Une Réussite à la Française

By on 12/06/2014

Pour les défaitistes, il est impossible de réussir en France de nos jours. Toutefois, quand on le veut vraiment, tout est possible y compris dans notre pays, même si le gouvernement a oublié que le secteur de la mode devrait avoir un statut à part de par sa créativité, parfois tellement exacerbée, qu’elle est incompatible avec les contraintes d’un business rigoureux et de ses périodes d’activité sont fluctuantes.

Pour preuve, Beita Group, dirigé par Léon Taieb, un jeune trentenaire qui a souhaité se lancer en mode comme on se lance en religion.

Après des études de graphisme et de design à Paris et à Londres, Léon commence son apprentissage de la vie professionnelle en tant que vendeur de luxe dans une boutique, du Faubourg Saint honoré, spécialisée dans le cachemire haut de gamme. Rapidement, il devient imbattable sur cette maille grâce à ses voyages au Népal pour la fabrication des modèles. A la fermeture du magasin, loin de prendre cette nouvelle comme un échec, il y voit au contraire une chance de réaliser son rêve : créer sa propre entreprise.

Léon Taieb

2010 naissance de sa première marque de niche : Maison VERNI, avec comme objectif de positionner une ligne de serviettes en éponges et de maroquinerie pour la plage comme de réels accessoires de mode. Habitué à l’univers du luxe, il mise sur la qualité aussi bien au niveau des matières que des dessins sophistiqués imprimés sur cadres ciselés à la main issus d’un savoir-faire très ancien. Rapidement, les meilleurs points de vente s’intéressent à ses produits et la diffusion se fait en France chez l’Eclaireur et à l’international dans les boutiques les plus pointues.

Maison Verni

2011, les anciennes passions, le graphisme et le cachemire, chers à Léon le poussent à retourner au Népal et reprendre à contact avec les meilleurs fabricants pour un autre projet : Maison PASSAGE avec la création de châles en cachemire aux looks radicalement modernes. Il séduit encore une fois les points de vente les plus sélectifs à travers le monde qui le diffusent et c’est le début d’un second succès qui, chaque saison, joue le challenge de vendre ses créations en quantité supérieure même en temps de crise et sans être annonceur.

Châle Maison PASSAGELa même année, nouvelle envie, nouveau challenge pour Léon à la recherche de jolis pulls dans sa matière fétiche : le cachemire. N’étant jamais mieux servi que par soi-même, il décide de donner naissance à BASALTE, marque pour homme spécialisée dans le cachemire, fabriquée artisanalement avec une fibre longue et fine à l’aspect soyeux, issue d’élevages provenant des plaines de l’Himalaya . Pour ce dernier né, no taboo sur les prix qui s’adressent à une clientèle élitiste désirant le top du top. L’éclaireur s’intéresse immédiatement à ses créations et s’est le début d’une success story.

BASALTE cachemire pour Homme

Pour le jeune chef d’entreprise, pas question de se reposer sur ses lauriers et surtout de se concentrer sur le seul secteur du luxe, d’où peut-être cette envie non pas de développer plusieurs produits pour une même marque mais au contraire de spécialiser chaque marque sur un produit et d’en créer une nouvelle pour chaque nouveau projet.

Dernier en date depuis 2013: LE LEON avec le hit du moment, le sweat en coton et le pull en mérinos ou cachemire à messages. Chic et plus raisonnable en prix, il souhaite s’adresser à des trentenaires à l’humour décalé tout en recherchant l’élégant. Le point de départ de cette nouvelle aventure est le raz le bol de voir n’importe quel tee-shirt ou sweat imprimé d’une phrase ou d’un mot en anglais sans réel sens, mis à part de faire brancher ! Il décide de partir sur des mots chocs ou des jeux de mots bien français à l’efficacité décalée irrésistible.

Pulls en mérinos à messages Le Leon

Afin de rester compétitif sans renoncer à la qualité, il a opté de faire fabriquer ses pulls au Népal et ses sweats au Portugal, pays spécialisés respectivement dans le cachemire et le coton avec des broderies faites main.

Un fois de plus, il se fait remarquer par les acheteurs et, ultime consécration le Bon Marché Rive Gauche lui propose une réelle collaboration avec une ligne exclusive de sweats pour le grand magasin. Il créé un motif sur lequel il transpose ce temple du luxe en Arche de Noé et où la grande épicerie devient La Grande Ménagerie, le tout mixé à l’univers du cirque. L’idée est validée et depuis le mois de Mai ces modèles sont disponibles en version homme, femme et enfant.

Sweats Le Leon pour le Bon Marché Rive Gauche SS2014

Côté rive droite, le BHV/Marais lui demande de travailler sur l’idée du jeu de mots autour du grand magasin pour une ligne de sweats et de tee-shirts attendue prochainement dans les rayons.

Ce véritable self made man à la tête de son entreprise, composée exactement de 3 personnes, n’hésite pas à parler de son dernier projet en date sur lequel il travaille depuis 6 mois : une marque spécialisée dans la joaillerie à l’humour décalée qui verra le jour pour la rentrée 2014 et que Fashion-spider se fera un plaisir de vous dévoiler avec un bijou sur lequel j’ai craqué……..

A la question : pourquoi avoir créé un groupe avec plusieurs marques et non une seule dans laquelle les produits évoluent et se multiplient, Léon n’a pas de réelle explication. Il déclare simplement : « dans les marques, c’est le concept qui m’intéresse, la création de l’univers, son graphisme. Toute cette partie me motive, le commercial c’est moins mon truc ».

Le Leon-pulls-homme et femme

En conclusion, si l’envie est là, on peut réussir même en temps de crise. En ce qui concerne Léon Taieb, il a su rester fidèle à ses valeurs de luxe, de haut-de-gamme où le savoir-faire est à l’honneur pour des marques de niche qui ont réussi à se faire une place au soleil à côté des grandes enseignes.

Frédéric Blanc

About Fred

One Comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *