Mode Homme Automne-Hiver 2016-17

By on 18/02/2016

Après les tendances à adopter pour la période hivernale de 2016-17, Fashion-spider vous livre ses coups de cœurs découverts lors de la fashion week Paris.

Lanvin, sans Albert Elbaz, mais toujours avec Lucas Ossendrijver, qui fête au travers de cette collection ses 10 ans de maison, a décidé de revoir les bases du vestiaire masculin. Dans ses propositions, on découvre le travail minutieux des ateliers permettant de suivre les désidérata du maître, qui bouscule les convenances du chic traditionnel pour arriver à une mode toujours élégante tout en se mixant à une cool attitude désacralisant les codes du luxe en les adaptant à notre époque.

L’allure est plus jeune, nonchalante, les vêtements semblent déjà avoir eu une vie, comme s’ils avaientt déjà été adoptés par la personne qui les porte. L’importance des accessoires est à son summum avec des bracelets tressés un peu trop longs sur les poignets, des écharpes, des sacs jetés sur l’épaule, des ceintures, des chaussures tressées manuellement et les baskets iconiques bombées à la main pour faire de chaque modèle des pièces uniques.

Lanvin_Homme_AH_16-17

Paul Smith revisite également les basiques de l’homme en ajoutant la couleur. Déjà réputé pour apporter des notes colorées dans le dressing masculin, il y va franchement avec des grosses pièces comme des manteaux très vifs, qu’il n’hésite pas à mixer avec d’autres pièces vives et imprimées. Il casse les codes du costume classique en remplaçant la chemise par des pulls ou des gilets imprimés. Il réinvente aussi les motifs classiques au travers des rayures en les grossissant, les colorant ou en les mettant en évidence par des jeux d’asymétrie. Les carreaux s’imposent également en couleurs. Il matche les styles chic et décontractés pour s’adresser à la nouvelle génération d’hommes à la recherche d’une mode non guindée, mais dans le respect des codes de la masculinité.

Paul_Smith_Homme_AH_2016-17

Etudes Studio a su s’imposer parmi les marques incontournables parisiennes. Elle propose un vestiaire hyper pointu, portable et créatif. L’inspiration principale part des tenues militaires avec les treillis, les parkas, les combinaisons pantalons, les sangles, les couleurs kaki et l’imprimé camouflage. Plutôt à destination d’hommes jeunes, avides d’une mode décontractée à forte personnalité, on y retrouve des pièces classiques qui se mixent très facilement à d’autres moins conventionnelles apportant ainsi modernité à des hommes qui suivent les tendances.

Etudes_Studio_Homme_AH_2016-17

Kenzo, sous l’impulsion du duo créatif d’Opening Ceremony, est indéniablement la marque branchée du groupe LVMH. Les deux créateurs confirment, de saison en saison, leur connaissance du luxe à destination de la jeune génération. Il en résulte un dressing coloré où les imprimés s’imposent pour une mise en avant de celui qui les porte. On y retrouve les indispensables classiques de l’homme, mais toujours revisités avec des motifs ou des couleurs ainsi que des pièces de l’univers streetwear qui prennent ici de réelles lettres de noblesse.

Kenzo_Homme_AH_2016-17

Après une disparition au calendrier officiel, Cerruti 1881 a fait un retour remarqué l’arrivée du nouveau directeur de la création Jason Basmajian. L’esprit tailleur, signature de la maison, est conservé dans des propositions classiques coupées dans des tissus raffinés dont certains proviennent du Lanificio Fratelli Cerruti. Il modernise les pièces traditionnelles du businessman en les twistant à des coupes actuelles, plus près du corps ou avec des manteaux overzise et n’hésite pas à piocher dans l’univers plus sport en y ajoutant des blousons, des parkas, des pièces en cuir et en fourrure. Le raffinement en est accentué par une palette de couleurs masculines allant du gris aux teintes automnales, en passant par le rouge Burgundy et un camaïeu de bleus, sans oublier le noir. Une ligne complète d’accessoires avec des boots montantes lacées, des bottines élastiquées sur semelles épaisses, des derbys à bouts arrondis, des sacs à dos ainsi que des cravates en tricot de soie ou en soie grattée parées de motifs fondus, vient compléter ces looks à l’esprit jeune.

Cerruti_1881_Homme_AH_2016-17

Agnès b, comme la saison précédente, réussit à inclure presque toutes les tendances dans sa collection. L’homme est moderne, décontracté, chic et raffiné. Qu’il soit tour à tour sportif, businessman ou dandy des soirées parisiennes, le client maison a tout pour se faire plaisir sans oublier les couleurs, les carreaux, les hits de la saison.

Agnès_b_Homme_AH_2016-17

Chez Carven, Barnabé Hardy continue d’imprégner de sa patte les collections masculines. Confortables et ludiques avec un retour aux années fin 70 début 80, les vêtements inspirent la bonne humeur grâce aux coloris et aux motifs survitaminés et aux matières confortables qui se mélangent parfaitement aux couleurs hivernales comme le gris, le marine et le kaki. La maille et les lainages jouent un rôle essentiel pour un hiver douillet dont les écharpes surdimensionnées, les gants et les guêtres apportent la touche finale.

Carven_Homme_AH_2016-17

Pour les adeptes de l’impeccablement coupé, l’italien Cifonelli est l’incontournable de cette Fashion week. Ici pas de fausse note, l’homme d’affaires a sa nouvelle adresse de prêt-à-porter à Paris au 83, rue du Faubourg Saint-Honoré. Pas de réelles fantaisies, tout réside dans le choix des matières et dans le talent des ateliers qui sublime le corps de l’homme au travers des coupes zéro défaut. Si le budget est élevé, un costume Cifonelli reste un excellent investissement indémodable.

Cifonelli_Homme_AH_2016-17

Sandro, spécialisé dans la femme à ses débuts a réussi à s’imposer sur le marché de l’homme en leur proposant des collections de plus en plus affirmées. L’allure est jeune, résolument fashion et recherchée, dans laquelle une pointe de rock décale les pièces les plus classiques. Chaque personnalité peut y trouver des pièces à mixer les unes aux autres pour réaliser son propre look. Si Sandro possédait jusqu’à présent une image plutôt commerciale, la marque s’impose pour la saison prochaine comme beaucoup plus créative.

Sandro_Homme_AH_2016-17

Wooyoungmi, qui avait misé sur des collections plus commerciales et moins pointues depuis quelques saisons a renoué avec son esprit créatif pour un des plus beaux défilés de la semaine. Les manteaux, pièces phares de l’hiver, sont bien évidemment à l’honneur avec des coupes overzises, colorés, imprimés, en lainage ou en fourrure. Les trenchs en peaux de couleurs font un clin d’œil aux années 70 tout comme les pantalons ultra- évasés aux imprimés all over. Les pulls sont également à l’honneur sous toutes leurs formes. Qu’ils se portent sous une veste ou un manteau, ils font partie des pièces incontournables à adopter tout comme le reste de la collection d’ailleurs.

Wooyoungmi_Homme_AH_2016-17

White Moutaineering fait partie des nouvelles marques intégrées au calendrier officiel qu’elle modernise radicalement. Ici, on donne la part belle à un public jeune, qui suit les tendances du streetstyle avec élégance et proche des grandes tendances, sans oublier la technologie devenue indispensable à ce type de vêtements. Les carreaux noirs et rouges y sont présents ainsi que les imprimés et les tenues de sport sont adaptées pour une cool attitude sans tomber dans le no style.

White_Mountaineering_homme_AH_2016-17

Impossible de clôturer cette liste de marques pour le shopping hivernal sans parler de Thom Brown New York, qui était déjà dans le top ten de Fashion-spider la saison dernière. C’est dans un décor noir, habillé de cadres de miroir et d’un immense lustre que le couturier nous a reçu pour une leçon de mode reposant sur l’évolution de l’étoffe au travers du temps. Défilant par trois, les mannequins sans visage, cachés par un chapeau melon, arborent pour l’un une tenue neuve, pour l’autre une pièce commençant à subir les effets de temps du temps qui passe et pour le troisième cette même tenue où l’usure est à son comble, continuant de prouver qu’un vêtement conçu dans les règles de l’art et avec de belles matières rayonne malgré les affres du temps. Cette symbolique nous fait mieux comprendre notre société de consommation où la fast fashion règne en maître mais dans laquelle heureusement les marques comme Thom Brown rappellent que seule la qualité est une valeur sûre.

THOM_BROWN_©_ Dan_and_Corina_Lecca_AH_2016-17

Si l’on exclut cette mise en scène qui a clôturé la fashion week Paris en beauté, il reste des vêtements ultra-maîtrisés qui piochent dans l’histoire du costume masculin d’hier et d’aujourd’hui afin d’obtenir la tenue idéal de l’hiver 2016-17 dans des matières de qualité irréprochable.

THOM_BROWN_©_ Dan_and_Corina_Lecca_AH_2016-17

Frédéric Blanc

About Fred

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *