Adieu Basil Soda, Francesco Smalto et Maria Luisa

By on 11/04/2015

Ce début de printemps 2015 marquera l’histoire de la mode par la disparition de trois grandes figures.

Le 30 Mars, le couturier autodidacte, Basil Soda, nous a quittés malgré deux ans de combat contre la maladie.Après un début de carrière dans l’architecture, il se dirige vers le stylisme ce qui lui permet de mêler ses deux passions. Sa Maison de couture voit le jour en 2000 et ses lignes empreintes du style architectural le font immédiatement remarquer par les stars des tapis rouges comme Katy Perry, Emily Blunt, Marion Cotillard, qui le propulsent au firmament des créateurs libanais.

Devant ce succès, il lance son prêt-à-porter en 2010 et s’ouvre ainsi à un nouveau marché plus abordable tout en conservant un style couture d’une féminité affirmée et moderne. Ses lignes sont vendues à l’international dans des boutiques de New York, Washington, Londres, Cannes, Moscou, Dubaï, Beyrouth et TaÏwan.

BASIL SODABASIL SODA

Le 6 Avril aura été marqué par la mort de Monsieur Francesco Smalto, créateur de sa marque éponyme à Paris en 1962. Visionnaire, il a su imposer aux hommes une allure et un style unique. Reconnaissable au premier coup d’œil, la silhouette « près du corps », l’épaule roulée « en cigarette », le cran de revers dit « parisien » dessiné à l’équerre, sont les bases de sa signature.

Devant la réussite de son sur-mesure, il imagine un prêt-à-porter sans concession au style et à la qualité inspirés du savoir-faire de ses ateliers.

Depuis la cession de son entreprise en 2001, son héritage a été fidèlement perpétué par les tailleurs et les ouvriers de la Maison, dont la majorité a travaillé sous ses ordres avec comme point d’honneur la reproduction de ses techniques et son exigence du moindre détail.

Depuis 2012, La Maison Smalto fait partie du cercle très fermé possédant le label de « l’Entreprise du Patrimoine Vivant ».

Youn Chong Bak, directrice actuelle de la création, recrutée et formée par Francesco Smalto, n’a de cesse de lui rendre hommage à travers ses collections pour des hommes élégants et capables de concilier virilité, mystère et sensibilité.

Francesco SMALTOFRANCESCO SMALTO

Le 7 avril 2015, nous apporte une autre bien triste nouvelle : la disparition d’une des plus grandes découvreuses de talents et acheteuses de mode Maria Luisa, des suites d’une longue maladie.

D’origine vénézuélienne, Maria Luisa Poumaillou est née dans les années 50 dans une famille bourgeoise de Caracas. Jusqu’à l’âge de 7 ans, elle accompagne sa mère dans les défilés de mode et les maisons de couture et développe un sens aigu pour l’élégance. Suite à un renversement politique, sa famille à quitter le pays. Elle finira ses études à Science Po Paris et développe un réelle passion pour le prêt-à-porter.

En 1998, passionnée par la jeune création, elle décide d’ouvrir, rue Cambon, une première boutique multimarque entièrement dédiée à ce genre nouveau, qui sera suivie par une autre rue du Mont-Thabor. Elle ira jusqu’à ouvrir 3 espaces dans le même périmètre afin de répondre à toutes les demandes au travers d’un espace mixte, l’un entièrement masculin et l’autre dédié aux chaussures.

En 2010, devant la puissance des groupes ne laissant plus vraiment la place à la jeune création et ayant racheté la moitié des talents qu’elle avait dénichés, Maria Luisa décide de tourner la page en fermant ses espaces et en acceptant le poste de Fashion Editor au Printemps.

Son poste unique d’acheteuse-éditorialiste lui permet d’ouvrir un écrin avec ses sélections à l’espace luxe du grand magasin et un second en 2012 réservé au mariage.

L’e-shop Maria Luisa par l’intermédiaire de The Corner.com n’a jamais fermé et la dénicheuse n’a jamais cessé de parcourir le monde à la recherche de nouveaux talents, ce qui lui permet en 2013 d’ouvrir plusieurs boutiques multimarques en Chine, via son partenariat avec le groupe Malzy, à Shanghai et Pékin ainsi qu’à Doha au Qatar. Une ligne portant son nom a également vue le jour en Chine.

Parmi ceux qu’elle a été une des premières à mettre en vitrines, on retrouve : Jean Paul Gaultier, Helmut Lang, Martin Margiela, Rick Owens, Martine Sitbon, John Galliano, Nicolas Ghesquière, Christopher Kane, Alexander Mc Queen, Riccardo Tisci….

Maria-Luisa

Ces trois grandes figures auront marqué la mode par leur créativité, leur savoir-faire bien distinct et personnel qui font toute la richesse de ce milieu hyper créatif et dont les qualités des uns et des autres font perdurer le rayonnement de la mode à travers le monde.

Frédéric Blanc

About Fred

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *