La Paris Fashion Week Masculine Printemps-été 2020

By on 03/07/2019

Le calendrier de la mode continue sa fuite en avant et nous plonge déjà dans l’été 2020 avec les collections masculines ayant été présentées dans les grandes capitales de la mode. Paris, comme à son habitude, possède le calendrier le plus important avec 60 défilés et 27 présentations reconnus par la fédération de la haute couture et de la mode, soit un total de 87 marques présentes.

 

Au calendrier officiel des défilés, on note le retour de Lanvin avec son nouveau designer Bruno Sialelli, la marque espagnole Palomo Spain, du créateur Alejandro Gomez Palomo qui a déclaré revenir à Paris pour y rester, et Y/Project qui avait défilé la saison dernière au Pitti Uomo.

Y/Project_PaP_Homme_PE_2020

Y-Project_PaP_Homme_SS_2020Y/Project

Parmi les nouvelles marques, on note l’arrivée de Bode (USA) Ludovic de Saint Sernin (France), Philipps (France) et Sies Marjan (USA).

 

Le défilé qui aura marqué cette semaine est incontestablement celui de Balmain avec Olivier Rousteing aux commandes. Ce dernier à donné rendez-vous au Jardin des plantes, tout en profitant de la nuit de la fête de la musique, pour imaginer un méga défilé concert ouvert au public. Cet événement a été l’occasion de soutenir la Red, l’association de Bono, pour lutter contre le Sida et faire de la prévention dans le monde entier.

Après la présentation de la collection, fidèle au dressing rock du designer, Darren Criss et Rag’nBone Man ont enflammé la nuit parisienne.

Balmain (FF Chanel)

Show d’adieu pour Carol Lim et Humberto Leon chez Kenzo, après huit ans à la tête du style. Comme l’avait fait Monsieur Kenzo, lors de son départ, les deux designers ont orchestré une méga production en réunissant pas moins de 5000 personnes à Bercy. D’un côté, 500 spécialistes de la mode et de l’autre, une assistance constituée d’un réel public.

La mode masculine a donné la part belle au sportswear, alors que la mode femme a joué dans une sophistication très contemporaine.

En guise de final, la chanteuse Solange a fait un solo, avant d’être rejointe par 11 musiciens de Jazz.

Kenzo (Imax Tree.Tv)

Musique encore pour Issey Miyake, qui a choisi son quartier de prédilection, la Place des Vosges, pour organiser sa présentation de l’Homme Plissé. Imaginée, il y a cinq ans comme une capsule, cette ligne, aux basics intemporels, est devenue véritable ligne dont le succès ne démord pas.

Pas de défilé mais un véritable spectacle chorégraphié par Daniel Ezralow. Tout débute très calmement par une ballade de jeunes garçons dans un parc, habillés de tenues plissées et colorées. Rapidement rejoins par des coureurs habillés de joggings larges et de bermudas plissés, ces derniers sont rattrapés par des danseurs, en total look Homme Plissé, démontrant du confort des tenues. Ce ballet se complète par des acrobates en tenues à carreaux et en tricots jacquard. Soudain, comme par magie, la mer fait son entrée, avec un bruit déferlant de vagues, qui accompagne un nouveau groupe de danseurs parés de tenues rappelant des kimonos aux couleurs vives.

Homme-Plisse_Issey-Miyake_SS_2020_©_Frederique-Dumoulin

Homme Plisse_Issey-Miyake_PaP_PE_2020_©_Olivier-Baco

Pour clôturer ce joyeux remue-ménage, une fanfare de tambours et de percussions constituée de femme envahit le jardin. La joie et le rythme de Salsa très communicatif s’étant rapidement des mannequins jusqu’à l’assistance qui prend part à ce final hyper festif.

Une fois de plus Miyake démontre que mode, confort et joie de vivre peuvent faire bon ménage.

Issey Miyake

 

Histoire de musique également pour Paul Smith qui replonge dans son histoire avec sa première visite à New York, dans les années 70, la découverte des clubs de jazz et l’explosion de la couleur avec l’arrivée du pop art. C’est donc sur fond de Loft Jazz que s’est déroulé ce défilé haut en couleur, dans lequel le créateur a décidé de présenter ce qu’il sait le mieux faire des costumes pour homme et femme. En raccord avec notre temps, des matières durables font leurs entrées comme le polyester recyclé ou le coton organique.

Paul-Smith_PaP_Homme_SS-2020

Paul_Smith_PaP_Homme_SS_2020Paul Smith

 

Chez Dior, c’est l’art qui s’invite dans la collection. Kim Jones a décidé de travailler en duo avec l’artiste contemporain, Daniel Arsham, spécialisé sur la déconstruction, la décomposition et la démolition. Pour la réalisation de cette nouvelle garde-robe, le designer a puisé dans les archives de la maison en reprenant les lignes iconiques qui ont fait l’histoire du nom. Si le sportswear, incontournable aujourd’hui est très présent, il se raffine pour ressembler à un tailloring hautement maitrisé dont certains imprimés sont peints à la main.

Dior_Pap_Homme_SS_2020

DIOR_PaP_Homme_SUMMER_2020

En parfaite adéquation avec le lieu (un chapiteau au pied de l’Institut du Monde Arabe), des hijabs masculins et des coiffes de Bédouin jouent le contraste avec le style masculin classique.

Dior_Homme_PaP_PE_2020Dior Homme

 

Celine homme, prend le pas de la femme hiver 2019-20 en s’inspirant des années 70 emprunt d’un classique passéiste, qu’Hedi Slimane arrive à rendre rock et sexy en s’inspirant de l’image de Serge Gainsbourg. Plus qu’une collection à porter telle qu’elle, il imagine des propositions stylistiques afin que chacun puisse s’approprier des pièces en les mixant à sa guise. Comme à son habitude la silhouette est longiligne, un brin austère, mais toujours ultra contemporaine et avant-gardiste.

Celine-Homme_PAP_SS_2020

Celine_PaP_Homme_PE_2020Celine

Comment ne pas tomber sous le charme du style GmBH ?

Si habituellement les marques allemandes ont du mal à se faire une place sur le marché international, ce n’est pas le cas de ce label, qui semble avoir tout compris à la mode d’aujourd’hui. Entre sportswear, tailloring et recherche sur le corps, les collections montent en gamme de saison en saison. L’idée des pièces empruntées au maintien du corps, comme les harnais, les corsets, les bandes ou les ceintures, est toujours présente. Elles sculptent le corps tout en étant intégrées aux vêtements pour un maintien parfait et une silhouette zéro défaut mettant en évidence les plus belles parties de l’anatomie.

GMBH_PaP_Homme_SS_2020

GmbH_PaP_Homme_PE_2020GmBH

 

Dans les jeunes marques, on retrouve Arthur Avellano qui introduit, sans pour autant délaisser le latex sa matière fétiche, de plus en plus de textiles traditionnels. Son prêt-à-porter permet de s’adresser ainsi à un plus grand nombre. Il démontre de saison en saison l’étendue de son talent.

Arthur-Avellano_PaP_Homme_SS_2020

ARTHUR-AVELLANO_PaP_Homme_SS-2020Arthur Avellano

 

Pour son premier défilé en tant que membre officiel Ludovic de Saint Sernin n’a pas déçu. Vainqueur du prix de l’Andam en 2018, le designer de 28 ans est resté fidèle à son style très érotisant.

Si dernièrement les réseaux sociaux ont plus relayé les photos de ses slips sexy que de ses vêtements, il démontre avec ce défilé son talent de créateur de prêt-à-porter. Jamais complètement habillé ni déshabillé, son homme joue sur les effets de transparence, de trou, d’ouverture, de drapé, de short afin de dévoiler son corps avec subtilité. Les matières sont scrupuleusement choisies pour accompagner cet effet de fausse nudité. À la frontière du féminin/masculin Ludovic de Saint Sernin aime brouiller les codes et fait défiler des femmes revêtues de tuniques en voile pour présenter sa collection unisexe.

ludovic-de-saint-sernin_PaP_SS_2020

Ludovic-de-Saint-Sernin_PaP_Homme_SS_2020

ludovic-de-saint-sernin_PaP_PE_2020Ludovic de Saint Sernin

 

Cottweiler, fondé par Ben Cottrell et Matthew Dainty en 2012, a décidé de vivre avec son temps et d’organiser un défilé virtuel. Imaginé comme une œuvre artistique, un film, dirigé par le vidéographe et artiste Daniel Swan, a retranscrit un récent voyage du duo, au Moyen-Orient et en Égypte, avec une musique originale de Natacha Atlas et du violoniste égyptien Samy Bishai. La collection y apparaît comme un mirage dans le désert. La marque reste fidèle à son ADN avec un sportswear à la fois simple et sophistiqué par une recherche de matière et mixe de styles, lui conférant une tout autre allure.

Cottweiler_PaP_Homme_SS_2020

Cottweiler

 

Éditions M.R qui a délaissé les podiums, au profit de présentations sur rendez-vous a profité de l’occasion pour annoncer l’arrivée, à la tête de la direction artistique, de Louis Wong, ancien coresponsable du design chez A.P.C.
Cette première collection s’inspire de pièces très sportives qui sont retravaillées avec des matières classiques, des tissus français leur apportant ainsi un autre tombé et la possibilité de les porter au quotidien. L’ADN de la marque est conservé avec une revisite des pièces iconiques, tout comme le logo de la maison.

Editions-MR_PaP_Homme_SS_2020

Editions_MR_PaP_Homme_PE_2020Editions M.R

 

Frédéric Blanc

About Fred

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *