Marche et démarche, l’exposition qui met Paris à ses pieds

By on 11/12/2019

Après « la mécanique des dessous » en 2013, « Tenue correcte exigée ! » en 2017, le Musée des Arts Décoratifs poursuit l’exploration du rapport entre le corps et la mode avec un troisième volet aussi surprenant qu’original autour de la chaussure, la marche et la démarche. L’exposition s’interroge sur le statut de cet accessoire indispensable du quotidien en visant les différentes façons de marcher, du moyen-âge à nous jours, tant en occident que dans les cultures non européennes.

 

Avec plus de 500 œuvres regroupant, chaussures, photographies, objets d’art, films et publicités, issus de collections publiques et privées françaises et étrangères, le musée propose un voyage autour de cette pièce vestimentaire parfois anodine, mais souvent extraordinaire, dans une scénographie imaginée par l’architecte et designer Éric Benqué.

Expo-Marche-et-demarche_Mad_Paris_©_Olesya_Okuneva-1

Le thème de cette exposition est né lors de l’étude, dans les collections du musée, d’un soulier porté par Marie-Antoinette en 1792. Cet objet est étonnant par ses dimensions, celui-ci ne mesurant que 21cm (taille 33 d’aujourd’hui) et de 5cm de large. Les résultats de cette recherche ont révélé que les dames de l’aristocratie au XVIIe siècle, puis de la haute bourgeoise au XIXe siècle, marchaient peu, que leur mobilité était contrôlée et que et que l’univers urbain leur était hostile.

Exposition-Marche_et_Demarche_MAd_Paris_©_Olesya_Okuneva_2

Impossible également de faire l’impasse sur les cultes des pieds bandés en Chine, et contraints en France du XVIIe au XVIIIe siècle, qui sont mis en lumière par des photographies, des moulages, des caricatures et des souliers.

expo_marche_et_demarche_MAD_Paris_©_Pascal_MartinezMoulage d’un pied de femme chinoise déformé par le bandage, 1er moitié du XXe siècle. Chine, région de Kunming

Les formes diverses des chaussures sont abordées par l’étude des pièces à semelle plate, à talon ou à plateforme qui ont une incidence directe sur le confort du soulier. Un espace permet d’ailleurs aux visiteurs de se prêter au jeu de l’essayage et de déambuler avec l’un des huit modèles extraordinaires de chaussures refaits à l’identique par le bottier Fred Rolland pour l’occasion.

expo_marche_et_demarche_MAD_Paris_©_Olesya_Okuneva_3

expo_marche_et_demarche_MAD_Paris_©_Olesya_Okuneva_4

expo_marche_et_demarche_MAD_Paris_©_Olesya_Okuneva_5

expo_marche_et_demarche_MAD_Paris_©_Olesya_Okuneva_6

expo_marche_et_demarche_MAD_Paris_©_Olesya_Okuneva_7

expo_marche_et_demarche_MAD_Paris_©_Olesya_Okuneva_8

Incontournable de notre époque, une large place a été donnée aux chaussures de sport avec les modèles de tennis, de course, de basket et de danse, ainsi que les indétrônables sneakers, qui depuis les années 1980 ont gagné le titre de chaussures de villes.

expo_marche_et_demarche_MAD_Paris_©_Olesya_Okuneva_9

expo_marche_et_demarche_MAD_Paris_©_Olesya_Okuneva_10

expo_marche_et_demarche_MAD_Paris_©_Olesya_Okuneva_11

La marche militaire est également présente avec la création de l’incontournable chaussure d’Alexis Godillot au XIX siècle, tout comme les chaussures de spectacle comme celles des clowns ou de films comme à l’image de Charlie Chaplin ou les bottes de sept lieus.

Le fétichisme n’est pas en reste avec des chaussures élégantes de cuir aux talons vertigineux et des bottes lacées très haut. Elles évoquent, dans le XIXe Siècle bourgeois, le fantasme notamment de la part des clientes de maisons closes pour la contrainte des pieds et la démarche entravée. Plus proches de nous, en 2007, souliers et photographies évoquent la collaboration photographique entre Christian Louboutin et David Lynch avec les danseuses du Crazy Horse portant des souliers à talons démesurés dans un univers délibérément fétichiste.

 

Enfin, une sélection de pièces de 1990 à nos jours, met en évidence des modèles insolites et déroutants avec lesquels il est difficile, voire improbable de marcher. On y retrouve des pièces de Benoît Méléard, Noritaka Tatehana, Masaya Kushino, Alexander Mc Queen ou iris van Herpen qui réalisent délibérément des souliers ne permettant que l’immobilité.

expo_marche_et_demarche_MAD_Paris_©_Olesya_Okuneva_12

expo_marche_et_demarche_MAD_Paris_©_Olesya_Okuneva_13

expo_marche_et_demarche_MAD_Paris_©_Olesya_Okuneva_14

expo_marche_et_demarche_MAD_Paris_©_Olesya_Okuneva_14

expo_marche_et_demarche_MAD_Paris_©_Olesya_Okuneva_16

expo_marche_et_demarche_MAD_Paris_©_Olesya_Okuneva_17

Au-delà d’une approche sur la chaussure comme simple accessoire de mode, « Marche et Démarche » jette un regard nouveau et plein de surprise sur un accessoire que l’on enfile tous les jours et que l’on connaît mal.

 

Exposition Marche et démarche, une histoire de la chaussure du 7 novembre 2019 au 22 Mars 2020

Musée des Arts Décoratifs : 107 rue de Rivoli, Paris 1er.

Ouvert du mardi au dimanche de 11h à 18h, nocturne le jeudi jusqu’à 21h.

Infos pratiques sur le madparis.fr

 

Texte : Frédéric Blanc / Photo : Olesya Okuneva

About Fred

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *