Mélange des styles à la Paris Fashion Week Féminine Automne-Hiver 2019-20

By on 12/03/2019

Si Paris a su s’imposer comme la capitale de la mode, c’est d’une part grâce à ses maisons de couture qui ont toujours maintenu un haut niveau de création, et d’autre part grâce à la sélection très pointue des marques présentes au calendrier officiel de la Fédération de la Haute Couture et de la Mode. Devenues incontournables pour la renommée des marques qui y défilent et issues des quatre coins du monde, les fashion weeks parisiennes sont devenues de véritables tremplins.

 

Cette grande profusion de noms impose une diversité de styles permettant à chacune de trouver son style, tout en restant dans les tendances fortes de la mode.

Parmi les nouveaux invités au calendrier, la marque Rokh du designer Rock Hwang a ouvert le bal de la semaine.

Il évoque au travers de sa collection la nostalgie de sa jeunesse passée à Austin au Texax, elle reflète l’esprit des années 80 et 90 tant recherché à l’heure actuelle.

Basées sur la fonctionnalité, les tenues fourmillent de fixations permettant de dissimuler ou de dévoiler le corps en total accord avec l’esprit de liberté de la marque.

Rokh_PaP_AH_2019-20_courtesy_Rokh-1

Rokh_PaP_AH_2019-20_courtesy_Rokh-2

Rokh_PaP_AH_2019-20_courtesy_Rokh-3

 

Koché puise son ADN dans celui de sa créatrice, Christelle Kocher, qui se nourrie du brassage culturel et de la diversité pour imaginer des créations à la fois sportwears et coutures. En totale adéquation avec cet esprit, le casting sauvage des mannequins démontre son amour pour la mixité et la nouvelle façon de porter des tenues en jouant sur les contrastes. Les talons côtoient les baskets Nike, fruits d’une nouvelle collaboration.

On retrouve ces robes signatures mêlant dentelles, soieries, plumes, fanions sportifs et t-shirts de supporters qu’elle réalise avec brio grâce à sa passion pour la couture artisanale.

Koche_PaP_AH_2019-20_©_Indigitalimages_1

Koche_PaP_AH_2019-20_©_Indigitalimages_2

Koche_PaP_AH_2019-20_©_Indigitalimages_3

 

Yoshiyuki Miyamae perpétue le travail de Monsieur Issey Miyake en imaginant des collections toujours en adéquation avec les codes de la maison. Ici, il n’est jamais question de se plier aux codes des tendances, mais de travailler sur l’évolution du vêtement et de la façon de le porter, au travers du textile. Cette saison c’est le « Dough Dough » une matière à mémoire de forme que l’on peut modeler librement, utilisée pour la réalisation de pièces ondulantes. On y retrouve également le « Blink », une innovation offrant une palette de couleurs rappelant celle des spectres lumineux. Des motifs en résine sont imprimés sur le tissu formant ainsi un effet kaléidoscope.

Issey_Miyake_PaP_AH_2019-20_©_Frederique-Dumoulin-1

Issey_Miyake_PaP_AH_2019-20_©_Frederique_Dumoulin_2

Issey_Miyake_PaP_AH_2019-20_©_Frederique_Dumoulin_3

 

Richard René impose son style chez Guy Laroche sans pour autant renier l’héritage maison. Ses deux couleurs fétiches, le noir et le blanc, au travers d’un imprimé marbre, composent la base d’un vestiaire aux lignes architecturées et sobres. L’allure rappelle celle des années 80 pour une élégance intemporelle où le masculin rencontre l’hyper féminin.

Guy_Laroche_PaP_AH_2019-20_Courtesy_Guy-Laroche-1

Guy_Laroche_PaP_AH_2019-20_Courtesy_Guy-Laroche-2

Guy_Laroche_PaP_AH_2019-20_Courtesy_Guy-Laroche-3

 

Le Belge Christian Wijnants reste fidèle à son style en revisitant les souvenirs de son enfance dans les années 70. Il s’inspire de la musique et des films de Serge Gainsbourg pour sa collection aux sonorités vintages dans laquelle il exerce ses talents d’artiste en mélangeant les imprimés dont il maîtrise à la perfection tous les codes. Ses “total looks” imprimés sont incontournables.

Christian_Wijnants_PaP_AH_2019_20_©_Alberto_Maddaloni_1

Christian_Wijnants_PaP_AH_2019_20_©_Alberto_Maddaloni_2

Christian_Wijnants_PaP_AH_2019_20_©_Alberto_Maddaloni_3

 

La jeune marque Victoria/Tomas, découverte chez designers Apartment, fait désormais partie des temps forts du calendrier. Le duo ne cesse de retravailler ses basiques, inspirés du dressing masculin, pour imaginer la garde-robe de la parisienne.

Victoria-Tomas_PaP_AH_2019-20_@_imaxtree.comVictoria-Tomas_PaP_AH_2019-20_@_imaxtree.com_2Victoria-Tomas_PaP_AH_2019-20_@_imaxtree.com_3

 

Depuis 2009, la créatrice chinoise Wang Chen Tsai-Hsi présente ses collections à Paris. Première marque de luxe chinoise à s’installer avenue Montaigne, Shiatzy Chen est une référence en Asie, depuis sa création en 1978.

Le style asiatique a fait petit à petit place à un nouveau dressing, à la croisée des chemins entre Asie et Occident. Elle s’appuie dorénavant sur l’héritage culturel chinois, en reprenant des coupes basiques et facilement reconnaissables qu’elle mixe à des pièces et coupes occidentales.

Depuis deux saisons, un réel travail de style, mêlant inspirations couture et streetwear, apporte une nouvelle modernité à la marque, qui séduit une clientèle de plus en plus large à travers le monde.

Shiatzy_Chen_PaP_AH_2019-20_Courtesy_Shiatzy_Chen_1

Shiatzy_Chen_PaP_AH_2019-20_Courtesy_Shiatzy_Chen_2

Shiatzy_Chen_PaP_AH_2019-20_Courtesy_Shiatzy_Chen_3

 

Après un passage à vide, depuis le départ de son directeur artistique Marco Colagrossi, Emanuel Ungaro a présenté sa nouvelle image avec une soixante de pièces, réalisées par son studio interne avec le support de trois connaisseurs de l’histoire maison. Basée essentiellement sur la maille cette collection s’appuie sur les connaissances d’une spécialiste, issue de l’une des usines italiennes comptant parmi les fournisseurs historiques de la marque.

Pour rester fidèle à l’ADN de la griffe, l’équipe créative s’est totalement immergée dans les archives. On y retrouve les gros pois blancs sur fond noir pour des minirobes évasées en maille viscose, des vestes et des hoodies en fourrure synthétique. Les motifs floraux et animaliers, indissociables de la maison, sont déclinés sur des cardigans, des robes, des tops, des jupes fendues, des blousons. Pour accompagner ce dressing pratique et abordable, des pièces en soie imprimée viennent compléter ce dressing, afin d’habiller la femme à chaque moment de sa vie.

EMANUEL_UNGARO_PaP_2019-20_Courtesy-Emanule-Ungaro

EMANUEL_UNGARO_PaP_AH_2019-20_Courtesy-Emanule-Ungaro-2

EMANUEL_UNGARO_PaP_2019-20_Courtesy-Emanule-Ungaro-3

 

Kristina Fidelskaya propose ses collections depuis 2014. Basée à Dubaï, elle imagine une garde-robe élégante, contemporaine et luxueuse par ses matières, mais non ostentatoire. Son succès rapide auprès des multimarques internationaux lui permet aujourd’hui d’intégrer le calendrier officiel de la Fédération de la Haute Couture et de la Mode parisienne et d’ouvrir en mars 2019 sa première boutique à Paris au 4, rue du Marché Saint-Honoré.

Pour l’automne-hiver, elle s’appuie sur l’élégance des années 90 et plus particulièrement celle de Demi Moore dans « Mortal Thoughts », pour une femme urbaine, qui exprime sa personnalité au travers de sa garde-robe.

Kristina_Fidelskaya_PaP_AH_2019-20_©_Olivier-Claisse_1

Kristina_Fidelskaya_PaP_AH_2019-20_©_Olivier-Claisse_2

Kristina_Fidelskaya_PaP_AH_2019-20_©_Olivier-Claisse_3

 

Lancée en 2015, la marque Karim Adduchi puise dans l’ADN de son créateur ayant vécu dans le Rif marocain jusqu’à l’âge de 5 ans puis en Espagne. Basé aujourd’hui à Amsterdam, il souhaite faire voyager ses clientes à travers ses créations. Pour sa première collection présentée à Paris, il propose son prêt-à-porter, lui qui se consacrait jusqu’à présent à des pièces couture. Il complète ses créations par une ligne d’accessoires composée de chaussures et sacs à main.

Karim_Adduchi_Maktub_PaP_AH_2019-20_Courtesy_Karim_Adduchi_1

Karim_Adduchi_Maktub_PaP_AH_2019-20_Courtesy_Karim_Adduchi_2

Karim_Adduchi_Maktub_PaP_AH_2019-20_Courtesy_Karim_Adduchi_3

 

Litkovskaya est une marque ukrainienne créée par Lilia Litkovskaya. Après une première présentation la saison dernière, la créatrice choisit de faire défiler sa nouvelle collection. Elle s’inspire de ses racines ukrainiennes pour imaginer une mode contrastée dans laquelle les tapisseries, le perlage, les broderies et les tissages artisanaux rencontrent la modernité et la rigueur des lignes. Pour accompagner ses tenues, elle puise dans l’art et plus particulièrement dans l’univers de Louise Bourgeois ou de l’artiste contemporaine Tatiana Brodatch, dont les œuvres sont un hommage à la sensualité. Elle imagine pour elle des bijoux surdimensionnés avec un personnage en acier ou en or devient broche, collier et pendentif. Il se transforme également en une impression kaléidoscopique formant un arc identique à un motif sur des chemisiers folkloriques.

Litkovskaya_PaP_AH_2019-20_Courtesy_Litkovskaya_1

Litkovskaya_PaP_AH_2019-20_Courtesy_Litkovskaya_2

Litkovskaya_PaP_AH_2019-20_Courtesy_Litkovskaya_3

 

Neith Nyer, la marque du créateur brésilien Francisco Terra s’associe aujourd’hui avec DDP, le label streetwear emblématique des adolescents de la fin des années 90. Toujours présent, mais à la recherche d’un nouveau souffle, DDP offre au jeune designer la possibilité de s’exprimer librement, afin de se repositionner comme incontournable du vestiaire urbain.

Réputé pour son style sans tabous dans lequel le vulgaire rencontre le luxe, l’underground, celui des catwalk, Neith Nyer a présenté sa vision de la nouvelle image DDP, en marge de la Paris Fashion Week.

Il en résulte une collection actuelle, déroutante pour DDP, mais beaucoup plus proche des codes actuels de la mode de la rue où le sportswear côtoie la couture, le chic le destroy et où le never too much est à son apogée.

Neith-Nyer_pour-DDP_PaP_AH_2019-20_Courtesy_Neith_Nyer_1

Neith-Nyer_pour-DDP_PaP_AH_2019-20_Courtesy_Neith_Nyer_2

Neith-Nyer_pour-DDP_PaP_AH_2019-20_Courtesy_Neith_Nyer_3

Avec ce genre de partenariat, la mode des podiums a peut-être enfin une chance de descendre dans la rue, DDP ayant annoncé des prix tout à fait raisonnables.

Frédéric Blanc

About Fred

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *