor de Fashion-spider, le magazine spécialisé mode et beauté, fait partie des figures incontournables de Paris.

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply