Harper’s Bazaar, Premier Magazine de Mode au MAD

By on 24/06/2020

Initialement ouverte au public le 28 février 2020, l’exposition consacrée au célèbre magazine de mode américain Harper’s Bazaar, au Musée des Arts Décoratifs, a été contrainte de fermer ses portes suite à l’épidémie de Coronavirus. La vie reprenant peu à peu depuis le déconfinement, le MAD a réouvert la bibliothèque et les Ateliers du carrousel le 15 juin. La réouverture des expositions temporaires « Harper’s Bazaar. Premier magazine de mode » et « Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs » est  effective depuis le 23 juin 2020, jusqu’au 4 janvier 2021.

 

Installée dans les galeries de la mode, récemment rénovées, grâce au mécénat de Stephen et Christine Schwarzman, la grande exposition consacrée au célèbre magazine Harper’s Bazaar s’étend sur deux niveaux en revenant sur ses origines et son actualité. Soixante créations de couture et de prêt-à-porter, essentiellement issues des collections du musée et de prêts de pièces iconiques prestigieuses, sont présentées en correspondance avec leur parution dans le magazine. Le regard des grands photographes et illustrateurs qui ont fait le renom de Bazaar est ainsi mis en perspective pour résumer un siècle et demi d’histoire de la mode. Man Ray, Salavador Dali, Richard Avedon, Andy Warhol, ou encore Peter Lindbergh et tant d’autres grands noms ont contribué à l’esthétique hors pair de cette fashion reference.

Robe_du_soir_Madeleine_Vionnet,_no4202_AH_1936_epreuve glatino_argentique_Paris_©_MAD_ParisRobe du soir de Madeleine Vionnet, no 4202 Automne-hiver 1936 Épreuve gélatino argentique Paris © MAD Paris

Réplique de la robe Chérie de Christian Dior — Toile de coton, 1959 D’après le modèle du printemps-été 1947 Paris © MAD ParisRéplique de la robe Chérie de Christian Dior —Toile de coton, 1959 D’après le modèle du printemps-été 1947 Paris © MAD Paris

Givenchy — Par Clare Waight Keller collection prêt-à-porter printemps-été 2019 Robe courte en crêpe de soie rebrodée de sequins argentés Archives GivenchyGivenchy  par Clare Waight Keller, collection prêt-à-porter printemps-été 2019. Robe courte en crêpe de soie rebrodée de sequins argentés Archives Givenchy

 

Loin d’être exclusivement un magazine de mode, Harper’s Bazaar est également une revue littéraire de portée internationale destinée à l’éducation des femmes. Il y accueille les écris de Colette, Simone de Beauvoir, Françoise Sagan, Jean Genet ou André Malraux, tout en accordant aux écrivains de langue anglaise une attention primordiale : Charles Dickens, Virginia Woolf, Patricia Highsmith, Truman Capote ou encore Carson McCullers. Au-delà du contenu, c’est l’aspect esthétique de la composition graphique qui constitue la richesse du magazine. L’équilibre entre les images de mode et l’acuité de sa critique font de Harper’s Bazaar une référence de l’histoire du graphisme et de la mode. Les grands couturiers comme Charles-Frederick Worth, Paul Poiret, Jeanne Lanvin, Madeleine Vionnet, Elsa Schiaparelli, Christian Dior, Cristobal Balenciaga doivent une part de leur mythe au rayonnement du magazine.

Jeanne_Lanvin_Dessin_de_collection_Gouache_sur_papier_robe_penombre_PE_1929_Collection_Patrimoine_Lanvin_ParisJeanne Lanvin, Dessin de collection Gouache sur papier, robe pénombre Printemps-été 1929 Collection Patrimoine Lanvin Paris

 

Le parcours chronologique de l’exposition retrace l’évolution de la société au travers de celui de la mode. Il s’ouvre sur un bref rappel de l’histoire des périodiques de mode au XVIe siècle. Mary L.Booth, première rédactrice en chef en 1867, donne le ton du magazine en introduisant les créations de Charles-Frederick Worth, très apprécié des clientes fortunées américaines. Le magazine prend part à l’évolution des styles en témoignant successivement du goût de l’Art Nouveau, puis de l’orientalisme des Ballets Russes et de Paul Poiret qui inspire les couvertures que dessine Erté dans les années folles. C’est à cette époque que les photographies du baron Adolphe de Meyer orientent le magazine vers une esthétique photographique. Le surréalisme répondra aux créations d’Elsa Schiaparelli ou de Madeleine Vionnet apportant à la mode une dimension métaphysique et antique. Dans les années 30, Bazaar devient un magazine de luxe avant-gardiste sous l’impulsion du trio Carmel Snow (rédactrice en chef), Alexandre Brovovitch (directeur artistique) et Diana Vreeland (chroniqueuse de mode). Vreeland s’impose alors en styliste photographique en ouvrant le magazine aux grands espaces et aux corps ensoleillés que Louise Dahl-Wolf saisit en couleur. De son côté, Carmel Snow introduit les grands noms de la photographie qui subliment les créations des grands couturiers. Elle sera également à l’origine du nom de la première collection de Christian Dior « New Look », en 1947.

Harpers_Bazaar_Mars_1896_Illustration_de_William_H_BroadleyHarper’s Bazaar, Mars 1896, Illustration de William H.Broadley

 

Les années 50 remettent en question le magazine avec l’existentialisme et les avancées photographiques qui pousseront la rédaction dans une nouvelle direction qui verra le jour dans le numéro futuriste d’avril 1965. Les années 70 qui imposent une nouvelle façon de vivre librement se reflètent dans les créations de mode colorées et brillantes, tout comme celles des années 80 où Disco, Dallas et Dynastie donnent le ton du Bazaar dirigé par Mazolla, marquées par la présence en couverture des portraits de célébrités du Star-Système photographiées en ektachrome et en plan très rapproché.

Juillet_1958_Ruth_Newmann_©_DerujinskyRuth Newmann, couverture Juillet 1958, photo Gleb Derujinsky

Harpers_Bazaar_Juin_1964_©_HiroCouverture juin 1964, photographe Hiro

Hiro — Octobre 1963 Photo Hiro, octobre 1963

 

En 1992, Liz Tilberis, rédactrice en chef, et Fabien Baron, directeur artistique, renouent avec l’élégance classique du magazine grâce à une refonte de sa typographie et au choix d’une esthétique affirmée. Linda Evangelista et Kate Moss sont mises en lumière par Patrick Demarchelier ou Peter Lindbergh.

Expo_Harpers_Bazaar_Mad_Paris_courtesy_Mad_parisKate Moss, couverture décembre 1992, photo Patrick Demarchelier

 

Avec l’arrivée de Glenda Bailey en 2001, en tant que rédactrice en chef, accompagnée par Stephen Gan et Elisabeth Hummer, directeurs artistiques, le magazine se fait spectacle et s’ouvre à la fantaisie. Les photographes tels que Jean-Paul Goude ou Simon Procter sont meneurs de revues. L’heure est aux backstages, aux coulisses, aux grandes compositions photographiques et aux ambitieuses prises de risque. La beauté et l’éclat du magazine s’accompagnent néanmoins d’un grand respect pour son histoire.

Harpers_Bazaar_Couverture_Avril_2010_Demi_Moore_©_Mark_SeligerDemi Moore, couverture avril 2010, photo Mark Seliger

Harpers_Bazaar_Aout_2019_Kate_Winslet_©_Peter_LindberghKate Winslet,  Aout 2019, photo Peter Lindbergh

 

La scénographie, tout comme la rénovation et l’aménagement des galeries, a été confiée à l’architecte et designer Adrien Gardère confère à l’ensemble totalement cohérent et ultra moderne qui plonge le visiteur dans un monde hors du temps, permettant ainsi une immersion totale.

Expo_Harpers_Bazaar_MAD_Paris_©_Frederic_ Blanc

Harper’s Bazaar. Premier magazine de mode : du 23 juin 2020 au 4 janvier 2021

Au MAD : 107 rue de Rivoli, 75001 Paris

Ouvert du mardi au dimanche de 11h à 18h (nocturne le jeudi jusqu’à 21h)

Entrée plein tarif : 14€ / tarif réduit : 10€ / gratuité pour les -26 ans.

 

Frédéric Blanc

About Fred

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *