LA SERIE N° 35 : Lukas Abdul prend la pose

By on 02/05/2021

FASHION_SPIDER_LA_SERIE_N35_Lukas_Abdul_XYUnisexe_Yves_Salomon_Tanha_©_Anthony-PassantArtiste aux multiples talents, le chanteur Lukas Abdul a repris ses anciennes habitudes de mannequin, sous l’objectif du photographe Anthony Passant, pour LA SERIE N°35 de Fashion-Spider.

Fan de mode et d’accessoires, Lukas Abdul ose et assume à 100% un style gender fluid dans lequel les pièces masculines flirtent avec des accessoires féminins. Fidèle à cette ouverture d’esprit, il endosse ici des pièces fortes issues des collections printemps-été 2021.

Peignoir noir et blanc : XY Unisexe. Chemise en Cuir : Yves Salomon. Pantalon : Hugo. Collier : Go Mademoiselle. Sac : Tanha

 

Passionné des arts de la scène depuis son plus jeune âge, Lukas a grandi dans une famille d’origine libanaise en banlieue parisienne. Après deux ans d’études en médecine, sa fibre artistique prend le dessus et il rejoint une école de chant et de théâtre. En véritable touche à tout, il s’essaye à l’écriture de chansons, puis fait ses débuts en tant de comédien et n’hésite pas à jouer les mannequins pour gagner sa vie. En 2016, encouragé par un producteur, il se présente à l’émission The Voice en interprétant « Les mots bleus » de Christophe. Zazie le repère immédiatement et même s’il perd lors de l’étape ultime sa carrière de chanteur prend un nouveau virage. Cinq ans plus tard, il est devenu auteur, compositeur, interprète et même producteur. Après un premier single « KARMA » en 2019, il sort fin 2020 « Les maux bleus », un titre revisité en hommage à la chanson qui l’a révélé au grand public lors de son télé-crochet.

 

F-S : En tant qu’artiste à ses débuts, comment vis-tu cette période où les confinements s’enchaînent ?

Personnellement je le vis très bien. Cela m’a permis de faire le ménage en moi et dans mes relations.

Professionnellement, c’est comme pour tous les corps de métier, on avance dans le flou.

La seule différence c’est que nous sommes, nous les artistes, déjà préparés à ça, car même en temps normal notre métier est très incertain sur le long terme. Par contre que l’on ne me dise pas que je ne suis pas essentiel, car j’aimerais bien connaître une seule société dans l’histoire sans art ou sans musique.

F-S : As-tu déjà des dates de tournées pour présenter tes nouveaux titres à ton public ?

Es la mierda Habibi (lol)! Je sais que j’en aurais une trentaine de juin à septembre mais les productions ne peuvent pas poser de dates pour le moment. Même la fête de la musique est en option c’est pour dire…

F-S : Ton titre “Les Maux Bleus” fonctionne déjà très bien en radio et sur les sites de téléchargement, as-tu déjà de nouveaux titres en préparation ?

Oui “Beyrouth” est sorti  le 16 avril. Il a été bien reçu au Liban et j’ai hâte que ces sonorités  orientales inondent la France.

F-S : Lukas Abdul et la mode semblent vivre une véritable histoire d’amour, quelle est ta relation avec le vêtement ?

J’ai toujours pensé que le vêtement était la projection de la personnalité. Je n’ai jamais aimé courir après la marque, je n’en porte presque jamais d’ailleurs, mais je cherche l’originalité, la sensation  familière, ce qui me ressemble. Comme en portant l’un des looks que tu  as stylisés pour LA SERIE. 

Ce frisson quand le style rencontre l’émotion, c’est ce que je cherche dans le vêtement.

F-S : Quelle est la tenue de scène idéale pour toi ?

Du tissu, beaucoup de tissu !! (rires)

J’aime les tissus tombants, les voiles, les drapés, l’asymétrie… Sûrement un héritage des longues tenues orientales !

F-S : Lors de la préparation de LA SERIE N° 35, tu as immédiatement adhéré à l’idée d’un style no gender, que représente pour toi cette tendance qui semble s’imposer comme la nouvelle norme ?

Tout d’abord, je pense qu’elle ne s’impose pas. Elle s’est devenue populaire, car elle touche une vérité universelle : Nous sommes homme ou femme, mais nous ne sommes pas que homme ou que femme. Elle ouvre la voie à une tolérance inconditionnelle et au respect de l’éventail des « normes » et des goûts qui existent en chacun de nous.

FASHION_SPIDER_LA_SERIE_N35_Lukas_Abdul_On-Aura_Tout_Vu_Homme_Plisse_Issey_Miyake_©_Anthony_PassantBagues et collier : On Aura Tout Vu. manteau : Homme Plissé Issey Miyake. Chemise : Wilfried Lantoine. T-shirt: XY unisexe.

F-S : Très à l’aise devant l’objectif, tu donnes vie à chaque look, comme le ferait un comédien. En parallèle de ta carrière de chanteur, souhaites-tu continuer à donner vie à celle d’acteur commencée à tes débuts ?

Bien sûr et c’est un grand plaisir d’être appelé pour de nouveaux projets. 

La comédie, comme le chant, ne me quitte jamais. Elle fait partie intégrante de ma manière d’être et de vivre. Mais je crois qu’après cette super expérience de shooting avec vous, je pourrais m’essayer à un peu plus de poses (rires).

F-S : Si on te donnait une baguette magique, à celle de quel artiste aimerais-tu que ta carrière ressemble ?

« Yoncé Yo on their lips like liquor » 

C’est une artiste qui se renouvelle sans cesse, qui crée des courants. Engagée, équilibrée et qui dégage une certaine humilité.

F-S : Toi qui rassembles déjà un grand nombre de followers, quel message d’espoir souhaites-tu faire passer à ton public, pour garder le moral durant cette période de pandémie ?

J’aimerais lui dire qu’il faut essayer tant que possible de voir ce temps imposé comme un temps offert. La solitude peut être difficile, mais on peut toujours apprendre à l’écouter, à l’aimer pour mieux trouver en nous le bonheur inconditionnel que l’on mérite tous.

FASHION-SPIDER_LA_SERIE_N35_LUkas_ABDUL_en_Naco_paris_Karl_Lagerfeld_Louboutin_©_Anthony_PassantChapeau et blouse taguée : Art is Resistance by Naco Paris. Plastron, cravates et bague : On Aura Tout Vu. Veste : Karl Lagerfeld. Legging : Patrick Church. Boots : Christian Louboutin.

FASHION_SPIDER_LA_SERIE_N35_Lukas_Abdul_Homme-plisse-Issey_Miyake_Bluemarble_©_Anthony-PassantManteau : Homme Plissé Issey Miyake. Chemise : Wilfried Lantoine. Sweatshirt : XY Unisexe. Pantalon: Bluemarble. Bijoux : On Aura Tout Vu. Micro sac : Tanha. Sneakers : Karl Lagerfeld.

FASHION_SPIDER_LA_SERIE_N35 _Lukas_ABDUL_XYUnisexe_Hugo_MeLand_©_Anthony_PassantPeignoir noir et blanc : XY Unisexe. Chemise en Cuir : Yves Salomon. Pantalon : Hugo. Collier : Go Mademoiselle. Sac : Tanha. Chaussettes : The Nines. Sneakers : Me.Land.

FASHION_SPIDER_LA_SERIE_N35_Lukas_ABDUL_Studio-Rice_©_Anthony-PassantEnsemble bombers long et pantalon : Studio Rice. Collier : Mansaya. Boucle d’oreille : Mawé Attaher. Bagues : Thomas Sabo. Chausttes: The Nines. Sneakers : Hugo Boss.

FASHION-SPIDER_LA_SERIEN35_Lukas_Abdul_Collini_Milano_Ale-Paris_©_Anthony_PassantSweat à capuche, pantalon en cuir et boots en paillettes bicolores : Collini Milano. Trench : Alé Paris. Bagues : Thomas Sabo.

FASHION_SPIDER_LA_SERIE_N35_Lukas_Abdul_Jitrois_©_Anthony-PassantT-shirt : Akillis x Jitrois. Gants, blouson et pantalon en cuir : Jitrois. Bracelets et colliers : Thomas Sabo. Boucle d’oreille et boots : On Aura Tout Vu.

FASHION-SPIDER_LA_SERIE_N35_Lukas_Abdul_ZalZali_©_Anthony_PassantCostume avec veste à traîne et pantalon/short asymétrique : Ali ZalZali. Chemise : XY Unisexe. Bijoux : On Aura Tout Vu. Chaussettes : The Nines. Sneakers : Nike taguées Art is Resistance by Naco Paris.

FASHION_SPIDER_LA_SERIE_N35_Lukas_Abdul_The-Nines_Winterstan_Paris_©_Anthony-PassantChemise : The Nines. Pantalon jupe sur pantalon droite et bague : Winterstan Paris. Pochettes en bandoulière : Karl Largerfeld. Boots : On Aura Tout Vu.

FASHION_SPIDER_LA_SERIE_N35_Lukas_Abdul_Wilfried_Lantoine_On-Aura_Tout_Vu_©_Anthony-PassantBlouson et pantalon : Wilfried Lantoine. T-shirt en résille motif tattoo et bague : On Aura Tout Vu. Colliers : Ti Sento Milano. Micro-sac : Tanha. Sneakers : Christian Louboutin.

FASHION_SPIDER_LA_SERIE_N35_Lukas-Abdul_MX_Paris_©_Anthony_PassantChemise, t-shirt, bermuda et ceinture en cordage : M.X Paris Maxime Simoens. Legging tattoo : Naco Paris. Boucle d’oreille et sautoir en chaîne : Domestique Paris. Colliers en pierres fines : Roserose. Pochette: Fuchsia Paris. Chaussettes : The Nines. Sneakers : Me.Land.

 

Photo et retouche : Anthony Passant

Assistant lumière: Axel Bertrand

Stylisme : Frédéric Blanc

Coiffure et maquillage : Sandrine Bo

Assistante style et making of : Olesya Okuneva

Musique : “J’ai tout fait” par Lukas Abdul

Production : Fashion-Spider

Photos réalisées au Chess Hôtel

Un grand merci à toute l’équipe du Chess Hôtel qui a permis la réalisation de LA SERIE N° 35.

L’établissement resté ouvert durant le confinement offre les services d’un 4 étoiles en plein cœur de la Capitale. Situé à deux pas de l’Opéra et de la Bourse, il est le premier hôtel de la Compagnie Hôtelière de Bagatelle où l’entrée se fait à l’étage, loin de la frénésie parisienne. Ambiance cosy et design se donnent rendez-vous dès l’arrivée à la réception et dans la grande salle de réception, où le duo de designers, Gilles & Boissier, a souhaité décorer les lieux comme s’il s’agissait de leur propre maison. Entre art-gallery et boutique hôtel parisien, the Chess Hôtel invite des artistes à faire vibrer le décor : fresque englobante de l’entrée d’Alix Waline, hibou géant au regard hypnotique de Victor Ash, inspirations végétales de Cyprien Chabert et clichés de l’Opéra de Paris et de ses coulisses de Pierre-Elie de Pibrac. Cette immersion élégante au cœur de Paris et de l’art se poursuit dans les 50 chambres pour offrir un séjour reposant et à la hauteur des attentes d’un établissement parisien. Pour les inconditionnels du sport, une mini salle de sport installée sous une verrière permet de continuer son entretien physique quotidien à la lumière du jour.

 

The Chess Hôtel : 6 rue du Helder, Paris 9.

Réservation au 0148241010 ou sur le www.thechesshotel.com

Pour toute information sur les différents établissements de la Compagnie Hôtelière de Bagatelle, rendez-vous sur le www.cie-bagatelle.com

Frédéric Blanc

About Fred

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *