La Paris Fashion Week printemps-été 2019

By on 03/01/2019

Riche en défilés, en présentations et en nouveautés, la Paris Fashion Week a confirmé une fois de plus, sa place d’incontournable. Elle impose comme toujours les grandes tendances de la mode mondiale, grâce à son calendrier réunissant les plus grands noms ainsi que les marques les plus influentes venues des quatre coins du monde pour défiler à Paris.

 

Comme à son habitude, la semaine de la mode de la capitale du luxe a réservé des surprises avec des défilés très attendus. C’est incontestablement celui de Celine avec Hedi Slimane aux commandes qui a monopolisé toute l’attention.

C’est pourtant sans grande surprise que le designer nous a présenté une collection 100% Slimane. Sans aucune concession à son goût, il poursuit sur sa lancée en réinterprétant une fois de plus son style, comme une suite logique de son dernier défilé pour Saint Laurent, dont on peut d’ailleurs noter de nombreuses similitudes.

Si l’ADN Céline semble avoir disparu, à l’image de son accent sur le e, on ne peut critiquer la réalisation des pièces qui sauront ravir les inconditionnels de l’esprit rock à la Slimane.

Celine_par_Hedi_Slimane_Pap_SS_2019

À la vue de ce défilé, on se demande ce qu’attend LVMH pour développer la marque Hedi Slimane, à moins que ce dernier souhaite la sécurité de l’emploi en ne travaillant que pour d’autres noms !

 

Pour continuer dans cette logique de déconstruction de marque, Yolanda Zobel a imaginé la nouvelle image Courrèges, dernière maison arrivée dans le giron du groupe Kering.

SI jusqu’à présent le plastique était le symbole du nom, la créatrice souhaite faire table rase du passé en le retirant définitivement de ses collections, afin de positionner la maison dans la nouvelle logique d’une mode plus proche de la nature. Clap de fin pour le célèbre blouson et la robe en vinyle de couleur et place aux matières naturelles. Baptisée « Futur is behind us », la collection reprend quelques formes chères à André Courrèges avec seulement quelques touches de vinyle, issues des stocks de la maison, qui ne seront pas renouvelés. Habituellement riches en couleurs, les tenues se déclinent maintenant dans des couleurs sobres avec quelques rappels de tonalités dragées, en clin d’œil au créateur du nom.

Courreges_par_Yolada_Zobel_PaP_SS_2019

 

Pour les fans de l’iconique blouson et des pièces en vinyle, les stocks existants sont actuellement en vente. De plus, la maison possédant 6000 mètres de vinyle, Courrèges va inscrire sur chaque nouveau produit le chiffre attestant du compte à rebours ainsi mis en place jusqu’au dernier centimètre. Toutes ces pièces, ainsi qu’une collection capsule composée de pièces en éco-Nylon, de mailles, de sous-vêtements seconde peau et d’accessoires, sont mis en vente au pop-up Courrège, imaginé par l’artiste plasticien Christophe Hamaide-Pierson.

 

Parmi les défilés incontournables, celui d’Anthony Vaccarello pour Saint Laurent fera date. Ici tout a été réuni pour un pari réussi, un décor grandiose, un podium dans l’eau, bordé de palmiers, face à la tour Eiffel, un casting parfait avec des modèles confirmées et une collection au comble d’un style rock, aux accents glamour et couture. Le designer a su surfer sur la vague de son prédécesseur tout en n’oubliant jamais le style et les pièces emblématiques imaginées par Monsieur Saint-Laurent.

Saint-Laurent_par_Anthony_Vaccarello_PaP_SS_2019

 

De son côté Clare Waight Keller réinstaure avec talent le chic dans la maison Givenchy. Pour le printemps 2019, elle puise dans l’héritage anglais en associant des coupes et des matières puisées dans le dressing masculin. Elle rend également hommage à l’intérêt d’Hubert de Givenchy pour le Japon, en s’inspirant de son dernier voyage au pays du soleil levant, ainsi qu’à des pièces clés, issues des archives de la maison. Il en résulte des silhouettes pures, aux lignes graphiques, dans une palette colorée saturée aux imprimés et tissus nippons.

Givenchy_par_Clare_Waight_Keller_PaP_SS_2019

 

Impossible également de faire l’impasse sur le show Chanel qui a fait voyager l’assistance avec un immense décor de bord de mer, où les filles ont défilé pieds nus sur une plage de sable fin balayée par les flots. Très estivales, les tenues, imaginées par Karl Lagerfeld, retrouvent un vent de modernité et de jeunesse qui faisait défaut depuis déjà quelques saisons.

Chanel_PaP_SS_2019

 

Si certaines marques réalisent des shows spectaculaires pour faire oublier des collections sans intérêt, ce n’est certainement pas le cas de Thom Browne qui sait, à juste titre, allier mise en scène et collections réussies. Une fois de plus, il gagne le pari de faire déplacer le microcosme modeux à l’autre bout de la capitale afin d’assister à une prestation à couper le souffle. Une plongée à vingt milieux sous les mers dans laquelle, il rend hommage à la nature sous marine pour mieux parer ses sirènes citadines. Si toutes les tenues ne sont pas portables, la collection, plus proche de la haute couture que du prêt-à-porter, est une mine d’or de merveilles et de technicités qui prendront vie sous des formes simplifiées en boutique.

Thom_Browne_PaP_SS_2019
Thom_Browne_show_PaP_SS_2018

 

Guy Laroche, sous l’impulsion de Richard René, a plongé ses invités dans un revival du Studio 54. Boules à facettes, lumières de couleurs et canapés en cuir ont servi de décor à une collection rendant hommage à l’indémodable noir et blanc. Hyper chic, la femme Guy Laroche a l’élégance inégalée de la Parisienne mythique.

Guy-Laroche_par_Richard_Rene_PaP_SS_2019

 

Manish Arora aime la fête, les couleurs et la dérision. Pour lui, la mode est un moyen d’expression et de revendication de ses origines qu’il mixe aux influences occidentales. Pour cette saison, le couturier indien lance une collaboration avec le Paris Saint-Germain. Il s’inspire de la victoire de la France lors de la coupe du monde de la FIFA, tout en y ajoutant son propre style. Il en résulte des sacs ballon, des chaussettes puisant leurs sources dans le monde du football et des portraits colorés des icônes de l’équipe de France comme Neymar et Mbappe.

Manish_Arora_PaP_SS_2019

 

Depuis son arrivée au calendrier officiel de la FHCM, Anrealage est devenu un des rendez-vous les plus attendus de la semaine. En plus de ses mises en scène toujours inattendues, les collections font partie des plus recherchées et des plus novatrices.
Cette saison, il nous offre un mixe entre les créations futuristes de Paco Rabanne et les créations décalées, novatrices et ornementales d’On Aura Tout Vu, pour nous livrer une collection où les femmes deviennent de véritables œuvres d’art dans lequel le vêtement devient une protection précieuse.

Anrealage_PaP_SS_2019

anrealage_Pap_ss_2019_Final

 

Victoria/Tomas pour son troisième défilé a investi la cour de l’école de médecine avec un concert live du groupe français Minuit. En totale adéquation avec le style urbain, la collection prend sa source dans l’image de la Parisienne avec un mélange de masculin et de féminin, un esprit arty, sportif et rebelle.

Victoria-Tomas_Show_pap_SS_2019

Bien qu’encore jeune, la marque a rapidement conquis les acheteurs et bénéficie aujourd’hui de nombreux points de vente à travers le monde. Pour preuve de sa vitalité, on note dans cette collection deux collaborations. Une avec Chantelle qui permet l’utilisation de son produit innovant : le soft Stretch, pour des pièces faciles à porter, simples et confortables. La seconde avec la jeune marque de sac italienne Nico Giani pour la création de 12 modèles aux couleurs contrastées, agrémentés de pompons, de différentes tailles et différentes variations.

Victoria-Tomas_PaP_SS_2019

 

Depuis plus de 35 ans, Junko Shimada imagine sa mode loin des diktats des tendances. Si sa philosophie créatrice réside dans sa devise : « Aujourd’hui mieux qu’hier et demain moins qu’aujourd’hui ! Je n’aime pas regarder le passé ». « Mon style est toujours le même c’est la forme qui change », il en ressort cette saison, une collection très inspirée des années 70 où l’humour et les couleurs sont à la première place. Véritable ode à l’été et à la fête, le défilé donne immédiatement des envies d’ailleurs pour arborer ces tenues chatoyantes.

Junko_Shimada_PaP_SS_2019

 

Schiaparelli a fait son entrée officielle en prêt-à-porter en présentant son nouveau concept baptisé #story. Dessinée par Bertrand Guyon, cette nouvelle ligne est disponible uniquement en édition limitée à la boutique de la place Vendôme et dans son pop-up store de New York chez Bergdorf Goodman. Fidèle à l’esprit novateur de la marque ce prêt-à-porter ne respecte pas le calendrier des saisons, mais présentera des nouvelles stories tous les deux mois afin d’apporter des inédits en permanence à ses clientes, avides d’originalités et désireuses d’enrichir leur garde-robe régulièrement.

Afin de conserver son esprit couture, la maison propose, dans sa boutique parisienne, un atelier de customisation permettant aux acheteuses de personnaliser avec les symboles Schiaparelli, une ligne de veste grâce à une brodeuse à disposition.

Depuis Décembre 2018 la #strory 2 est disponible en boutique, elle met en évidence le rose schocking, couleur fétiche d’Elsa Schiaparelli.

Schiaparelli_Pret-a-porter_Strory2_

 

Enfin, passage obligé de la Paris Fashion Week : Designers Apartment, l’incubateur de jeunes marques soutenu par le Défi et la Fédération de la haute couture et de la mode. Installé depuis deux saisons au Palais de Tokyo, ce laboratoire a accueilli 12 marques dont trois nouvelles découvertes.

Parmi les anciennes on retrouve, Arthur Avellano, Clara Daguin, Dawei, GNDR, Kenta Matsushige qui a profité du salon pour annoncer sa prochaine collaboration avec la Redoute, Mazarine, Proèmes de Paris, Quoï Alexander et Savoar Fer.

Arthur_Avellano_PaP_SS_2019Arthur Avellano

Clara_Daguin_PaP_SS_2016Clara Daguin

Dawei_PaP_SS_2019Dawei

GNDR_PaP_SS_2019GNDR

Kenta_Matsushige_PaP_SS_2019Kenta Matsushige

Mazarine_PaP_SS_2019Mazarine

Proemes-de_Paris_PaP_SS_2019Proèmes de Paris

Quoi_Alexander_PaP_SS_2019Quoï Alexander

Savoar-Fer_PaP_SS_2019Savoar Fer

Les trois nouveaux labels sont :

Airvei par Julien Goulard. Passionné par la mode et son imagerie, ce jeune diplômé en design industriel s’est d’abord fait connaître depuis 2010 sur les réseaux sociaux sous le nom de @tresrare. Influenceur digital, il dissèque l’air du temps avant d’imaginer sa première collection en 2017. Structure formelle, contexte d’utilisation et abolition des genres sont les fils conducteurs de sa proposition stylistique.

Arvei_pap_SS_2019

Boyarovskaya a été fondé en 2016 à Paris par Maria Boyarovskaya et Artem Konomenko. Maria a fait ses armes en tant que designer junior au studio de Givenchy puis de John Galliano, Artem est de son côté photographe de mode. À eux deux, ils proposent une élégance contemporaine faite de belles matières avec un goût particulier pour le tailoring déstructuré. Jouant à déconstruire les codes, leurs vêtements sont minimalistes et souvent décomposables.

Boyarovskaya_PaP_SS_2019

 

Nicolas Lecourt Mansion est diplômé de l’Atelier Chardon Savard. Il lance sa marque éponyme en ce début d’année 2018 en imposant son univers esthétique. Malgré une esthétique très féminine, son travail va au-delà du genre, expression de ce que doit être pour lui le vêtement en ce XXIe siècle. Attaché au dessin tout comme à la technique, il maîtrise le processus du vêtement, du patronage à la coupe et du montage aux finitions, afin de le connaitre parfaitement. Influencé par les couturiers innovant dans la coupe, il propose des allures signées et créatives.

Nicolas_Lecourt_Mansion_PaP_SS_2019

 

Même si Yazbukey ne fait pas partie des membres invités au calendrier officiel, son show survitaminé y a pourtant incontestablement sa place. Comme chaque saison, un nouveau thème est abordé. Cette année, rendez-vous dans un théâtre transformé en salle de sport ultra tendance. Les sportifs hommes et femmes y sont super sexy dans des tenues ultra moulantes rappelant les années 80. Comme d’habitude les accessoires sont en plexi sont hyper présent et font la signature de la marque.

Yazbukey_PaP_SS_2019

Yazbukey_PaP_Show_PaP_SS_2019

 

Frédéric Blanc

About Fred

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *