Paris Haute Couture Fashion week Hiver 2019-20

By on 28/07/2019

La Fashion Week haute couture, dernier temps fort parisien avant les grandes vacances, a une fois de plus émerveillé les clientes internationales venues à Paris choisir leur future garde-robe hivernale.

Comme chaque saison, la Fédération de la Haute Couture et de Mode a permis à de nouvelles maisons de présenter leur collection au calendrier officiel, sans pour autant bénéficier de la précieuse appellation haute couture. Cette mise en avant par la fédération permet une visibilité aussi bien pour la presse que pour conquérir le cœur de clientes avides de nouveautés.

 

Parmi les nouveaux noms, on note l’arrivée d’Aelis, la marque couture écoresponsable de l’Italienne Sofia Crociani. Après une formation en lettres classiques et en architecture, elle commence son apprentissage à Paris chez Dior auprès de John Galliano, qui lui donne l’envie de persévérer dans ce domaine. Elle poursuit sa carrière entre Paris, Milan, New York et Tokyo et collabore avec Karl Lagerfeld pendant plus de 1O ans, avant de fonder sa propre marque basée sur une autre façon de consommer, plus écologique.

Aelis voit le jour en 2017 avec des vêtements à la fois haut de gamme, éthiques et éco responsables.

Aelis_Couture_AH_2019-20

Aelis_couture_FW_2019-20

 

Retour au calendrier officiel pour l’américain Ralph Rucci avec sa ligne RR 331. Rare couturier américain à prétendre faire de la haute couture, il présente sa première collection réalisée sur commande en 1981. En 2002, la Chambre Syndicale de la haute couture française l’invite à présenter durant la semaine de la haute couture parisienne. Il restera cinq saisons au calendrier avant de retourner aux États-Unis.

Fidèle à son style il revient cette année avec une mode typiquement américaine, parfaitement coupée dans des matières d’exception pour des femmes à la recherche de tenues impeccables.

RR331_Couture_FW_2019-20_©_Dan LECCA

RALP RUCCI HAUTE COUTURE FW19, Paris, 06/30/19

 

Suite au départ de Bertrand Guyon, le show Schiaparelli a été le plus attendu de la semaine, afin de découvrir les créations de l’américain Daniel Roseberry. Ancien collaborateur de Thom Browne, ce dernier a endossé son nouveau poste, sans difficulté, pour concevoir la nouvelle image Schiaparelli. Si l’esprit français a quelque peu disparu, le côté arty reste bien présent. Fidèle à la tradition couture, le défilé s’est terminé avec une des plus spectaculaires robes de mariée qui marquera dans l’histoire de la maison.

Schiaparelli-HC_AH_2019-20

Schiaparelli_HC_FW_2019-20_Mariee

 

Chanel, par Virginie Viard, perpétue son style, tout en s’allégeant et en apportant un vent de jeunesse dans les lignes. Plus fluides, plus amincies, les silhouettes semblent s’allonger pour une femme plus moderne. Le décor sobre de bibliothèque, en clin d’œil à la passion pour les livres de la créatrice, ajoute un côté très parisien et élitiste de la ligne, pour une cliente avide de culture.

Chanel-HC_AH_2019-20

Chanel_HC_FW_2019-20

Chanel_AH_AH_19-20

 

Maria Grazzia Chiuri s’appuie sur la forme et la fonction du vêtement ainsi que sur les réflexions de l’architecte Bernard Rudofsky pour imaginer sa nouvelle vision de la haute couture pour Dior. Il en résulte des tenues portables, modernes, féminines dans lesquelles l’ADN maison reste au centre de la création, tout en se donnant une liberté ultra contemporaine.

Dior_HC_AH_2019-20

DIOR_HAUTE COUTURE_AUTUMN-WINTER 2019-2020

 

Stéphane Rolland a choisi de faire voyager ses clientes en extrême orient. Il s’inspire de sa découverte de la cité interdite, de son architecture, de ses couleurs et de ses trésors pour composer des tenues architecturées aux couleurs chaudes. Pour accompagner ses looks majestueux, le couturier imagine des accessoires en totale adéquation avec l’esprit chinois. On y retrouve des sacs revisitant directement le traditionnel « Talian », sacoche chinoise à doubles pans. Des bijoux, comme des broches géantes posées sur les épaules, des bracelets et bagues en métal or incrusté de cristal et de jade qui illustrent les chrysanthèmes peints en fresques dans la chambre de l’impératrice. Pour parfaire la silhouette, des bandeaux brodés d’écailles, de fourrures de plumes ou de pierres précieuses ornent ces parures de tête en référence aux coiffes mandchoues.

Stephane-Rolland_HC_FW_2019-20

Stephane-Rolland_HC_AH_2019-20

 

Jean Paul Gaultier a annoncé qu’il n’utilisera plus de fourrure dans ses collections, mais il ne délaisse pas pour autant sa passion pour le pelage. Il dédie son dernier opus aux imprimés animaliers sous forme de trompe-l’œil renards, léopards, zèbres. Sans limites et toujours avec brio, il s’amuse avec les imprimés psychédéliques et cinétiques qui trouvent ici naturellement leur place.

Les plumes, chères au couturier, font leur come-back dans un déluge de couleurs. En clin d’œil à l’histoire de la maison, les seins coniques refont leur apparition et le smoking se revisite sans difficulté avec des épaules coniques également.

Comme chaque saison, Jean Paul Gaultier prouve que la couture et la fantaisie font un excellent mélange.

Jean-Paul-Gaultier_HC_AH_2019-20

Jean-Paul-Gaultier_HC_AH_19-20

haute couture 2019 2020, fashion week, haute couture, Paris, Jean Paul Gaultier

 

Semaine importante pour Franck Sorbier qui a fêté ses 20 ans de haute couture. Pour l’occasion, il livre comme à son habitude un spectacle de danse dans lequel la mode est le personnage central. Cette quarantième collection est une ode à l’épure dans laquelle le couturier dévoile sa vision de la petite robe noire.

Franck-Sorbier_HC-AH_2019-20

Franck-Sorbier_HC_FW_2019-20

 

Anniversaire également pour Julien Fournié qui lui fête les 10 ans de sa maison. Baptisée Premier Sortilège, cette collection rend hommage aux femmes qui dérogent, transforment, transcendent les codes dans lesquels on a voulu enfermer leur sexe. Il en résulte une collection 100% Fournié à l’allure passéiste des actrices mythiques des années 50.

Julien-Fournie_AH_FW_2019-20

Haute Couture fall / winter 2019/20, Paris, France, Julien Fournie

 

Alexandre Vauthier, le plus moderne des couturiers, une fois de plus n’a pas déçu en proposant des looks ultras contemporains à destination de jeunes femmes qui souhaitent porter de la haute couture au quotidien. Il en résulte des tenues de jours pour aller travailler où faire du shopping entre copines. Les tenues de cocktails sont bien sûr au rendez-vous, elles s’adaptent également à la perfection aux sorties festives. Les grandes occasions ne sont pas oubliées avec de sexy fourreaux cristallisés, ou des robes de bal ultra chic et modernes.

Alexandre_Vauthier_HC_AH_2019-20

Alexandre_Vauthier_HC_FW_19-20

 

Micro collection de 17 modèles pour Alexis Mabille qui dédie chaque pièce à un style de cliente. Frivole ou réfléchie, charmeuse ou sauvage, rieuse, naturelle ou sophistiquée, confiante et rayonnante, chaque femme peut ainsi trouver la tenue qui lui convient. Le style de la maison se reconnaît au premier coup d’œil.

Alexis-Mabille_HC_FW_2019-20

Alexis-Mabille_HC_AH_2019-20

 

Azzaro Paris, orphelin de directeur artistique, confie son style à son atelier qui perpétue l’ADN maison, tout en continuant à insuffler l’esprit rock sexy que Maxime Simoens avait imposé depuis son arrivée. Amoureux du chic, de la fête, des strass et des paillettes, Loris Azzaro avait fait de son nom un synonyme du mot glamour. Cette notion reste la signature de la maison qui s’impose également sur le vestiaire masculin.

Azzaro_HC_FW_2019-20

Azzaro_HC_AH_2019-20

Azzaro_Homme_HC_AH_2019-20

 

Maurizio Galante dédie sa collection au Mexique et à ses traditions. Elle constitue un hommage à ces cultures ancestrales qui avaient su trouver un équilibre entre l’homme et la nature. Un hommage également aux premiers voyageurs qui avaient rapporté en Europe des vêtements et des objets commençant ainsi la première mixité entre les styles et les pays, favorisant ainsi l’abolition des frontières par la mode. Il en résulte une collection riche en couleurs chaudes, en broderies délicates, signature du style maison et en parures de têtes si représentatives du style mexicain.

Maurizio-Galante_HC_FW_2019-20

Maurizio-Galante_HC_AH_2019-20

 

Christophe Josse imagine des propositions en total accord avec la saison. Toutes les tenues semblent être imaginées pour supporter les grands froids en toute élégance. À l’opposé des tendances du prêt-à-porter actuel, le couturier conçoit la garde-robe d’une femme à l’allure altière, amatrice de l’épure et des belles matières. Des broderies délicates viennent parer des pièces à l’apparence simple, mais dont une maîtrise totale de la haute couture est nécessaire pour leur réalisation.

Christophe-Josse_HC_AH_2019-20_ ©_Jean-louis-Coulombel.

Christophe-Josse_HC_FW_2019-20_ ©_Jean-louis-Coulombel.

Christophe-Josse_HC_AH_19-20_©_Jean-louis-Coulombel

 

À l’opposé du style minimaliste, Georges Hobeika impose sa passion pour les couleurs, les strass, les plumes et les paillettes. Ici impossible de passer inaperçue, mais de toute façon ce n’est pas ce que ses clientes recherchent. Si une grande partie de la collection est destinée au soirs avec de nombreuses propositions de fourreaux et de robes du soir longues, il s’amuse à conquérir une nouvelle clientèle, plus jeune, avec des tenues très courtes et richement travaillées qui apportent un vent de folie à l’ensemble.

Georges-Hobeika_Couture_AH_2019-20

Georges Hobeika Fashion show in ParisCouture Collection Fall Winter 2019

 

Zuhair Murad aime les mille et une nuits, le glamour hollywoodien, l’élégance et par-dessus tout la femme qui assume ses envies et sa sexy attitude en toute circonstance. Ce défilé est exactement le reflet de toutes ses passions. Le soir reste le credo du couturier, ce moment magique où la femme peut tout se permettre pour être la plus belle et briller de mille feux. De la micro tenue, à la robe de bal, en passant par les ensembles pantalons, les fourreaux, et les robes fluides, il propose ici de quoi satisfaire ses nombreuses clientes dans une palette de couleurs qui semble infinie.

Zuhair-Murad_Couturre_AH_2019-20

Zuhair_Murad_Couture_FW_2019-20

 

Si l’Italie est en général reconnue pour sa mode plutôt sexy et « blingbling », Antonio Grimaldi déroge à la règle et reste fidèle à l’autre courant, plus discret, qui a donné ses lettres de noblesse au savoir-faire de la couture italienne. Fidèle à son style, ses coupes et ses découpes sont de véritables odes à l’architecture. Le corps est sublimé par ces dernières et mis en évidence par l’utilisation minutieuse de broderies, de plumes et des strass.

Antonio-Grimaldi_HC_F2019-20

Antonio-Grimaldi-HC_AH_2019-20

 

Ulyana Sergeenko casse les codes de la couture en mixant de nombreuses inspirations comme des pièces classiques de prêt-à-porter mélanger à des robes fourreaux, des tenues issues de cultures lointaines, dans lesquelles l’artisanat local est au premier plan. Elle n’hésite pas non plus à mixer les matières pour un effet très contemporain.

Ulyana_Sergeenko_couture_AH_2019-20_©_Victor_Boyko_Getty-ImagesUlyana_Sergeenko_couture_FW_2019-20_©_Victor_Boyko_Getty-Images

 

Guo Pei comme à son habitude propose un véritable show dans lesquelles les tenues improbables se succèdent. Ici il n’est pas question de portabilité, mais de démonstration du savoir-faire chinois. Résultat, des tenues richement brodées aux coupes très étudiées, mais manquant toutefois de modernité.

Guo-Pei_Couture_HC_AH_2019-20

Guo_Pei_couture_AW_2019-20

 

Yumi Nakazato dont les collections couture correspondent à des expérimentations vestimentaires a livré des tenues plus portables qu’à l’accoutumée. Si ses recherches sont toujours visibles sur les formes, les découpes, les matières, il s’impose comme ligne conductrice de faire de réels vêtements, différents, mais portables.

Yuima-Nakazato_Couture-AH_2019-20

YUIMA_NAKAZATO_couture_FW_2019-20

À suivre les défilés off de la semaine de la haute couture.

 

Frédéric Blanc

About Fred

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *