Mode féminine, la PFW Automne-Hiver 2021-22

By on 17/03/2021

Comme nous l’avons vu précédemment, Paris a organisé début mars, sa semaine de la mode féminine automne-hiver 2021-22 de façon digitale. Toujours aussi prisé par les créateurs du monde entier, le calendrier de la Fédération de la Haute Couture et de la mode a proposé plus de 90 présentations réunissant les plus grandes marques françaises et les noms étrangers les plus influents.

 

Leonard Paris faisait une nouvelle fois partie des marques des plus attendues de la semaine. Habituée aux changements de directeurs artistiques, la maison semblait pourtant entre de bonnes mains depuis l’arrivée de Christine Phung en 2016. Cette collaboration ayant pris fin en décembre 2020, Nathalie Tribouillard Chassain, la présidente générale du groupe, a jeté son dévolu sur Georg Lux, en le nommant au poste de responsable des collections, confirmant ainsi la volonté de privilégier la jeune création française.

Contrairement à ce que nous aurions pu penser, la maison fait soudainement un bon dans le passé, en proposant des pièces très classiques, très « dadame », bien loin de l’esprit sportif-chic qui émanait des collections précédentes.

Leonard-Paris_PaP_AH_2021-22_Courtesy_Leonard-Paris

Leonard_Paris_PaP_AH-2021-2022_courtesy_Leonard_Paris

Leonard-Paris_PaP_FW_21-22_Courtesy_Leonard-Paris

 

Pas de surprise chez Isabel Marant qui, depuis 1994, reste fidèle à son style. S’il est une marque qui a réussi le pari d’imaginer le dressing de la Parisienne, c’est bien celle-ci.

Comme à son habitude, elle mixe à la perfection les influences hippies pour un dressing bobo-chic devenu l’uniforme des Parisiennes branchées. Les tendances hivernales prônant un retour de l’élégance, la créatrice n’hésitent pas à proposer des pièces très urbaines classiques, mixées à d’autres aux imprimés cachemire ou fleuris, qui immédiatement nous rappellent que nous sommes bien chez Isabel Marant.

ISABEL_MARANT_RUNWAY_FW21-22_Courtesy_Isabel-Marant

Isabel_Marant_PaP_AH_2021-22_Courtesy_Isabel_marant

ISABEL_MARANT_Femme_PaP_AH_2021-22_Courtesy_Isabel_marant

Marque globale, elle propose depuis 2017, une ligne masculine, dirigée par Barnabé Hardy, qui accompagne à merveille les looks féminins.

ISABEL_MARANT_Homme_PaP_AH2021-22_courtesy_Isabel_Marant

Isabel_Marant_Homme_PaP_AH_2021-22_Courtesy_Isabel_Marant

 

Chez Louis Vuitton, Nicolas Ghesquière prévoit un hiver froid. Pour se protéger des frimas, il opte pour la politique de l’oignon, en invitant ses clientes à superposer tout ce qui leur passe sous la main. Il en résulte des looks overzise constitués de mélanges improbables, hélas peu flatteurs pour la silhouette. Le stylisme surchargé de la collection dessert les pièces, qui prises une à une pourraient être très jolies. Heureusement le défilé s’allège sur la fin avec une série de petites robes.

Louis-Vuitton_PaP_Femme_AH_2021-22_Courtesy_Louis-Vuiton

Louis-Vuitton_PaP_Femme_AH_21-22_Courtsy_louis-Vuitton

Louis_Vuitton_PFW_Femme_AH_2021_22_courtesy_louis-Vuitton

 

Courrèges fait un retour aux sources grâce à l’arrivée du créateur belge Nicolas di Felice. Il nous fait oublier le passage désastreux de Yolanda Zobel, en redonnant vie à l’esprit maison. Dès la première image, le ton est donné avec des pièces graphiques, minimalistes aux sonorités sixties, fidèles à celles d’André Courrèges. Pour accentuer les jeux de monochromie, les tenues s’accompagnent de cuissardes ton sur ton. Même si ces dernières sont loin des bottines vernies Courrèges, elles ajoutent une nouvelle modernité à ce style intemporel.
Courreges_PaP_AH_2021-22_Courtesy_Courreges

Courreges_PaP_Femme_AH_2021-22_courtesy_Courreges

Courreges_PaP_FW_2021-2022_Courtesy_Courreges

 

Barbara Bui se focalise sur l’essentiel avec un vestiaire ultra limité, constitué d’indémodables. Le tailloring se place au centre de sa création avec des ensembles taillés à la perfection dans des tissus empruntés à l’homme. Les coupes classiques sont twistées par l’utilisation du cuir noir, qui reste un incontournable de la maison. Pour compléter ce dressing idéal, elle imagine un nouveau trench pouvant se porter de trois façons différentes. Un must have s’offrir dès sa sortie en magasin.

Barbara_Bui_Tench_AH_2021-22_Courtesy_Barbara-Bui

Barbara-Bui_PaP_Femme_AH_2021-21_Courtesy_Barbara-Bui

Barbara-Bui_PaP_AH_2021-22_courtesy_Barbara-Bui

 

Après de nombreuses années passées dans la tourmente, Jil Sander fait un retour en force durant la semaine de la mode parisienne.

Fondée en 1968 par la designer allemande du même nom, Jil Sander connaît un succès mondial grâce à un style minimaliste qui devient la signature de la maison. Les vêtements élégants, sobres et modernes, réalisés dans des textiles de choix deviennent une référence et font entrer la marque dans le mouvement des « modernistes » et des « minimalistes », présents dans la mode des années 1980 à 1990. À l’aube des années 2000, Prada acquiert la majorité des parts de la société, mais le modèle économique du groupe poussera la directrice artistique à quitter son poste et perdre l’utilisation de son nom. Face à la perte de vitesse, le groupe la rappelle en 2003, mais elle sera rapidement remplacée par Raf Simons, qui conserve son style. En 2006, Prada revend le nom à un groupe britannique qui le revend deux ans plus tard au groupe Japonnais Onward Holding. Raf Simons demeure le directeur artistique jusqu’en 2009 avant de rejoindre Dior. Le groupe fait appel une nouvelle fois à Jil Sander pour reprendre les rênes du style, mais elle n’y reste que peu de temps. Elle sera remplacée par Rodolfo Pagliaunga et par Lucie et Luke Meier, qui depuis 2017 conservent l’esprit de la fondatrice.

Depuis cette année, Jil Sander est passée dans le giron d’OTB, le groupe de mode de Renzo Rosso. Cette acquisition va permettre à la marque de faire un nouveau départ et de revenir sur le devant de la scène.

Jil-Sander_PaP_AH_2021-22_courtesy_Jil-Sander

Jil-Sander_Femme_AH_2021_22_Courtesy_Jil-Sander

Jil-Sander_PaP_Femme_AH_2021-22_courtesy_Jil-Sander

 

Place à la simplicité chez Koché. Dans une période qui nous a fait perdre toutes nos certitudes, la créatrice opte pour une mode confortable. Cette démarche se justifie par un choix de matières naturelles parmi lesquelles on retrouve le denim, le coton, le molleton, le jersey et le cuir végétal, permettant de s’intégrer dans le courant d’une mode durable.

Si aujourd’hui la notion de bien-être et de fabrication éthique n’est pas incompatible avec désirabilité, Christelle Kocher franchit ici un nouveau cap en prouvant que ces notions peuvent aussi se conjuguer avec la sexy attitude.

KOCHÉ READY-TO-WEARFALL WINTER 21_GUILLAUME ROUJAS

Koche_PaP_Femme_AH_2021-22_©_GUILLAUME_ROUJAS_Courtesy_Koche

Koche_PaP_AH_2021-22_©_GUILLAUME_ROUJAS_courtesy_Koche

 

Depuis ses débuts, Marine Serre met un point d’honneur à proposer une mode qui conjugue esthétisme, éthique, écologie et inclusivité. Fidèle à cette ligne de conduite, ses nouvelles pièces sont entièrement réalisées en matériaux upcyclés et/ou en fibres recyclées. Loin du glamour, elle propose une mode portable pour tous les jours, dont les aficionados sont prêts à payer une fortune pour acquérir la moindre pièce.

Marine-Serre_PAP_FW_2021-22_Courtesy-Marine_Serre

Marine_Serre_AH_2021-22_Courtesy_Marine_Serre

Marine-Serre_FW_2021_22_Look_42_Courtesy_Marine-Serre

 

MOSSI est certainement la marque de luxe la plus engagée. Originaire de banlieue, Mossi Traoré revendique ses origines modestes et utilise sa réussite pour venir en aide aux jeunes des cités. En 2015, il crée Les Ateliers Alix, une école de haute couture et un organisme de formation dans les métiers de la mode, ainsi que les Ateliers Parisiens permettant à d’autres jeunes en difficultés de vivre leurs rêves. Depuis 2018, il propose sa propre marque de prêt-à-porter, pensée dans un esprit d’intégration et de partage avec ses collections entièrement réalisées dans son école, 100% made in France. Loin de l’esprit « pauvre » tant apprécié de nombreux créateurs français, Mossi vend une mode inspirée par la haute couture, pour des femmes à la recherche d’élégance.

Pour sa présentation, Mossi a souhaité jouer sur le contraste en organisant un défilé dans la cour d’une barre d’immeuble de banlieue, avec les habitants pour public. Les tenues à la fois chic et contemporaines sont le résultat d’une rencontre avec Ryoji Hatsuyami, un artisan textile japonais, spécialiste de la teinture au charbon. Ce procédé ancestral permet l’obtention d’un noir organique, couleur fétiche du designer. Pour habiller ses tenues, il a fait appel à l’artiste peintre sud-coréen Lee Bae, connu pour son travail exécuté à partir de charbon de bois et l’utilisation des couleurs primaires. En réponse à notre période de restriction et d’immobilité, il privilégie des coupes amples et fluides qui apportent légèreté et liberté au moindre mouvement du corps.

Mossi_PaP_AH_2021-22_Courtesy_Mossi

Mossi_PaP_Femme_AH_2021-22_Courtesy_Mossi

Mossi_PaP_AH_2021-2022_Courtesy_Mossi

 

Malgré ses origines russes, Kristina Fidelskaya semble avoir oublié que l’hiver en Europe est beaucoup moins chaud qu’à Dubaï, où elle a installé le siège de sa société. Lumineuse et légère, sa collection donne des envies d’évasion, loin des contraintes du quotidien. Fidèle à son ADN, elle propose une mode élégante, raffinée, mais jamais ennuyeuse. L’ultra sophistiqué se marie au monde du sport dans une harmonie parfaite, grâce à l’utilisation de matières d’exception qu’elle met un point d’honneur à exploiter pour la réalisation de ses pièces. Pour un dressing complet, elle s’associe cette année avec Maison Michel avec qui elle développe deux nouvelles formes de chapeaux, ainsi qu’avec Halm pour la création de son nouveau it bag baptisé « Bino ».

KRISTINA-FIDELSKAYA-FW_2021-22_Courtesy_Kristina-Fidelskaya

Kristina-Fidelskaya_PaP_AH_2021-22_Courtesy_Kristina-Fidelskaya

KRISTINA-FIDELSKAYA-PaP_FW_21-22_Courtesy_Kristina_Fidelskaya

 

 

Elie Saab nous prédit un hiver loin des confinements avec un retour à une vie nocturne active et très élégante. En effet, fidèle à ses habitudes, il consacre 90% de sa collection aux robes longues, qui ont fait sa renommée et placées la mode libanaise au rang d’incontournable sur les tapis rouges. Les pièces les plus intéressantes restent cependant celles de jour avec des ensembles ultra chic pour des business woman à la recherche de pièces à fortes personnalités pouvant se porter toute la journée jusqu’à leur des cocktails.

ELIE_SAAB_FW_2021-22_Courtesy_Elie_Saab

Elie_Saab_PaP_AH_21-22_Courtesy_Elie_Saab

ELIE_SAAB_RTW_FW_2021-22_Courtesy_Elie_Saab

 

Beautiful People prouve que la mode intellectualisée n’est pas toujours rébarbative. En prenant appui sur la situation inédite que nous vivons, le créateur japonais Hidenori Kumakiri, s’interroge sur ce qui est normal ou pas. L’impossible étant devenu possible et vice et versa, il décide d’appliquer ce principe aux vêtements, en les utilisant dans les deux sens.

Son film s’articule autour de ce principe grâce à un jeu de miroir à double face, renvoyant une image où le vêtement se place à l’envers. En fonction du sens, le vêtement devient radicalement différent et change même de fonction. Il imagine ainsi la garde-robe idéale pour les petits dressings.

Bautiful-People_PaP_AW_2021-22_courtesy_Beautiful_people

Beautiful-People_PaP_femme_AH_2021-22_Courtesy_Beautiful_people

Beautiful-People_PaP_femme_AH_2021-22_Courtesy_Beautiful_people

 

Satoshi Kondo invite à redécouvrir la nature et les grands espaces à travers ses propositions pour Issey Miyake. En total accord avec la nature, les tonalités organiques dominent la collection, tout en intégrant d’autres plus punchy rappelant les couleurs vives de l’été, de la nature en fleurs. En recherche permanente, la maison propose un nouveau plissé concentrique réalisé à la main donnant une forme circulaire aux vêtements dans une sorte de spirale s’ouvrant en gros hublots dans les robes amples. La priorité est comme d’habitude donnée à la liberté du corps, une notion qui entre en résonnance avec l’enfermement que nous ne supportons plus.

Issey_Miyake_femme_PaP_AH_2021-22_Courtesy_Issey-Miyake

Issey_Miyake_PaP_Femme_AH_2021-22_Courtesy_Issey_Miyake

Issey_Miyake_Pap_AH_2021-22_courtesy_Issey-Miyake

 

Encore peu connue, la marque Ninamounah a réussi le pari de rendre sa vidéo virale grâce à une collection ouvertement sexualisée. Sans complexe, l’attribut masculin devient ornement et se porte aussi bien sur l’homme que sur la femme. Si au premier abord on pense à une collection cherchant simplement à choquer pour se faire remarquer, elle propose de nombreuses pièces à destination de la nouvelle génération qui assume sa façon d’être, sans se soucier de la barrière des sexes.

Ninanounah_Femme_PaP._AH_2021-22_courtesy_Ninamounah

Ninamounah_Pap_Femme_AH_2021-22_Courtesy-Ninamounah

Ninamounah-PaP_Homme_AH_2021-22_courtesy_Ninamounah

Ninamounah_Homme_PaP_AH_2021-22_courtsy_Ninamounah

 

Si Naco Paris, n’est pas membre de la Fédération, la marque fait cependant partie des collections à ne pas manquer. Son dernier opus baptisé «Balmoral» revisite un vestiaire classique revu et corrigé par l’utilisation de tissus généralement utilisés pour le sportswear. Il s’amuse à retravailler des pièces iconiques comme la « veste Bar » de Dior qui prend soudainement un sérieux coup de jeune. L’expression artistique reste au centre de la création par l’application de collage de tissus ou de tags. Précurseur dans le domaine de l’upcycling, il réutilise d’anciennes pièces de chez Adidas pour en réaliser de nouvelles, sous forme de patchwork.

Naco-Paris-PaP_AH_2021-22_courtesy_Naco-Paris

 

Retour aux sources et par conséquent au dark chez Winterstan. Le designer propose un dressing gender fluid, baptisé « The Shadow Soldier ». A l’image de son créateur, la collection puise sa source dans le refus de s’adapter aux contraintes sociales sans pour autant refuser de se faire plaisir avec le beau et les codes luxe. Le brut rencontre ici la délicatesse pour un mariage parfait, ne dit-on pas que les opposés s’attirent ?

WINTERSTAN_PaP_AH_2021-2022_courtesy_Winterstan

Winterstan_The-ShadowSoldier-PaP_AH_2021-22_Courtesy_Winterstan

WINTERSTAN_Homme_PaP_AH_2021-2022_courtesy_Winterstan

 

Prune Goldschmidt pour sa deuxième collection souhaite faire oublier cette période morose à travers sa mode ludique et fantasque. En véritable moyen d’expression, ses pièces se destinent à des femmes qui osent et qui aiment affirmer leur présence à travers leur dressing. Pour l’hiver, elle confirme ses fondamentaux avec l’univers des trois jeunes femmes déjà illustrées lors de la première collection en prise avec de nouvelles aventures.

La déesse porte des vêtements inspirés des uniformes dans lesquels des détails militaires prennent la taille XXL.

La petite fille libre et insouciante ose le jeu du macro-micro. Ici tout est démesurément grand ou petit comme si la femme avait emprunté des vêtements d’enfant.

Enfin, l’amoureuse qui aime voler les tenues de son homme pour les transformer à sa guise. Cols volantés, nœuds gigantesques, à rayures larges ou fines, à pois, en moire ou encore cols fraise pour une dérision assumée, elle aime s’amuser avec sa garde-robe.

Prune Goldschmidt apporte à la mode française sa touche de fantaisie et d’élégance qui fait bien souvent défaut lors de nos Paris Fashion Weeks.

Prune_Goldschmidt_AH_2021_22_Courtesy_Prune_Goldschmidt

Prune_Goldschmidt_PaP_AH_2021-22_Courtsy_Prune_Goldschmidt

Prune_Goldschmidt_AH_21_22_courtesy_Prune_Goldschmidt

 

Si la palme de l’Ovni de la semaine devait être antribuée à une maison, elle reviendrait à coup sûr à Patou et son directeur artistique Guillaume Henry. Alors que tout avait bien commencé depuis son arrivée à la tête de la belle endormie, il propose pour l’hiver prochain un lot de tenues semblant sortir tout droit d’un spectacle folklorique des Balkans. Le designer dit s’être inspiré d’une photo de 1972, montrant plusieurs robes Patou réalisées à l’époque par Michel Goma.

Une chose est certaine, il est vivement déconseillé de sortir en total look. Un trop-plein d’informations étant nuisible à la santé visuelle.

Patou_PaP_FW_2021_2021_courtesy_Patou

Patou_PaP_AH_21_22_Courtesy_Patou

Patou_PaP_AH_2021-22_Courtesy_Patou

 

Frédéric Blanc

About Fred

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *