J.M.Weston imagine Chaussœuvres

By on 10/10/2021

Spécialiste incontournable de la chaussure masculine, J.M.Weston ne cesse de se réinventer pour proposer des modèles à la fois chic, élégants, modernes et réalisés dans le respect du savoir-faire artisanal. Depuis l’arrivée d’Olivier Saillard à la direction artistique, la maison multiplie les actions de communication pour aider à mieux faire connaître son riche patrimoine.

 

C’est dans cette optique qu’est né le projet « Chaussœuvres », une exposition conçue par le studio de création J.M Weston, sur une idée originale d’Olivier Saillard.

Weston_exposition_Chaussoeuvres_2021

Pour l’occasion onze modèles d’exception ont été spécialement créés et réalisés par les ateliers de la manufacture de Limoges. Loin d’imaginer de simples modèles, le directeur artistique a souhaité faire rencontrer l’art à la technique pour rendre hommage aux emblématiques mocassins 80, mocassins à pampilles, derby de Golf, derby de chasse, derby demi-chasse, derby bateau, derby triple semelle, richelieu 300, bottine Cambre, bottine jodhpur, bottes de la Garde Républicaine. Ces modèles sont ainsi magnifiés par l’exubérante expression d’eux-mêmes. Ils illustrent chacun un savoir-faire d’origine de plus d’un siècle de transmission, comme le cousu Norvégien, effet de Cambre unique, piqûre, semelage, trépointe et moult efforts de cousus sont ainsi recensés avec grâce.

La manufacture Bastin & Fils de Saint-Léonard-de-Noblat acquise en 1981 par J.M.Weston, et la manufacture sur site depuis 1989 sont aussi évoquées à travers des compositions et des maquettes de cuir iconoclastes.

Weston_Chaussoeuvres_1

Weston_Chaussoeuvres_2

Weston_Chaussoeuvres_3

Weston_Chaussoeuvres_4

Weston_Chaussoeuvres_5

Weston_Chaussoeuvres_6

À travers ces œuvres, mais également des documents précieux, témoins des étapes de création et de réalisation des chaussures, l’exposition retrace l’étendue des savoir-faire propres à la marque.

Née en 1891 à Limoges sur une initiative de son fondateur Édouard Blanchard, l’entreprise distribue alors ses modèles sous l’appellation « The Ultra Shoes ». En 1922, c’est son fils Eugène Blanchard qui décide de renommer la marque, suite à un voyage aux États-Unis, au cours duquel il s’ouvre aux techniques des bottiers américains et aux fameux cousus Goodyear. Il rebaptise alors l’entreprise J.M.Weston.

De choix judicieux en stratégies novatrices pour l’époque, la société surmonte sans difficultés la crise et la dépression des années 30, jusqu’à rester seule entreprise survivante de l’industrie de la chaussure limougeaude.

L’assurance d’un succès constant est due à des prises de décisions audacieuses, qui reviennent au visionnaire Eugène Blanchard. En 1926, il impose par exemple de réduire la production quotidienne de paires de chaussures de 600 à 80. Cette décision drastique conjugue de concert raffinement des designs, attention aux détails techniques et de coupe, et perfection des cousus utilisés. La parcimonie revendiquée des créations engage l’entreprise vers des niveaux d’excellence plus hauts. Artisans et ouvriers acquièrent des maîtrises de savoir-faire qui assurent aujourd’hui encore aux modèles une pérennité d’élégance et de style hors du renouvellement effréné des modes.

Weston_Chaussoeuvres_Boutique-rue-des_archives_paris

Exposition Chaussœuvre: Galerie Boutique J.M.Werston 46, rue des Archives, Paris 4.

Depuis début septembre jusqu’à décembre 2021.

 

Frédéric Blanc

About Fred

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *