Disparitions sous silence

By on 12/06/2020

Deux créateurs de mode ont disparu le mois dernier, dans la plus grande indifférence. Alors que généralement le monde de la mode a tendance à s’enflammer pour les bonnes ou mauvaises nouvelles des créateurs les plus en vue, il est impitoyable lorsque ces derniers ne font plus partie du top ten de ceux qui comptent.

 

Le 16 mai 2020, Samy Chalon nous a quitté  l’âge de 63 ans.
Diplômé de Science Po, il fait ses premières armes en tant que styliste chez Angelo Tarlazzi, puis chez Dorothée Bis et enfin chez Chloé. Par la suite il décide de voler de ses propres ailes en devenant styliste free-lance pour Kenzo, Éres et Inès de la Fressange. Riche de ses différentes expériences, il crée sa marque Samy Chalon en 1999, spécialisée dans le prêt-à-porter féminin, qu’il propose dans sa propre boutique du Marais, au 24 rue Charlot, Paris 3, depuis 2003.

Parallèlement, à ses activités, il devient directeur artistique d’Yves Salomon Fourrure (2001-2008) puis crée pour Céline (2000-2009), Revillon (2007-2010), Chevignon (2010-2011), Comptoir des Cotonniers (2011-2012), Label Ritu Kular en Inde (2013-2016) et depuis 2012 pour Zyga International, une marque spécialisée dans le lin bio.

La mode perd un grand créatif, resté dans l’ombre, mais ayant toujours su s’adapter et sublimer les collections des maisons où il est passé, tout en gardant humilité et discrétion.

Samy Chalon

Samy Chalon : 1957 / 16 mai 2020

 

Si Delphine-Charlotte Parmentier a toujours fait partie des créatrices discrètes, ses créations de bijoux ont bénéficié du soutien de la presse et ont largement séduit les grandes personnalités du show-business.

Née en 1968, Delphine-Charlotte Parmentier grandit dans un monde où la création était au premier plan. En effet, passant ses mercredis après-midi dans l’atelier de boutons et d’accessoires de ses grands-parents, Raymond et Geneviève Parmentier, elle y développa son imaginaire et ses envies d’excellence.

Passionnée par les bijoux, elle s’essaie d’abord au stylisme à travers ses études au studio Berçot d’où elle sort diplômée en 1989. Elle retourne alors à ses premières amours en créant des collections pour des maisons de couture.

En 1993, elle lance sa propre ligne éponyme et s’installe dans l’ancien atelier de ses grands-parents, rue de la Lune.

Manuelle et autodidacte, la conceptrice répète « pour créer, j’ai besoin de modeler », Delphine explore les différents aspects du bijou et des techniques telles que la céramique, la broderie ou l’émaillerie. Elle travaille des matériaux variés, décale les codes, ce qui lui donne ce style authentique, réinventant un contemporain hors du temps.

Empruntant aussi bien à la fin du siècle qu’aux années 30 ou 50, Delphine travaille en toute légèreté, offrant saison après saison une multitude de registres au charme sensible, intrigant et captivant.

Pour une fabrication artisanale entièrement « made in France », Delphine-Charlotte Parmentier créée des pièces d’exceptions dans l’univers du bijou haute fantaisie et donne à l’accessoire de mode ses lettres de noblesse. Ici, rien n’est acheté-monté-revendu, toutes les métalleries sont exclusives.

Son amour du travail bien fait lui a permis de collaborer avec de nombreuses maisons de prêt-à-porter ou de haute couture comme Karl Lagerfeld, Montana, Mugler, Lacroix, Lanvin, Nina Ricci, Ungaro, Chloé, Hanae Mori, Valentino, Paul & Joe, Kenzo, Balenciaga, Léonard…

En 2013, la marque fête ses 20 ans en signant une collaboration avec Swarovski.

Delphine_Charlotte_Parmentier

Delphine-Charlotte Parmentier : 1968 / 27 mai 2020

 

Frédéric Blanc

About Fred

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *