Haute Couture Automne-hiver 2021-22

By on 16/07/2021

Comme nous l’avons vu précédemment, la Paris fashion week haute couture de juillet 2021 a commencé a renouer avec les défilés en présentiels, même si de nombreuses maisons continuent de proposer des vidéos, les contraintes sanitaires étant encore difficiles à appliquer.

 

Cette saison le calendrier de la fédération a présenté 33 maisons, avec 7 défiles, 19 présentations et 26 en présentations digitales.

2021 restera une année importante pour Ulyana Sergeenko qui après 10 ans de création a avoir présenté ses collections en tant que membre invité, vient de recevoir le titre de membre correspondant, lui permettant d’utiliser l’appellation haute couture. Elle devient ainsi la seule marque russe à avoir l’honneur de porter ce label, répondant entièrement aux exigences de la Fédération, mais dont la production est située hors de France.

Présentée sous forme de vidéo, la collection portée par Natalaia Vodianova dévoile les différentes facettes de la femme, tantôt vulnérable et douce, tantôt puissante et déterminée. Comme à son habitude la couturière propose un vestiaire à l’allure rétro dans lequel elle introduit des pièces sexy sans jamais tomber dans le vulgaire.

Ulyana_Sergeenko_HC_Automne-Hiver_2021-22_Courtesy_Ulyana_Sergeenko

Ulyana_Sergeenko_Haute-Couture_Automne-Hiver_2021-22_Courtesy_Ulyana_Sergeenko

Ulyana_Sergeenko_HC_AH_2021-22_Courtesy_Ulyana_Sergeenko

Ulyana_Sergeenko_Haute-Couture_AH_2021-22_Courtesy_Ulyana_Sergeenko

 

La saison est également marquée par le grand retour sur les podiums parisiens du grand couturier italien Giorgio Armani. Alors que ce dernier avait été le premier à annuler ses shows au début de la pandémie, il est aussi parmi les premiers à revenir aux défilés en public. Le style Armani reste inchangé et se reconnaît au premier passage. Les tenues de jour et de cocktail tiennent une large place dans la collection. Adepte de l’élégance et du confort, il propose une grande sélection de tailleurs pantalons permettant à la femme active d’affirmer son goût pour les tenues d’exception sans être entravée par ces dernières.

La lumière devient le fil conducteur de la saison. Brillance des tissus, luminosité des soies et des satins tissés rehaussés de minces fils métalliques, contribuent à créer une impression de légèreté festive. Les longues robes du soir s’envolent et les blouses délicates s’animent de volants en crinoline à la construction inédite. Pour accompagner cet effet luminescent, les couleurs prennent le dessus avec des verts jade, bleuet, ardoise, indigo et une palette infinie de roses.

Armani-Prive_AH_FW_2021-22_Look-1_Courtesy_Armani

Armnai_Prive_AH_AH_2021-22_Courtsy_Armani

Armani_Prive_AH_FW_2021_22_Look_58_Courtesy_Armani

Armani_Prive_AH_FW_2021-22Look-66_Courtesy_Armani

 

Pour sa deuxième collection Fendi haute couture, Kim Jones continue sur sa lancée en proposant un luxe classique sans fausse note. Ultra raffinée, la collection se compose d’un vestiaire dans lequel les tissus, les détails de coupes et de broderies sont au centre de la création. Kim Jones revisite les codes imposés par Karl Lagerfeld tout en y imposant sa patte. Les tissus et textures ont été inspirés par les bâtiments et les trottoirs de Rome. Comme de nombreuses marques, le designers a profiter de ce show pour dévoiler quelques pièces masculines.

FENDI_COUTURE_HC_AH_2021-22_LOOK_04_Courtesy_Fendi

Fendi_Haute_Couture_Automne_Hiver_2021-22_Courtesy_Fendi

FENDI_COUTURE_HC_AH_2021-22_LOOK_13_Courtesy_Fendi

FENDI_COUTURE_HC_AH_2021-22_LOOK_28_Courtesy_Fendi

 

Chez Schiaparelli, Daniel Roseberry souhaite un retour aux sources. Après avoir donné sa vision de la maison durant deux ans, le directeur artistique s’est interrogé sur les fondations du style et du mélange de l’art grâce à l’introduction d’artistes travaillant main dans la main avec Elsa. Il imagine « The Matador », une collection qui honore l’illustre fondatrice de la maison sans pour autant en être prisonnier.

Conçu en trois parties, ce nouveau dressing rend tout d’abord hommage aux vestes Schiaparelli du passé, tout en y apportant de la modernité.

La seconde partie se concentre sur le corps et les bijoux. Des éléments forts et incontournables du vocabulaire de la maison. Ici les bijoux deviennent parures ou vêtements pour habiller ou déshabiller les femmes audacieuses.

Enfin la troisième partie se consacre à la célébration de couleur avec l’incontournable rose shocking qui accueille des noirs, des éventails de bleus des roses saumonés, des oranges terracotta flamboyants.

SCHIAPARELLI_HC_FW_21-22_Look_02_Daniel_Roseberry_Courtesy-Schiaparelli

SCHIAPARELLI_HC_FW_21-22_Daniel_Roseberry_Courtesy-Schiaparelli

SCHIAPARELLI_Haute-Couture_FW2122_Look_19_Daniel_Roseberry_courtesy-Schiaparelli

SCHIAPARELLI_Haute_Couture_automone-hiver_2021-22_Look_04_Daniel_Roseberry_Courtesy-Schiaparelli

 

De son côté Alexis Mabille quitte la ville pour la campagne et s’inspire du monde floral pour habiller ses jeunes clientes. Ce retour à la nature serait-il la résultante de notre vie actuelle dans laquelle l’être humain ne trouve plus sa place dans les villes ? Il en résulte une collection assez naïve et colorée permettant d’affirmer que la femme reste la plus belle fleur du jardin lors des garden-parties.

Alexis_Mabille_HC_AH_2021-22_look_18_Courtesy_Alexis_Mabille

Alexis_Mabille_Haute-Couture_AH_2021-22_Courtesy_Alexis_mabille

Alexis_Mabille_HC_AH_2021-22_look_21_Courtesy_Alexis-Mabille

Alexis_Mabille_HC_AH_2021-22_Look_19_Courtesy_Alexis_Mabille

 

Point de jour chez Elie Saab qui semble optimiste quant à la reprise des festivités pour l’hiver prochain. Robes de bal, fourreaux, ensembles du soir brodés à outrance constituent ce nouveau vestiaire destiné aux grands évènements. Cette collection est un hommage à la haute couture libanaise dont Elie Saab est incontestablement le meilleur ambassadeur, ayant contribué à sa diffusion à travers le monde depuis son premier show parisien.

ELIE_SAAB_HC_FW 21-22_look_1_Courtesy_Elie-Saab

Elie_Saab_Haute-Couture_AH_2021-22_Courtesy_Elie_Saab

ELIE_SAAB_HC_FW 21-22_look_05_Courtesy_Elie_Saab

ELIE_SAAB_H_FW 21-22_look_52_Courtesy_Elie_Saab

 

Giambattista Valli à l’opposé de son prêt-à-porter revient également à ce qui l’a placé au panthéon des couturiers : les grandes robes du soir. Avec ces nouvelles créations, le couturier dépeint une atmosphère entre envie d’évasion et chaos imprévisible. Cette ambiance ambivalente se ressent dans la double construction de la collection qui d’un côté privilégie la nonchalance avec des mousselines, des soies drapées, des plumages frivoles dans des dégradés de pastel et de l’autre des robes de bal obscures enveloppées de tulle noir, des tailleurs pantalon en shantung aux lignes rigides, des ensembles à la limite de la sévérité.

Giambattista_Valli_Haute-couture_AH_2021-22_Courtesy_GB-Valli

Giambattista_Valli_HC_AH_2021-22_Courtesy_GBV

Giambattista_Valli_Haute_Couture_AH_2021-22_Coutesy_GB_Valli

Giambattista_VallI_Haute_Couture_AH2021-22_Courtesy_Giambattista_Valli

 

Franck Sorbier nous invite à la découverte d’un conte onirique ente la Servante, le Pasteur et la Relique. La servante incarne une fille des bois, des clairières et des étangs. Une paysanne qui évolue dans un univers bucolique qui traduit une envie de dépouillement qui se traduit par le blanc, l’écru, l’ivoire, le beige et le grège. Des matières brutes ou à l’aspect rustique, mélange de lin et de soie, de soie et de coton, de soie et de viscose, organza plastifié, jacquard effiloché, laine mèche et fileté, laine bouillie, crochet et velours plissé façon Mario Fortuny y Madrazo.

FRANCK_SORBIER_Haute_Couture_FW_2021-22_©_Amaury-Voslion-courtesy_Franck-Sorbier

FRANCK_SORBIER_Haute_Couture_FW_21-22_©_Amaury-Voslion-courtesy_Franck-Sorbier

Le Passeur est un miroir à deux facettes. Tantôt blond en toge blanche néo-classique, tantôt en cavalier noir fougueux, drapé dans une cape flottant comme un étendard.

FRANCK_SORBIER_HC_FW_2021-22_©_Amaury-Voslion-Courtesy_Franck-Sorbier

Franck-Sorbier_HC_AH_FRANCK_SORBIER_HC_FW_21-22_©_Amaury-Voslion-Courtesy_Franck-Sorbier

La Relique symbolise de son côté les souhaits ou les vœux entre les prieurs et les cieux. Franck Sorbier revisite ainsi notre époque obscure dans laquelle certains se raccrochent à l’irrationnel pour faire face à tout ce qui nous entoure, ainsi que l’actualité entre la richesse et la pauvreté.

FRANCK_SORBIER_HC_AH2122_©_Amaury_Voslion_courtesy_Franck_Sorbier

 

Maurizio Galante poursuit son triptyque célébrant Paris et les Parisiennes. Il met en scène Amalia Vairelli, à l’institut du monde arabe, qui interprète des séquences rythmiques symbolisant les grandes questions existentielles de la vie dans le ciel à travers la lecture des étoiles. La collection fidèle à son style joue sur les volumes, les détails de tissus fluides et amples. Pour accompagner ce dressing hautement architectural, le couturier propose sa nouvelle haute joaillerie avec une bague composée de branches d’or emprisonnant une grande pierre de citrine, ainsi que de grandes boucles d’oreilles en or aux formes géométriques.

MAURIZIO_GALANTE_Haute_Couture_2021_22_courtesy_Maurizio_Galante

Maurizio_Galante_HC_AH_2021-22_Courtesy_Maurizio_Galante

MAURIZIO_GALANTE_Haute_Couture_2021_2Courtesy_Maurizio_Galante

 

Julien Fournié qui a pris goût aux présentations digitales délivre un nouveau film mettant en scène des superhéros. Il intègre ainsi la mode au monde virtuel pour inventer un nouvel imaginaire au travers de 16 tenues.

Julien-Fournie_Haute-Couture_AH_2021-22_Courtesy_Julien_Fournie

Julien-Fournie_Haute_Couture_Automne-hiver_2021-22_Courtesy_Julien_Fournie

Julien_Fournier_Haute_Couture_AH_2021-22_Courtesy_Julien_Fournie

Julien-Fournie_HC_Automne-Hiver_2021-22_courtesy_Juline-Fournie

Frédéric Blanc

 

About Fred

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *