Fashion coups de cœur pour l’automne-hiver 2014-15

By on 06/04/2014

Pour les journalistes mode, les fashion-weeks sont l’outil idéal pour dénicher les tendances et les nouveaux talents. Parmi tous les défilés, certains se démarquent vraiment par leur originalité, leur avant-gardisme ou, tout simplement, ils nous touchent parce qu’ils correspondent à ce que l’on aime. Chaque saison, Fashion-spider vous livre ses coups de cœurs. Ne dérogeant pas à la règle, voici les collections qui on particulièrement retenu mon attention.

Christine Phung : deuxième défilé particulièrement réussi pour la jeune styliste. Cette saison, elle donne tout de suite le ton avec sa première silhouette : direction les sommets enneigés avec skis recouverts de cristaux et des tenues plus destinées à faire la belle dans les rues de Megève ou de Saint Moritz que de descendre les pistes. Ses patchworks de laine cachemire façon marqueterie, cristaux de neige scintillants, jacquards tissés de montagnes enneigées, plumes soudées comme des dentelles de flocon de neige et robes plissées d’un feu de cheminée imprimé sur soie en digital, donneraient presqu’envie de sauter l’été pour revêtir de toute urgence ces tenues idéales pour jouer la belle des neiges.

Christine Phung AH 14-15

Aganovitch maîtrise la coupe et cela se voit. Le message est clair : celles qui portent les créations de Brooke Taylor et de Nana Aganovich imposent par leur silhouette. Les coupes masculines sont la base de la collection. Ici pas de légèreté, le strict est à son paroxysme dans une chromie noire, grise et blanche.

Aganovitch AH 14-15

Alexis Mabille s’adresse à l’hyper féminine qui joue avec la mode et la séduction en brisant les codes du bon goût. Pour cela, elle n’hésite pas à enfiler un bas de jogging en dentelle, faussement transparent, avec un sweat brodé pour se rendre à un cocktail. Elle joue également avec les codes du féminin-masculin et en devient encore plus féminine. La chemise est son meilleur accessoire qu’elle utilise ou détourne à loisir, la mode étant pour elle un jeu dont il faut profiter.

Alexis Mabille AH 14-15

Manish Arora a été, comme à son habitude, la bouffé d’oxygène survitaminée de la semaine. Tous les charmes de l’Inde étaient présents non pas pour une mode 100% indienne, mais par l’intermédiaire des broderies et des couleurs utilisées. Le sportwear sera la tenue de base de la femme Manish Arora. Bien dans ses baskets lumineuses, elle ne passera pas inaperçue dans les rues, mais elle s’en moque, elle aime la vie et le montre. Les imprimés ludiques de Candy Crush Saga déteignent sur ses vêtements et sur ses accessoires. La mode est un jeu et Manish Arora l’a bien compris, il faut se l’approprier et s’en amuser sans se prendre au sérieux.

Manish Arora AH 14-15

Barbara Bui revient en force sur ses fondamentaux : le rock, la fourrure, le cuir, la maille et on adore ! Elle ne s’encombre pas avec la couleur et c’est une fois de plus le noir et le blanc qui prédominent dans des matières hyper confortables et luxueuses pour une allure glam rock que maîtrise à la perfection la créatrice.

Barbara Bui AH 14-15

Yohji Yamamoto : assister à un de ses défilés est une réelle expérience. Leader du courant de la mode japonaise, qui a envahi les podiums dans les années 80, Yojhi Yamamoto reste avec Rei kawakubo pour Comme des Garçons un créateur qui a toujours un message à faire passer au travers de ses collections.On ne porte pas du Yamamoto pour être à la mode, mais parce qu’on recherche autre chose que de simples vêtements pour exprimer sa façon d’être et de penser.

Le noir et l’oversize, très chers au créateur composent une majorité de la collection. Elle est illuminée par le blanc, avec des ensembles non pas brodés de pierreries, mais entièrement pastellisés de gemmes de toutes les couleurs provenant du jeu Bejeweled. Sûrement un clin d’œil à notre société, qui passe de plus de temps à jouer sur les différents supports informatiques jusqu’à faire de ces icônes une vraie valeur !

Yohji Yamamoto AH 14-15

Véronique Leroy habille des femmes actives, citadines, et elle le fait parfaitement bien. Pas de folie, une rigueur certainement due à l’école Belge et ses origines qui sont ici la signature de son style sans cesse revisité et jamais ennuyant. Devant ce défilé, on rêve du retour de la Parisienne chic et élégante qui a fait la renommée de la capitale de la mode.

Véronique Leroy AH 14-15

Jean-Paul Gaultier a encore su créer le show et nous transporter dans sa planète nichée, pour l’occasion, dans un le monument architectural le plus surprenant de Paris, l’ancien siège du parti communiste réalisé par Oscar Niemeyer. Direction le futur avec des tenues à la limite des combinaisons spéciales, qui cèdent vite leur place à un doux mélange entre le bon chic bon genre à l’anglaise et le punk version luxe par l’utilisation de superbes matières, comme par exemple les fourrures aux couleurs du drapeau anglais !

Comment ne pas résister au charme de ce défilé tellement Gaultier, qui mélange les styles, les personnalité, les tops models d’aujourd’hui et d’hier sans oublier ses fameuses « gueules » prouvant que la mode est faite pour tout le monde !

Jean Paul Gaultier AH 14-15

John Galliano, au travers de Bill Gaytten, voit l’hiver très sage dans de très belles matières aux lignes sobres et féminines. Pas d’excentricité au programme pour l’hiver mais une recherche poussée sur les matières et les coupes dans un dégradé de couleurs chaudes. Elles donneront envie aux fans et à de nouvelles clientes de se blottir élégamment dans les tenues de cette marque, qui semble encore se chercher depuis le départ de son fondateur.

John Galliano AH 14-15

Emanuel Ungaro : le pari semble réussi pour Fausto Puglisi qui, depuis son arrivée, a ressuscité la maison avec brio. La couleur et les imprimés chers à Monsieur Ungaro sont là, interprétés avec modernisme et dynamiste pour une fille qui aime la vie, danser et s’amuser. La femme Ungaro assume son allure et n’hésite jamais à faire trop même en assortissant ses bottines à l’imprimé de sa tenue. Comme chacun le sait, quand cela est bien fait, on en redemande !

Emanuel Ungaro AH 14-15

Jean-Claude Jitrois a marqué de son nom à tout jamais l’histoire de la mode grâce à sa matière fétiche : le cuir, qu’il travaille avec brio sans jamais se lasser. Une fois encore, pour l’hiver prochain, il nous a dévoilé une collection à la limite de la couture, où le cuir se mélange à la fourrure dans une palette de couleurs allant des tons d’automne aux plus vifs. Le vestiaire est complet depuis les tenues de jour aux robes du soir.

Jean-Claude Jitrois AH 14-15

Saint-Laurent Paris par Heidi Slimann, toujours décrié par une partie des journalistes qui n’apprécie pas qu’on s’attaque à un monument de l’histoire de la mode, rallie petit à petit de plus en plus de monde à sa cause. Il faut bien reconnaître que le directeur artistique a bien compris les codes d’ Yves Saint-laurent , qui n’a jamais voulu être figé dans le passé, mais bien être un avant-gardiste.

Si pour l’hiver 14-15, Heidi Slimane se plonge dans les archives des années 60-70, c’est pour en ressortir l’essence et réinterpréter l’esprit de l’époque à celui de nos jours. Quelle fille n’aura pas envie d’enfiler ces petites robes pour être la plus belle pour aller danser ? Le féminin-masculin est là également, tout comme les smokings, les capes, les fourrures, les paillettes…. Aucun détail n’est oublié et à coup sûr, les chaussures et les bottes vont faire un tabac dès leur arrivée en boutique, tout comme le reste de la collection !

Saint-Laurent Paris AH 14-15

Frédéric Blanc

About Fred

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *