Le renouveau de la haute couture

By on 14/07/2021

Summum du luxe, la haute couture fait rêver les amoureux de mode. Réservées à une élite, les créations uniques des grandes maisons sont généralement composées de robes du soir portées lors de bals, de grandes soirées ou d’apparitions sur des tapis rouges. Alors que de nombreuses marques avaient fermé leurs ateliers dans les années 90, de nouveaux noms ont choisi de se spécialiser dans cet art, poussant ainsi ceux qui avaient stoppé les commandes spéciales à revenir sur le devant de la scène en reprenant leur label haute couture.

 

 

Fermée en 1968 par son fondateur, Balenciaga a du attendre 1997 pour revenir dans le top ten des marques incontournables du luxe français. Depuis l’arrivée du médiatique Demna Gvasalia, à la tête du style, la maison a franchi un nouveau cap en se plaçant comme une des marques les plus avant-gardistes au monde, faisant par conséquent avancer les mentalités au travers de propositions novatrices. Dès son arrivée en 2015, le designer a fait connaître sa volonté de renouer avec le monde de haute couture. C’est aujourd’hui chose faite avec ce premier défilé, organisé en public, dans les salons restaurés de la maison à l’adresse historique du 10 avenue George V.

Afin de conserver la tradition et l’héritage de la maison, le directeur artistique a proposé une collection, à mi-chemin entre innovation et artisanat, réalisée dans le respect des codes de la haute couture, sans pour autant renier sa passion pour le streetwear et le genderless. Ainsi, il invente un nouveau luxe, une nouvelle façon de porter la haute couture au quotidien avec des jeans en denim japonais réalisés sur d’anciens métiers à tisser, des survêtements et des sweats à capuches doublés cachemire, des costumes mixtes fabriqués en collaboration avec Huntsman, le tailleur de prédilection de Cristobal Balenciaga. Les coupes architecturales font référence au style mythique du couturier espagnol et certaines tenues sont enrichies de chapeaux géométriques signés Philippe Tracey. Le soir n’est pas oublié, mais contrairement aux habitudes, il se fait remarquer par la pureté de ses lignes et l’introduction de volumes en clin d’œil à l’ADN de la maison.

Balenciaga-Couture-Fall-21-courtesy_Balenciaga_look-9

Balenciaga_Haute_Couture_AH_2021_Courtesy_Balenciaga

Balenciaga-Couture-Fall-21-look_50_courtesy_Balenciaga

Balenciaga-Couture-Fall-21-look-62_courtesy-Balenciaga

 

En janvier 2020, Jean Paul Gaultier annonçait son retrait du monde de la mode sans pour autant fermer ses ateliers haute couture. Pour cela, le couturier et les propriétaires de la maison ont mis en place un concept novateur en proposant à des designers invités de revisiter les codes de la marque, tout en continuant de les faire évoluer. Pour ce premier opus, qui initialement aurait dû être présenté en juillet 2020, mais déplacé en raison de la pandémie, c’est la créatrice Chitose Abe, de la maison de prêt-à-porter de luxe et avant-gardiste Sacai, qui a été choisie.

Gaultier_haute_couture_fw21_courtesy_Gaultier

Gaultier_Haute_Couture_AH_2021-22_Courtesy_Gaultier

Gaultier_Haute_Couture_fw21_look_02_Courtesy_Gaultier

Gaultier_haute-couture_fw21_08_courtesy_Gaultier

La créatrice a opté pour une collection hommage au style du grand couturier, dans laquelle on retrouve la déconstruction du vêtement, le denim, les rayures, l’esprit tailleur et la maille. Pour les chaussures, la créatrice s’est adjoint les services du chausseur français Pierre Hardy, pour des boots et cuissardes surpiquées et de Nike pour imaginer deux paires de sneakers exclusives. Déclinées en version noire ou multicolore, elles affichent des semelles dédoublées et des coutures latérales faisant référence au savoir-faire des ateliers maison.

La collection est accompagnée de huit pièces de prêt-à-porter : trois t-shirts « enfants Terribles », un bomber et un ensemble legging + T-shirt avec imprimé tatouages, déclinés en deux coloris.

Gaultier_Haute_Couture_fw21_look_30_Courtesy_Gaultier

Gaultier_Haute-Couture_fw21_Jean-paul_Gaultier_Chitose-Abe

Affaire à suivre avec la collection de janvier 2021 et son nouveau directeur artistique, dont le nom n’a pas encore été dévoilé.

 

Troisième événement très attendu de cette haute couture fashion week parisienne, la première présentation de Pieter Muller pour Alaïa. Suivant les principes établis par Azzedine Alaïa, la maison présentera chaque année deux collections, sans structure saisonnière hiver-printemps (disponible en boutique de décembre à mai) et été-automne (disponible en boutique de juin à novembre), dans lesquelles le prêt-à-porter se mêle aux pièces couture.

Cette première collection hommage à Alaïa et à la féminité a conforté le public dans le choix avisé de Pieter Muller à ce poste ô combien envié. Pour ce nouveau chapitre de la maison, le directeur artistique a souhaité revenir au point de départ tout en imaginant un futur dans lequel cuir, métal, maille et coton rencontrent les codes d’Alaïa ayant pour mission de toujours sublimer le corps de la femme, en redessinant ses contours, tout en lui laissant une liberté de mouvement.

Les vêtements Alaïa étant faits pour vivre au quotidien, le designer a choisi d’organiser ce premier show en plein air, rue de Moussy, où demeure depuis 1987 la maison de couture.

Alaia_WS22_Look_15_courtesy_Alaia

Alaia_Hiver-printemps_2021-22_courtesy_Alaia

Alaia_WS_2022_courtesy-Alaia

Alaia_Winter-Summer-21_22_look_38_Courtesy_Alaia

 

Depuis l’arrivée de Maria Gazia Chiuri à la tête des créations féminines de Dior, la maison a pris le virage d’une mode plus simple, moins ostentatoire, sans pour autant renier les codes de la couture. Pour la saison automne-hiver, la créatrice franchit un cap supplémentaire en proposant une kyrielle de pièces de jours, allant des tailleurs pantalons, shorts ou jupes, jusqu’aux manteaux, trench en passant par des ensembles fleuris. À l’apparence simple, ces pièces réalisées dans les codes de la haute couture française regorgent de détails précieux.

DIOR_HC_AW21-22_LOOK-53_Courtesy_Dior

Dior_haute_Couture_AH_2021-22_Courtesy_Dior

DIOR_HC_AW21-22_LOOK-50_Courtesy_Dior

DIOR_HC_AW21-22_LOOK-58_Courtesy_Dior

Pour ce retour au défilé physique, Maria Grazia Chiuri a choisi de faire recouvrir les murs du pavillon dans lequel la présentation avait lieu, d’une œuvre entièrement brodée, imaginée par l’artiste française Eva Jospin. Les 350 m2 de broderies ont été réalisés par les ateliers Chanakya à Bombay avec lesquels la styliste a créé une école pour former des femmes à cet artisanat qui est en Inde un métier d’homme. La créatrice italienne impose une fois de plus son engagement pour le féminisme.

DIOR_GROUPSHOT_HC_AW-21-22_©NOEMI_OTTILIA_SZABO

 

Alexandre Vauthier fait partie des couturiers précurseurs d’une nouvelle vision du luxe. Dès son arrivée au calendrier officiel, ce dernier a imposé son style sexy, glam et ultra contemporain. Sa passion pour le monde de la nuit ne cesse de l’inspirer pour imaginer des tenues dans lesquelles les femmes se sentent belles et libres de bouger. Les tenues de couture sont faites pour bouger, rire, séduire, en un seul mot vivre.

Face à la frustration de ne plus voir les collections en réel, le couturier a choisi de proposer des pièces entièrement noires, dans lesquelles il intègre les techniques couture les plus étonnantes et des éclats de cristal pour un effet étoilé. À mi-chemin entre Las Vegas et les nuits parisiennes, le vestiaire se veut osé et remarquable au premier regard.

Alexandre_Vauthier_HC_FW2021_2022_Courtesy_Alexandre-Vauthier_look-3_©_ALASDAIR_MCLELLAN

Alexandre_Vauthier_HC_FW2021_2022_©_ALASDAIR_MCLELLAN_Courtesy_Alexandre_Vauthier

Alexandre_Vauthier_HC_FW2021_2022_Courtesy_Alexandre-Vauthier_©_ALASDAIR_MCLELLAN

Alexandre_Vauthier_HC_FW2021_2022_Courtesy_Alexandre-Vauthier_look-11_©_ALASDAIR_MCLELLAN

 

Dans cette même volonté d’imposer une couture différente, Yuima Nakazato impose depuis 2015, une vision aux antipodes des codes classiques de cette discipline. Après avoir imaginé des centaines de costumes de scène, le designer japonais souhaite propose des tenues combinant le sur-mesure au prêt-à-porter afin d’offrir des tenues hors du commun tout en tenant compte des contraintes du corps humain.

Pour sa dixième collection en tant que membre invité au calendrier parisien, le couturier a travaillé en étroite collaboration avec le styliste Robbie Spencer afin d’imaginer des looks de guerrières des temps modernes, loin des codes du glamour des maisons traditionnelles.

YUIMA_NAKAZATO_HC_AH_2021-22_EVOKE_LOOK_05

YUIMA NAKAZATO_HC_AH_2021-22_EVOKE_courtesy_Yuima-Nakazato

YUIMA_NAKAZATO_HC_EVOKE_LOOK_25_Courtesy-Yuima_nakazato

YUIMA_NAKAZATO_HC_EVOKE_LOOK_18_Courtesy_Yuima-Nakazato

 

Spécialisées dans les shows spectaculaires et les collections hors nomes, la maison On Aura Tout vu, qui n’a pas encore renoué avec les présentations en physique, continue sur son nouveau principe de proposer des pièces uniques au fil des saisons, en attendant de revenir sur le devant la scène en janvier.

Soucieux de l’environnement et privilégiant les matières naturelles, les deux designers se sont associés avec les producteurs de cuir de Kôbe, dont le cuir encore peu utilisé était pour le moment voué à la destruction. Face à ce constat, depuis 2019, des fabricants de cuir de la région ont mis en œuvre un projet d’utilisation de ce cuir afin de lui donner une nouvelle vie. Issu d’une viande très riche en gras, ce cuir difficile à tanner et à teindre a obligé les fabricants de Kôbe Leather à imaginer un procédé permettant d’obtenir une qualité nécessaire à l’exploitation. Cette innovation permet, en même temps d’apporter une forte valeur ajoutée à cette matière en créant un cuir à mémoire de forme capable de se plier tout seul, ou un autre changeant de couleur en fonction de la température, grâce à une encre spéciale contenant des cristaux liquides scellés dans des micros capsules. Sur le plan pratique, ce cuir est lavable en machine avec une lessive adaptée.

Cette matière d’exception prend tout son sens durant la semaine de la haute couture, en se transformant en ensemble deux pièces ou robe d’une incroyable douceur et d’un confort incomparable grâce à la vertu naturelle de ce cuir qui s’adapte aux formes du corps sans se déformer.

Afin de montrer leur savoir-faire couture, Livia Stoianova et Yassen Samouilov ont volontairement renoncé au cristal, leur matière de prédilection, afin de mettre en exergue les détails de surpiqures, savamment pensés pour mettre la femme en valeur en toute simplicité.

On-Aura_Tout_Vu_AH_AH_2021-22_@_Cyprien_Leym

On-Aura_Tout_Vu_Couture_AH_2021-22_©_Cyprien-Leym

On-Aura_Tout_Vu_Haute_Couture_AH21-22_©_Cyprien_Leym

Avec ces deux pièces, la maison montre l’étendue de son talent et prouve qu’elle peut également exceller dans le luxe discret, qui semble prendre le pas cette saison.

Frédéric Blanc

 

 

About Fred

One Comment

  1. Pingback: Haute Couture Automne-hiver 2021-22 - Fashion Spider

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *