Des livres pour Noël

By on 13/12/2019

À l’approche des fêtes de fin d’année, l’éternelle chasse aux cadeaux commence. Si pour les fans de mode, le choix d’un vêtement ou d’un accessoire est risqué, un livre sur ce sujet est toujours une valeur sûre.

 

Parmi les derniers ouvrages, Chic de Christine Lombard et Lucille Renié s’annonce comme le nouveau guide incontournable des femmes qui se sentent perdues au milieu des nombreuses tendances et d’une mode qui semble de plus en plus destinée aux jeunes.

CHIC_Le-guide_qui_donne_du_style_Cherche-Midi

En prenant appui sur leurs riches carrières de journalistes — Christine Lombard a été responsable de rubriques de Cosmopolitan, Marie Claire et directrice de la mode de Marie France et Lucille Renié, après une carrière de mannequins et de styliste free-lance, a été rédactrice de mode pour différents magazines féminins comme Prima et Femme Actuelle, avant de fonder le site de coaching mode « L’Épingle du je » — elles imaginent ce guide qui donne leurs trucs et astuces pour tout savoir sur le style.

L’idée maitresse n’est pas d’imposer des looks, mais d’apprendre aux femmes à se constituer une garde-robe efficace, chic, moderne, élégante sans être ennuyeuse, stylée sans être ridicule, avec un zeste de fantaisie et une pointe de sexy, tout en prenant appui sur les dressings de chacune.

Pour cela, les auteures n’ont pas hésité à jouer les mannequins sous l’œil du photographe Olivier Jacquet, avec naturel, authenticité et sans retouches. Elles nous font vivre la mode d’une autre façon : décomplexée, enthousiasmante et heureuse.

Christine_Lombard_et_Lucille_Renie_©_Olivier_Jacquet

En plus d’adresses et d’astuces pour consommer moins et de façon plus responsable, elles donnent de précieux conseils pour recycler une garde-robe, acheter des vêtements qui deviendront des classiques et pour savoir dire non à ce qui ne met pas en valeur.

Chic_©_Olivier_Jacquet

Chic, Le guide qui donne du style aux Éditions du Cherche-Midi : 25€

 

 

Pour les adeptes de chapeaux, l’ouvrage de Fabienne Delvigne, la modiste belge préférée des cours européennes est un incontournable.

Fabienne_Delvigne_Livre_Couverture

Pour célébrer ses 30 ans de création, Fabienne Delvigne dévoile sa passion pour son métier et son talent à imaginer des pièces d’exceptions qui sont devenues la marque de fabrique de ses couvre-chefs. En réelle artiste, elle utilise des savoir-faire artisanaux d’excellence pour réaliser ses pièces tout en exprimant sa fantaisie pour des créations audacieuses et modernes.

Chapeau_Daytona_Fabienne_Delvigne

Chapeau_Red_Imagination_Fabienne_Delvigne

L’ouvrage écrit par Catherine Seiler est préfacé par Diane Von Fürstenberg, qui qualifie la créatrice de magicienne, et par Stephan Bern.

Fabienne Delvigne, sublimer la différence aux Éditions Marot : 59,99€

 

 

Si le made in France est à la mode aujourd’hui, Thomas Huriez n’a pas attendu cette tendance pour imaginer sa marque de jeans entièrement réalisée sur le territoire.

Depuis 2013, à contre-courant de la surconsommation et de la désindustrialisation française, ce jeune entrepreneur décide de relancer l’activité textile de Romans-sur-Isère dans la Drôme en imaginant sa marque de denim recyclable 100% bio.

La marque 1083 préfigure une nouvelle génération d’entreprises à même de valoriser le made in France, les circuits courts et l’économie circulaire.

De son combat au quotidien pour défendre les savoir-faire et l’ancrage local, Thomas Huriez a tiré un livre, tout à la fois témoignage et source d’inspiration pour celles et ceux qui veulent entreprendre, ou tout simplement consommer, dans le respect des hommes et de l’environnement.

Enrichi par les contributions d’entrepreneurs et d’experts impliqués dans cette nouvelle économie, ce livre apporte la preuve qu’on peut créer des emplois pérennes en France, en produisant et en consommant local.

1083_Remade_en_Franc_Editions_Dunod

Remade en France aux Éditions Dunod : 16,90€

 

 

Déjà annoncé dans Fashion-Spider, le livre Prada Défiles est enfin paru pour les fêtes. Cette première rétrospective célèbre les collections de prêt-à-porter femme Prada, de 1988 à nos jours.

Susannah Frankel, journaliste de mode, en livre une analyse érudite, brossant le portrait d’une créatrice hors norme et l’histoire d’une maison de couture parmi les plus influentes au monde. Avec plus de 1300 photographies emblématiques, ce trésor d’inspirations est une référence indispensable pour les professionnels de la mode et les admirateurs de Prada.

Prada_Defiles_La_Martiniere_Editions

Prada Défilés aux Éditions de la Martinières : 59€

 

 

Autre incontournable de la mode italienne, Sportmax qui fête ses 50 ans et se raconte dans un livre exclusif publié par l’éditeur de Luxe Assouline dans le cadre de sa collection Legends, édité par Olivier Saillard avec un texte critique de Luke Leith.

SPORTMAX_BOOK_Editions_Assouline

Avec une riche collection d’images, le volume documente l’histoire de la marque lancée en 1969 sur une identité précise, celle d’Achille Maramotti : des collections de style tendance qui ne perdent jamais de vue la haute qualité du savoir-faire italien. En 50 ans, de nombreux professionnels du style créatif et de l’image ont façonné l’histoire de la marque. Son succès est le résultat d’un travail d’équipe, plutôt que celui de stylistes individuels. C’est pourquoi les collaborations n’ont jamais été explicitement énoncées, malgré l’inclusion de noms emblématiques comme Nanni Strada, Jean-Charles de Castelbajac, Odile Lançon et Guy Paulin, qui ont contribué à définir l’esthétique et la vision internationale de la marque.

Sportmax_Campaign_shot_by_Sarah_Moon_FW_1976

Le livre divisé en cinq décennies, des années 70 à aujourd’hui, raconte le travail des grands photographes de mode, de Sarah Moon à Peter Lindbergh, qui au milieu des années 80 ont immortalisé des modèles haut de gamme et de nouveaux visages comme Yasmine Le Bon ou Carla Bruni. Et encore Albert Watson, Marc Hom, Inz van Lamsweerde et Vinoodh Matadin, Mert & Marcus, Craig McDean, Roe Ethridge, jusqu’à David Sims, dont une de ses images a été choisie pour la couverture du livre.

Grazia_Editorial_7th_November_1971

SPORTMAX aux Éditions Assouline / Legends Collection : 195€

 

 

De son côté agnès b. fête les 40 ans de son cardigan à pression, et cette pièce emblématique méritait bien un ouvrage. La journaliste Sophie Fontanel y raconte sa création et son évolution au travers des différentes collections de la styliste. Le texte est enrichi d’une soixantaine d’illustrations.

En 1973, agnès b. dépose sa marque. L’idée de ce nom remonte aux années soixante, lorsqu’elle travaille comme styliste pour le magazine ELLE et que l’une de ses parutions doit être signée.

Contrairement à de nombreux créateurs masculins qui imaginent des collections pour des femmes idéalisées, agnès b., opte pour un dressing à son image, à destination de femmes bien réelles, qui comme elle, aiment combiner mode et confort. L’histoire du cardigan arrive naturellement en 1979, suite à une anecdote personnelle : « je portais très souvent des sweat-shirts, et un jour je me suis dit que ce serait bien qu’ils puissent s’ouvrir, en me souvenant des cardigans que je boutonnais en courant sur le chemin de l’école. J’ai imaginé tous ces boutons pression très rapprochés pour qu’il ressemble à un vêtement de la Renaissance, ou à une robe de prêtre. Voilà, c’est l’histoire du cardigan pression ! ».

Cardigan_ete_1984_NY_©agnes-b

Maison de conviction et d’engagement, agnès b. s’efforce de maintenir sa production en France. Depuis sa création, le cardigan pression est fabriqué près de Troyes par le même producteur depuis 1979.

Aujourd’hui, c’est plus de 2 millions de pièces qui ont été produites en France et qui contribuent à défendre les savoir-faire locaux à travers le monde.

Le Cardigan Pression, agnès b. aux Éditions Assouline : 25€

 

 

Pour les amateurs de bijoux, trois ouvrages incontournables permettent de s’immiscer aux cœurs des pierres précieuses.

Une première monographie consacrée à Marie-Hélène de Taillac permet de mettre en lumière l’univers haut en couleur de la créatrice.
Lors de du lancement de sa première collection en 1996, le succès est immédiat. Elle remet au goût du jour les pierres de couleur, longtemps délaissées par les joailliers, sans se soucier de la nature des pierres précieuses ou semi-précieuses. Les enseignes les plus prestigieuses diffusent ses pièces lumineuses, devenues sa marque de fabrique. Les magazines de mode la consacrent comme la créatrice qui révolutionne les codes de la joaillerie en France et à l’international.

Marie-Helene_de_Taillac_Rizzoli

D’or et de Pierres joue avec les couleurs jusque dans les citations de la créatrice tandis que les photographies d’Eric Deroo nous plongent dans la matière. De nombreux gros plans, détails et double-pages illustrent le style emblématique de la Maison.

Dor-et-de_pierres_Mari-Helene-de-Taillac_Rizzoli

D’or et de Pierres Marie-Hélène de Taillac aux Éditions Rizzoli : 75€

 

 

L’École des Arts Joailliers qui met en lumière la maison de joaillerie Lacloche à travers une exposition jusqu’au 20 décembre 2019, a profité de l’occasion pour éditer un ouvrage permettant de découvrir le travail oublié de cette marque qui a marqué le XIXe siècle.

Cette monographie est la première à retracer l’ascension stupéfiante de la famille, qui débuta modestement en 1892. Réputés pour leur élégance et le raffinement de leur fabrication, les modèles de Lacloche Frères, et de leur successeur, Jacques Lacloche, étaient conçus par les meilleurs ateliers parisiens, comme Stauss, Allard et Meyer, Verger, Helluin-Mattlinger, Langlois ou Rubel, auxquels cet ouvrage rend hommage. Deux albums de gouaches extraordinaires, inédits, illustrent les 63 bijoux et 21 pendules présentés par les frères Lacloches durant l’exposition de 1925.

Lacloche_Joaillier_Olesya_Okuneva

Lacloche Joailliers aux Éditions Norma, réalisé avec le soutien de L’École des Arts Joailliers : 60€

 

 

Chaumet signe un quatrième et dernier volume aux éditions Assouline, complétant sa collection thématique. Ce dernier coffret vient rejoindre les trois précédents et enrichit sa bibliothèque, ainsi composé de 12 ouvrages, comme un écho au 12, place Vendôme, berceau de la Maison. La culture Chaumet se dévoile ici à travers trois nouvelles facettes inexplorées : L’horlogerie précieuse, l’art du trait et l’inspiration des ciels, qui célèbrent la virtuosité et la créativité de la Maison.

Chaumet_Coffret_Assouline

Les ciels de Chaumet, par Domizio Sassetelli, illustrent un thème polysémique central et emblématique du nom, celui du ciel, de ses habitants et des astres.

les-ciels-de-Chaumet-Assouline

L’horlogerie précieuse, par David Chokron, remonte le temps en partant de la création de la première paire de bracelets-montres datant de 1811, aux dernières créations contemporaines. On y découvre les garde-temps iconiques qui font l’horlogerie précieuse de la maison et qui racontent l’évolution des styles et des portés.

Chaumet_l-horlogerie-precieuse-Assouline

L’art du trait, par Jérôme Neutres, rend hommage au dessin de Chaumet, véritable matrice de la joaillerie et célèbre ses différentes formes. Au commencement est le dessin d’inspiration, souffle premier de la virtuosité. Ainsi le créateur compose et esquisse les motifs de son choix. Le dessin finalisé, autre veine créatrice, intègre quant à lui les contraintes de la joaillerie et façonne le style propre à Chaumet.

Chaumet-L-art-du-trait

Chaumet Paris, collection « Mémoire » aux Éditions Assouline : 75€

 

 

Parmi les accessoires, la montre a depuis sa création bénéficié d’un attrait hors du commun de la part de la gent masculine. Bien plus qu’un simple accessoire pour donner l’heure, elle est surtout le détail qui change tout en permettant à celui qui la porte d’afficher sa puissance.

Reflet de la réalité, le cinéma n’est pas passé à côté de ce phénomène et le journaliste Frédéric Liévain, après le succès de son premier opus  James Bond, l’espion qui aimait les montres, récidive avec un nouvel ouvrage sur l’histoire du cinéma et des montres qui passionne à la fois les cinéphiles, les collectionneurs de montres, mais aussi le grand public.

Les montres au Cinéma démontrent que certains rôles sont indissociables de leurs montres ; impossible d’imaginer James Bond sans ses mythiques Rolex Submariner ou Omega Seamaster au poignet, Steve McQueen sans sa Tag Heur ou Ryan Gosling dans Drive sans sa Calatrava. Parfois, les montres deviennent même des actrices à part entière, telles « the Gold Watch » dans la scène culte de Pulp Fiction, l’IWC portée par Sophie Marceau dans Anthony Zimmer, ou l’historique Omega, réellement portée sur la lune par Neil Armstrong et qui apparaît dans First Man : le premier homme sur la lune de Daniel Chazelle.

Dans cet ouvrage, les montres sont le guide inattendu pour une visite de l’histoire du 7e art qui réserve bien des surprises. Discrètes ou cultissimes, ces montres sont l’objet d’une fascination qui dépasse les genres et les générations.

Les Montres au Cinéma, le temps du 7e art aux Éditions du Cherche midi en partenariat avec Galeries Lafayette-Royal Quartz Paris : 35€

 

 

En 2002, la maison Hermès demande à Alice Charbin de réaliser les visuels de sa communication e-mailing. Ses dessins poétiques et irrévérencieux jouent avec l’iconique boîte orange, la mettant en scène dans des situations drôles et tendres, pour tous les grands rendez-vous de l’année. Les textes pleins d’humour de Rachael Canepi font écho à ces métamorphoses. Les clins d’œil de la maison Hermès sont comme un cadeau : ils font sourire et voir la vie en orange !

Hermes-au-fil-des-jours

Alice_Charbin_©_Hermes_2019

Hermès au fil des jours aux Éditions du Chêne : 35€

 

 

Impossible de faire l’impasse sur deux ouvrages consacrés aux photographies de mode, qui font partie intégrante de ce monde de rêve.

Couturier de talent et photographe de génie, Thierry Mugler a marqué les années 80 par son style. Aujourd’hui retiré du monde de la mode au profit de celui du spectacle et rebaptisé Manfred, il reste parmi les grands noms qui ont fait évoluer le vêtement et demeure une véritable source d’inspiration pour la nouvelle génération comme le prouve une exposition-rétrospective, installée à Rotterdam jusqu’au 8 mars, mettant en scène ses archives.

Parallèlement à cet événement, un livre consacré à ses photographies est paru aux Éditions de la Martinière, dans lequel le public découvre ses inspirations visionnaires et spectaculaires. Tout au long de sa carrière, il a imposé son style révolutionnaire à travers ses shows qu’il a immortalisés avec son objectif et bien sûr de ses publicités qui restent inoubliables.

Manfred_Thierry_Mugler_Photographe_Editions_de_la_Martiniere

Ses images puissantes et impressionnantes mettent en scène des femmes et des hommes aux prises avec le gigantisme des monuments ou de la nature.

Manfred_Thierry_Mugler_Photographe_Editions_de_la_Martiniere_1

Manfred_Thierry_Mugler_Photographe_Editions_de_la_Martiniere_2

Manfred_Thierry_Mugler_Photographe_Editions_de_la_Martiniere_3

Manfred_Thierry_Mugler_Photographe_Editions_de_la_Martiniere_4

Manfred Thierry Mugler Photographe aux Éditions de la Martinière : 75€

 

 

Dior / Lindbergh représente la dernière co-création entre la maison et le photographe de légende, décédé en septembre 2019.

70 ans d’histoire Dior projetée dans la jungle de Times Square. Bien loin du 30 avenue Montaigne où bat le cœur de la Maison. Tel est le rêve aussi extraordinaire qui a donné naissance à ce recueil en deux parties et au double nom.

DIOR_LINDBERGH_NEW YORK_editions_Taschen

Le photographe allemand tenait à réaliser ce projet et Dior l’a rendu possible en faisant voyager outre-Atlantique un convoi exceptionnel de plus de 80 modèles d’archives.

DIOR_BOOK_PETER_LINDBERGH_1

Le résultat est à la hauteur de cet exercice de style : un éblouissement magnétique dans un noir et blanc comme texturé, un jeu de contrastes savamment maîtrisé pour révéler l’architecture virtuose et les matières précieuses des modèles. Ces instants décisifs entremêlent haute couture et frénésie urbaine rendant hommage au mouvement de la street-photographie auquel New York a si souvent prêté ses décors.

DIOR_BOOK_PETER_LINDBERGH_3

Cet ouvrage se présente dans un précieux étui, en deux parties : un livre dédié aux archives de Dior, et un autre à celle de Peter Lindbergh. Le premier offre soixante-dix ans d’histoire et de créations de la maison « capturées «  par le photographe lors de cet incroyable shooting, en octobre 2018. Le second rassemble plus de cent images célébrant l’élégance Dior, haute couture et prêt-à-porter femme et homme, des clichés signés Peter Lindberg, publiés au cours des trente dernières années dans les magazines les plus prestigieux français et internationaux.

DIOR_BOOK_PETER_LINDBERGH_4

Dior / Lindbergh aux Éditions Taschen : 150€

 

 

Enfin, pour terminer, un recueil très touchant du photographe Romain Sellier qui immortalise la beauté mystérieuse de jeunes hommes indiens qui utilisent la mode comme moyen d’expression.

BANDRA_SENTIMENTAL_Editions_Rive_Gauche

Romain Sellier est également éditeur du magazine Sentimental et c’est lors d’un voyage d’un mois à Bombay, en octobre 2018, pour mettre en avant la scène alternative LGBT de la mégalopole en avant, alors sous exposée, qu’il commence son travail photographique. Très vite, il rencontre Kshitij Kankaria, styliste de renom, avec lequel le coup de cœur est immédiat. Ensemble, ils explorent les quartiers préférés de l’artiste, moins connus des touristes et Romain est fasciné par la beauté et l’élégance des personnes qu’il croise. Remettant son projet initial à un autre voyage, il décide finalement de se concentrer sur des portraits de rue. Le quartier de la Bandra devient son territoire de prédilection et il s’attache à restituer, de manière spontanée, la beauté, la dignité et la profondeur des habitants de Bombay. Dès qu’un physique, une expression ou une attitude les touche, styliste et photographe travaillent ensemble, avec quelques costumes du cinéma Bollywoodien, à immortaliser ces rencontres bouleversantes.

BANDRA_SENTIMENTAL_Ed_Rive_Gauche

BANDRA_SENTIMENTAL_Ed_Rive_Gauche_2

Bandra Sentimental aux Éditions Rive Gauche : 38€

 

Frédéric Blanc

About Fred

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *