Les couturiers et la danse

By on 20/10/2019

La mode et les arts ont toujours été étroitement liés. Avec l’exposition Couturiers de la Danse, le Centre National du Costume de Scène et de la Scénographie de Moulins rend hommage aux plus belles créations imaginées par les plus prestigieuses maisons de couture et leurs créateurs.

 

Depuis un siècle, les grands couturiers ne cessent de sublimer sur scène les créations des chorégraphes. Pour le plus célèbre des musées français, spécialisé dans les costumes de scène, mettre en avant le travail des binômes créateurs/chorégraphe est apparu comme en évidence. Avec cette nouvelle installation, plus de 120 costumes, photos et vidéos sont présentés durant six mois.

Parmi ces trésors, on retrouve les créations de Coco Chanel et les ballets russes, de Gianni Versace et de Maurice Béjart, Christian Lacroix et Olivier Rousteing avec le Ballet de l’Opéra de Paris, d’Issey Miyake et William Forsythe, de Jean Paul Gaultier et Régine Chopinot, de Walter Van Beirendonck et de l’étoile Marie-Agnès Gillot, d’Iris Van Herpen et de Benjamin Millepied ou encore de Yassen Samouilov et de Livia Stoianova pour On Aura Tout Vu avec les créations de Jeroen Verbruggen.

Conçue par le journaliste et auteur Philippe Noisette et scénographiée par l’architecte et artiste Marco Mencacci, l’exposition dévoile, en quatre parties, un véritable ballet de formes et de matières où le costume devient mouvement.

Exposition_Couturiers-de-la-danse_courtesy_CNCS_Rennaissance

Dès l’entrée, le visiteur évolue sous des volutes de papier évoquant avec finesse et légèreté le dessous de tutus comme suspendus et découvre de somptueux costumes d’Hervé Léger pour Rythme de Valse chorégraphié par Roland Petit à l’Opéra de Paris.

Exposition_Couturiers-de-la-danse_courtesy_CNCS_Rythme-de-Valse_Opera-National-de-ParisHervé Léger pour Rythme de Valse

À l’étage sous l’intitulé Formes, les premières vitrines mettent en lumière le travail des couturiers sur les formes. On y découvre les créations de nombreux artistes qui se sont essayés à retrouver la folie créative du début du XXe siècle avec les tenues de Jean Paul Gaultier, Viktor & Rolf pour le Dutch National Ballet, de Gareth Pugh pour The Royal Ballet… Sans oublier Walter Van Beirendonck, une des signatures les plus inventives de la mode belge, qui a imaginé pour «Sous apparence », la première chorégraphie de Marie-Agnès Gillot pour l’Opéra de Paris, des costumes sculpturaux piqués de tulle aux formes insolites de nuages ou de guêpes.

Exposition_Couturiers-de-la-danse_courtesy_CNCS_Sous-Apparence_Opera-National-de-ParisWalter Van Beirendonck pour Sous-Apparence

Avec le thème Seconde Peau, les salles suivantes dévoilent les dessous de la danse : justaucorps, collants précieux, trompe-l’œil, transparence étudiée, où, quand le costume devient seconde peau pour sublimer les lignes et les courbes. Les modèles surprenants de Balmain, Givenchy, On Aura Tout Vu, Adeline André ou Christian Lacroix proposent un voyage au pays du corps.

Exposition_Couturiers-de-la-danse_courtesy_CNCS_Kill-Bambi_Ballets-de-Monte-CarloOn Aura Tout Vu pour Kill Bambi

Le visiteur découvre ici des académiques couleur chair créés par Ricardo Tisci (Givenchy) pour le Boléro de Sidi Larbi Cherkaoui et Damien Jalet à L’Opéra de Paris sur lesquels des applications de dentelle ivoire suggèrent l’ossature d’un squelette.

Exposition_Couturiers-de-la-danse_courtesy_CNCS_Bolero_Opera-National-de-ParisRicardo Tisci pour le Boléro

Pour la première fois, les créations de Maria Grazia Chiuri pour la Maison Dior imaginées avec le Ballet de l’Opéra de Rome sont exposées.

La troisième partie s’intéresse aux réinterprétations des classiques tutus, corsets et autres marinières issues notamment des ateliers des Ballets de Monte-Carlo ou de l’Opéra de Paris. Un clin d’œil à l’histoire du costume et de la danse magnifiée par Karl Lagerfeld, Yves Saint Laurent, Sylvie Skinazi, Jean Paul Gaultier ou Christian Lacroix.

Exposition_Couturiers-de-la-danse_courtesy_CNCS_Hiatus_Ballets-de-Monte-CarloSylvie Skinazi pour Hiatus

Enfin, la quatrième partie met à l’honneur les matières. Avec elles, le costume ose l’innovation. Le visiteur plonge ici dans les recherches de créateurs comme Iris Van Herpen ou Hussen Chalayan depuis le choix des tissus jusqu’aux coupes des costumes.

On y découvre que Coco Chanel est la première à avoir habillé de jersey les danseurs des Ballets russes pour la pièce Le Train Bleu. Dans cet hommage au sport, la matière est libre de jouer. Gabrièle Chanel est l’invitée d’exception de ces vitrines.

Pour rendre hommage à Issey Miyake, le chorégraphe William Forsythe a sélectionné pour l’exposition un choix de costumes du maître japonais. Issey Miyake donne forme aux plissés avec The Loss of Small Detail. Il créera par la suite Pleats Please, sa ligne de vêtements devenue incontournable.

Exposition_Couturiers-de-la-danse_courtesy_CNCS_The-loss-of-small-detail_William-ForsytheIssy Miyake pour The Loss of Small Detail

Une sélection de créations issues des chorégraphies de Daniel Larrieu témoigne du pas de deux inventif entre costume et danse durant les années 80 et 90.

Enfin l’exposition s’achève avec le duo unique : Maurice Béjart et Gianni Versace dont le travail s’étend sur une dizaine de ballets.

 

Exposition Couturiers de la danse : du 30 novembre 2019 au 3 mai 2020

Centre National du Costume de Scène et de la Scénographie : quartier Villars-Route de Montilly-03000 Moulins.

Ouverture tous les jours de 10h à 18h

Fermetures exceptionnelles le 25 décembre, 1er janvier et 1er mai.

Toutes les informations pratiques sur le www.cncs.fr

 

Frédéric Blanc

About Fred

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *